1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

La CEMAC demande à la communauté internationale d'aider la RCA

Les dirigeants de la Communauté économique et monétaire des Etats de l'Afrique centrale (CEMAC) ont reconnu le président auto-proclamé de la République centrafricaine (RCA), François Bozizé, et l'ont encouragé à
poursuivre ses objectifs pour restaurer la paix dans son pays.

Dans un communiqué final publié à l'issue d'un sommet spécial qui s'est tenu vendredi à Brazzaville, capitale de la République du Congo (Congo), les
chefs d'Etat de la CEMAC ont condamné le coup de force qui a porté M. Bozizé
au pouvoir mais ont également noté ses « engagements à restaurer la paix, la démocratie et la sécurité pour les citoyens et les biens, et la
réconciliation nationale ».

Entendu au micro de Radio Africa No. 1, une station gabonaise privée, le
ministre congolais des affaires étrangères, Rudolph Adada, a déclaré, « Ils [les chefs d'Etat de la CEMAC] l'encouragent à poursuivre résolument dans cette direction. »

M. Bozizé n'était pas invité au sommet auquel ont participé les présidents Denis Sassou-Nguesso du Congo, Omar Bongo du Gabon et Idriss Deby du Tchad, avec des représentants du Cameroun et de la Guinée.

Les dirigeants du sommet ont décidé de maintenir la force d'interposition de la CEMAC dont 303 hommes ont été déployés en RCA fin décembre 2002 pour
protéger le président renversé Ange-Félix Patassé. M. Adada a indiqué que la question d'une redéfinition du mandat de la force serait examinée lors du prochain sommet, dont la date et le lieu n'ont pas encore été fixés.

Ils ont également lancé un appel urgent à la communauté internationale pour aider la RCA à reconstruire le pays. Cependant, rien n'a été dit sur l'intégration des 100 soldats tchadiens envoyés mercredi à Bangui pour renforcer les troupes de la CEMAC.

« Ils attendent encore une décision politique avant de rejoindre la force de la CEMAC, » a déclaré samedi à IRIN le colonel Augustin Bibaye, porte-parole de la force d'interposition de la CEMAC.

Les Tchadiens ont érigé des postes de contrôle pour récupérer les véhicules
volés et les rendre à leurs propriétaires, et désarmer les bandes de jeunes gens qui ont participé aux innombrables actes de pillage.

Jeudi, 200 soldats tchadiens sont arrivés dans la capitale pour aider à
restaurer la sécurité, à la suite de l'appel lancé par M. Bozizé pour
obtenir un renfort de troupes étrangères, notamment un contingent du Tchad au sein de la CEMAC.

Le porte-parole de M. Bozizé, Parfait Mbaye, a déclaré que le retrait
attendu de la force de la CEMAC permettrait l'intégration des 300 Tchadiens actuellement déployés à Bangui.

« Avec son mandat et son budget initiaux, il manquait à la force de la CEMAC environ une centaine d'hommes. Lorsque son mandat et son budget seront redéfinis, la CEMAC pourra intégrer les [200] soldats tchadiens restants, » a déclaré M.Mbaye dimanche.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join