1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

Deux ministres démissionnent

Deux ministres sénégalais ont démissionné mardi à la suite de la catastrophe survenue il y a une semaine dans laquelle ont péri un millier de personnes après que le bateau 'Le Jooola' ait sombré en haute mer.

Le ministre de l'Equipement et des Transports, Youssou Sakho et le ministre des Forces Armées, Youba Sambou, ont présenté leur démission dans la capitale sénégalaise, Dakar, quelques heures avant que le président Abdoulaye Wade s'adresse à la nation. L'exploitation du bateau 'Le Joola' était confiée aux deux ministères.

Le gouvernement subit une forte pression, surtout de la part des familles des victimes de la tragédie, concernant une négligence présumée - en particulier après des informations initiales stipulant que le vaisseau n'était pas conçu pour le transport en mer.

« J'ai décidé de me retirer de l'appareil du gouvernement pour mettre à l'aise le chef de l'Etat dans l'aboutissement de l'enquête ouverte suite à cette catastrophe », aurait déclaré M. Sambou, repris par les quotidiens sénégalais.

Dans une déclaration à la nation au cours de laquelle il a accepté la démission des ministres, le président Wade a annoncé qu'il y aura une enquête technique détaillée.

Les équipes de sauvetage ont virtuellement abandonné les recherches, en déclarant qu'il était peu probable de retrouver d'autres corps.

Le gouvernement sénégalais a annoncé qu'il établira quatre lieux d'inhumation pour les victimes dont les corps n'ont pas été rétrouvés : deux à Zigiunchor, dans le sud du Sénégal d'où le ferry était parti ; un à Dakar, et un en Gambie, au large des côtes où la tragédie a eu lieu.

'Le Joola', qui était hors service depuis plus d'un an, avait été déclaré apte à la navigation au début de septembre. Le bateau effectuait la liaison entre Ziguinchor, dans la région de Casamance au sud du Sénégal, et Dakar.

Il constituait une alternative au transport routier depuis la Casamance, où le banditisme et les mines terrestres rendent les routes périlleuses.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join