1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sénégal

350 corps retrouvés dans la tragédie en mer

Country Map - Senegal - Casamance, separated from the rest of senegal by The Gambia, is in the throws of a 20-year rebellion.
The Casamance region borders Guinea-Bissau (au-Senegal)

Les autorités sénégalaises ont récupérés 350 corps à l'issue du naufrage jeudi dernier du 'MV Le Joola' au large de la côte de la Gambie, qui constitue le plus grave accident maritime au Sénégal.

Des responsables ont déclaré à IRIN que le bateau avait une capacité de 500 passagers. Or, il transportait entre 800 et 1000 personnes, principalement des commerçants et leurs marchandises. La presse a indiqué qu'une surcharge conjuguée à une défaillance dans l'un des deux moteurs dans de mauvaises conditions climatiques seraient à l'origine de l'accident.

Lamine Cissé, l'un des 72 survivants, a déclaré à IRIN samedi dans la capitale gambienne Banjul : « Le vaisseau a sombré à une vitesse effrayante. J'entends encore très fort et clairement les cris désespérés des femmes et des enfants. Ceci me hantera pour le reste de ma vie ».

La plupart des victimes seraient des Sénégalais. Les autres passagers incluaient des ressortissants de la Guinée-Bissau, de la Gambie, de la France et de l'Espagne. Des bateaux de Gambie et d'Italie se sont joints aux recherches pour repêcher les survivants et les corps.

Cité par les agences de presse, le président sénégalais Abdoulaye Wade aurait affirmé dans la capitale Dakar que l'Etat assumait la responsabilité de l'accident. Une « accumulation d'erreurs » a fait que le vaisseau géré par l'Etat a chaviré, aurait-il affirmé.

M. Wade a nommé une commission présidée par le premier ministre Madame Madior Boye pour mener une enquête. Il a également proposé que les corps qui n'ont pu être identifiés ou qui sont décomposés, soient enterrés dans un cimetière de la région de Kafountine, aux abords de la frontière sud avec la Gambie.

'Le Joola' n'était pas en service depuis août 2001 en raison de problèmes d'ordre technique qui le rendaient innavigable. Son retour en mer le 10 septembre fait suite à une querelle entre la Gambie et le Sénégal autour d'anciens accords sur les tansports routiers.

Le vaisseau assurait la liaison entre Dakar, la capitale sénégalaise, et Ziguinchor, la capitale de la région de la Casamance, au sud.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join