1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

Le Président annonce qu'il va dissoudre le parlement

Le président Kumba Yala de la Guinée-Bissau a fait savoir jeudi qu'il allait dissoudre le parlement, appeler à des élections anticipées et demander un mandat populaire pour renforcer ses pouvoirs, ont rapporté les organes d'information.

M. Yala a accusé la législature de "subversion" et a taxé de corruption le Parti de rénovation sociale (PRS), minoritaire au sein de son gouvernement, a rapporté ce vendredi l'agence de presse portugaise LUSA. « Je ne suis pas préparé à travailler avec des personnes incapables de faire leur travail », aurait déclaré Yala, cité par la BBC, en faisant allusion à l'incapacité du gouvernement de percevoir les impôts.

Des sources diplomatiques citées par LUSA dans la capitale Bissau seraient « très inquiètes » à cause des remarques de M. Yala car une incertitude politique accrue risquerait de saper les efforts internationaux tendant à aider à créer la stabilité et à procurer une nouvelle aide financière à un gouvernement en faillite.

Une cause majeure de tension entre M. Yala et l'opposition a été le refus de celui-ci, pendant plus d'un an, de signer un amendement constitutionnel approuvé par le parlement, qui limite le pouvoir du président, a rappelé LUSA.

M. Yala a accédé au pouvoir en janvier 2000. Depuis, le pays a été secoué par des crises, en particulier une rébellion des membres de l'ancienne junte militaire en novembre 2000, une tentative de coup de force en décembre 2001, et le limogeage de plusieurs ministres au cours des derniers mois. Les partis d'opposition ont récemment demandé la démission de M. Yala, et le blâme pour la crise économique et pour l'instabilité politique du pays.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join