1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République du Congo

Les soldats angolais amorcent leur retrait

[Angola] Government Soldiers
The talks are about peace and security for Angola/Rwanda, and the region (IRIN)

Les 1 500 soldats de l'Angola qui demeuraient en République du Congo, pour soutenir le président Denis Sassou-Nguesso, ont amorcé leur retrait lundi, mettant ainsi un terme à cinq ans de présence dans le pays, selon le ministre adjoint congolais de la Défense, Yvon Ndolou.

"Notre mission est accomplie", a déclaré le lieutenant-général Fernando Joao da Rosa, commandant du contingent de militaires angolais.

Sa mission initiale, commencée en juin 1997, consistait à soutenir les
forces fidèles à M. Sassou-Nguesso contre celles du président de l'époque, Pascal Lissouba, et de son premier ministre, Bernard Kolélas. En octobre 1997, les forces de M. Sassou-Nguesso, assistées par le contingent angolais, se sont emparé de la capitale, Brazzaville, et du port stratégique de Pointe-Noire. M. Lissouba a été évincé du palais présidentiel, pendant que
M. Kolélas s'enfuyait au Burkina Faso. M. Sassou-Nguesso est alors redevenu, par la force, président du pays, poste qu'il avait perdu lors des élections présidentielles de 1992.

Un accord sur l'aide militaire a été signé en novembre entre Brazzaville et Luanda, ce qui a officialisé la présence militaire angolaise en République du Congo.

Dès le début de son intervention, l'Angola a justifié sa présence en
République du Congo en affirmant que M. Lissouba appuyait les forces
rebelles de l'UNITA contre le Gouvernement de Luanda, ainsi que les forces antigouvernementales de l'enclave angolaise de Cabinda, riche en pétrole.

Un responsable militaire de Brazzaville a déclaré que la présence militaire de l'Angola au Congo avait culminé à 2 500 soldats, mais qu'un millier d'entre eux sont par la suite retournés chez eux, en 1999. L'actuelle opération de retrait, d'une durée de quatre jours, est menée par l'aviation militaire angolaise, qui fait la navette entre Brazzaville et Luanda.




This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join