The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

La CIJ rendra son arrêt sur Bakassi

La Cour internationale de justice (CIJ) rendra son arrêt le 10 octobre prochain sur le litige frontalier entre le Cameroun et le Nigeria, a rapporté la CIJ ce jeudi.

"La CIJ rendra son arrêt en l'affaire de la Frontière terrestre et maritime entre le Cameroun et le Nigeria (Cameroun c. Nigeria ; Guinée équatoriale (intervenant)) le 10 octobre », annonce un communiqué de presse émanant de la CIJ.

"Une séance publique aura lieu à La Haye, pendant laquelle le président de la Cour, le juge Gilbert Guillaume, fera lecture de l'arrêt, obligatoire et sans appel », est-il précisé.

L'affaire résulte d'une plainte déposée en 1994 par le Cameroun sollicitant un arbitrage sur la dispute autour de la souveraineté de la péninsule de Bakassi et une délimitation de la frontière maritime entre les pays. Le Cameroun a accusé le Nigeria d'occuper militairement la péninsule.

Plus tard la même année, le Cameroun avait étendu l'affaire à une autre dispute concernant « la question de la souveraineté sur des parcelles du territoire du Cameroun dans la zone du Lac Tchad », qu'il accuse le Nigeria d'occuper.

Le 6 septembre, le président nigérian Olusegun Obasnjo et son homologue camerounais Paul Biya ont discuté de la dispute avec le Secrétaire-Général de l'ONU Kofi Annan dans la capitale française, Paris. Ils sont convenus de respecter et d'appliquer la future décision de la CIJ, ainsi que d'établir des mécanismes de mise en oeuvre avec l'appui de l'ONU.

MM. Obasanjo et Biya ont également reconnu la nécessité d'adopter des mesures de mise en confiance, notamment une éventuelle démilitarisation de la péninsule de Bakassi, avec la possibilité d'envoi d'observateurs internationaux pour surveiller le retrait de toutes les troupes.

Lundi dernier, les deux pays ont accepté de raviver tous les traités et accords de coopération qui existent entre eux et mis en veilleuse par la querelle.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join