1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Botswana

La session finale du dialogue prévue le 1er avril

La session finale du dialogue intercongolais se tiendra à Sun City en Afrique du Sud les 1er et 2 avril, a annoncé le médiateur des pourparlers et ancien président du Botswana, Ketumile Masire.

« Mon équipe s'occupe de préparer la reprise du dialogue intercongolais à
Sun City, » a-t-il indiqué mercredi dans un communiqué de la capitale du
Botswana, Gaborone. « Maintenant que tous les obstacles techniques ont été
résolus, j'espère que la session finale du dialogue va se dérouler sans
entraves. »

M. Masire a fait cette déclaration au retour d'une visite en République
démocratique du Congo (RDC), où il a rencontré toutes les parties au
dialogue. M. Masire s'est dit « encouragé » par la compréhension et la
réponse des parties devant le « léger » changement des dates de rencontre, initialement fixées aux 23 et 24 mars.

M. Masire a rencontré lundi le président Joseph Kabila. Il a également tenu des pourparlers avec les chefs des partis de l'opposition, les représentants de la société civile et les leaders du Rassemblement congolais pour la
démocratie-Mouvement de libération et les Maï-Maï. Il s'est entretenu mardi
avec les chefs du Mouvement de libération du Congo et le Rassemblement congolais pour la démocratie, à Gbadolite et à Goma respectivement.

Le 11 mars, M. Masire a reçu à Gaborone des copies de l'Accord global et sans exclusive pour la transition en RDC et la Constitution transitoire de Moustapha Niassé, l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU en RDC.

La première partie des pourparlers s'est achevée le 17 décembre 2002 lorsque toutes les parties au dialogue intercongolais ont signé un accord sur le partage du pouvoir. La seconde partie des négociations, qui se sont achevées le 6 mars à Pretoria en Afrique du Sud, était centrée sur la constitution transitoire, les mesures de sécurité pour la période transitoire et l'intégration de l'armée nationale.

Les parties au dialogue doivent ratifier les accords pendant la session finale afin de légaliser tous les accords et ouvrir la voie à la mise en place d'un gouvernement transitoire en RDC.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join