1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Burkina Faso

Un centre de trithérapie du VIH/sida ouvre à Bangui

La construction d'un centre de trithérapie du VIH/sida à Bangui, capitale de la République centrafricaine (RCA), doit débuter en janvier 2003, a annoncé Bernard Leclerc, conseiller spécial à la présidence.

M. Leclerc, figure majeure de l'ONG française luttant contre le VIH/sida,
Hanuman, a déclaré samedi à IRIN que ce centre, équipé de matériel
perfectionné, ouvrira ses portes au milieu de l'année 2003. Il sollicite un soutien de la part des donateurs pour financer ce projet estimé à 150
millions de francs CFA (230 769 dollars,), a-t-il précisé.
« Nous exerçons une pression très active auprès des laboratoires tels que Merck à Paris et Glaxo, ainsi qu'auprès de la Croix-Rouge française qui compte de nombreux spécialistes dans les centres de trithérapie, » a-t-il expliqué.

La RCA doit aussi contribuer à la création du centre. « Le premier ministre [Martin Ziguele] m'a indiqué que les fonds alloués à la construction du centre étaient disponibles, » a précisé M. Leclerc.

Le président de la Croix-Rouge française - qui va aider à soutenir le
centre - posera la première pierre de l'édifice lors de sa visite de deux
jours à Bangui les 30 et 31 janvier prochains, aux dires de M. Leclerc.

Le traitement des personnes atteintes du VIH/sida devrait être désormais
meilleur marché en raison de la baisse constante du coût des médicaments, a ajouté M. Leclerc. En septembre, le coût des médicaments pour le VIH est passé de 600 000 francs CFA à 22 815 francs CFA mensuels par personne.

Parallèlement à l'ouverture de ce centre, Hanuman a réservé 20 millions de francs CFA pour un laboratoire de recherche sur le VIH/sida qui, explique M. Leclerc, « profitera aussi bien aux médecins qu'aux étudiants en médecine de la RCA ». Il a ajouté que l'Université de Bangui avait donné son accord de principe pour mettre les laboratoires qu'elle n'utilise plus à la disposition de Hanuman. Ce laboratoire devrait devenir opérationnel au début de l'année 2003.

Hanuman a également lancé un programme de recherche axé sur les questions liées à la transmission du virus de la mère à l'enfant par le lait maternel.
« Nous sélectionnons auprès de trois maternités de Bangui des assistants
médicaux, des infirmières en pédiatrie et des sage-femmes chargés de recueillir du lait maternel, » a indiqué M. Leclerc.

Les échantillons de lait seront alors examinés par l'Institut Pasteur de
Bangui et par des laboratoires français. Les frais de ces analyses sont estimés à 100 000 dollars par an.

L'ensemble des activités de l'ONG Hanuman sera supervisé par un
coordonnateur basé à Bangui et un autre à Paris sous la responsabilité du ministre centrafricain de la Santé.

Le docteur français, Laurent Belec, a créé Hanuman en 2001 pour lutter
spécifiquement contre le fléau du VIH/sida. Hanuman regroupe des médecins de RCA et de France ainsi qu'un grand nombre d'experts en divers secteurs dont les activités sont basées essentiellement en France.

Sacko Wilibiro, le coordonnateur du Centre national de lutte contre le Sida, a déclaré mardi que 14 pour cent de la population (soit entre 200 000 et 300,000) sont séropositifs. Ce chiffre place la RCA au premier rang des pays les plus touchés de la région et au 10ème rang mondial.

Ce chiffre rendu public en 2000 est aujourd'hui en cours d'actualisation.
« Une nouvelle évaluation [du nombre de personnes infectées par le VIH/sida] est en cours, » a précisé M. Wilibiro, « mais nous craignons que le pourcentage n'ait stagné voire augmenté. »


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join