1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

Une nouvelle vague de violence fait 16 morts dans l'Etat du Plateau

Seize personnes au moins ont été tuées durant la nouvelle vague de violence lundi dans l'Etat du Plateau (centre du Nigeria), d'après des officiels et des habitants.

Le gouvernement de l'Etat a indiqué, dans un communiqué, qu'un groupe d'assaillants composés de pasteurs fulani et de rebelles tchadiens présumés, a attaqué le village de Kassa lundi en début de matinée. Ils ont mis le feu aux habitations et ont tiré sur tous ceux qui tentaient de fuir. Il n'a pas fourni de bilan des victimes, mais des habitants ont affirmé que dix personnes au moins ont été tuées.

Les autorités policières ont déclaré qu'une équipe mixte de soldats et de policiers qui avaient répondu à un appel de détresse provenant du village, a pourchassé les assaillants et a tué six d'entre eux. Elles ont ajouté que des soldats et des policiers effectuaient encore des barrages routiers dans la région et qu'ils fouillaient les véhicules, à la recherche des assaillants en fuite.

Des résidents locaux ont déclaré qu'ils s'attendaient à une attaque depuis qu'une vingtaine de têtes de bétail appartenant à des pasteurs, musulmans pour la plupart, avaient été abattue par des membres de la communauté locale de Biron, à prédominance chrétienne.

L'Etat du Plateau a été secoué par une violence communautaire intermittente depuis septembre 2001, depuis que des accrochages entre chrétiens et musulmans à Jos, la capitale de l'Etat, se sont soldés par plus d'un millier de morts. Plus de cent personnes ont péri cette année dans des affrontements entre les membres des communautés locales et des migrants fulani de langue Haoussa, plus au nord.

Certains de ces affrontements auraient impliqué des bandits armés, décrits par les autorités locales comme des anciens rebelles du Tchad voisin. Les ex-rebelles se sont manifestés ces dernières années dans plusieurs parties du centre et du nord-est du Nigeria, où ils servent souvent comme mercenaires dans des querelles locales.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join