1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Nigéria

Taux élevés de malnutrition à l'est

Entre 10 et 30 pour cent de la population souffrent de malnutrition aiguë dans une grande partie de la République démocratique du Congo (RDC), selon le Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Les femmes et les enfants sont les personnes les plus touchées.

Parmi les régions les plus dûrement frappées par la malnutrition, figurent
Kiambi, Nyunzu, Manono, Pweto, Pepa, Kalemie et Malemba-Nkulu dans la
province du Katanga, Bunia, Mahagi, Mambasa et les villages environnants
dans la Province Orientale, Shabunda, Walungu, Ngweshe, Bunyakiri et la
plaine de Ruzizi dans le Sud-Kivu, et Beni, Butembo, Rutshuru et Masisi dans
la province du Nord-Kivu.

Les taux élevés de malnutrition sont liés au déplacement massif de personnes provoqué par la poursuite des hostilités dans la région, a expliqué à IRIN Ad Spijkers, représentant de la FAO en RDC. Contraints de fuir très rapidement, les habitants n'ont pas eu le temps d'emporter avec eux des vivres, des graines ou des outils. En outre, les personnes déplacées sont également devenues une charge importante pour les régions où elles ont trouvé asile. « Dans ces conditions, tout le monde - c'est-à-dire les populations déplacées et les familles dans les régions où elles se sont réfugiées - perd ses capacités d'alimentation, » a-t-il ajouté.

L'insécurité générale qui prévaut dans la région ne cesse de déraciner les habitants de leurs villages pillés par les soldats, rebelles et milices qui s'emparent des réserves alimentaires, médicaments, stocks de graines, appareils électriques, outils et vêtements qu'ils trouvent dans les habitations, a-t-il précisé.

La malnutrition qui frappe l'est de la RDC, une région au potentiel agricole énorme, est un phénomène nouveau, à l'exception de certaines parties du Sud-Kivu où la densité de la population est élevée et le sol peu fertile, a indiqué M. Spijkers.

Pour tenter de pallier ce problème, les ONG ont mis en place une centaine de centres de nutrition qui bénéficient de l'appui du Programme alimentaire mondial et du Fonds des Nations Unies pour l'enfance, grâce à des donations de denrées alimentaires et de lait thérapeutique. Depuis plus d'un an, la FAO collabore avec 11 ONG dans la région, notamment Save the Children-UK, Médecins Sans Frontières, Action contre le faim, Solidarités et Caritas, fournissant à 90 centres de nutrition des graines et des houes. Un agronome de la FAO enseigne aux familles qui viennent accompagner leurs enfants dans
les centres, les rudiments de l'agriculture afin qu'elles puissent se nourrir.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join