1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Burundi

Des groupes rebelles envisagent à nouveau de se joindre au Gouvernement

Trois groupes rebelles burundais ont déclaré qu'ils envisageront à nouveau
de participer au Gouvernement de transition, compte tenu que ce dernier ne dispose d'"aucune autorité sur les services de défense et de sécurité" pour protéger la population du Burundi.

Cette déclaration a été conjointement publiée le 20 septembre par Léonard
Nyangoma, du Conseil national pour la défense de la démocratie (CNDD),
Joseph Karumba, du Front pour la libération nationale (FROLINA), et Antoine Sezoya Ngabo, du Parti pour la libération du peuple Hutu (PALIPEHUTU), comme réaction aux informations relatives au massacre de plus de 170 personnes dans la province de Gitéga, au centre du pays, le 9 septembre.

Les trois groupes rebelles affirment que le massacre a démontré que le
Gouvernement de transition ne contrôlait aucunement l'armée, et que la mise en place d'un tel gouvernement, conformément aux accords d'Arusha, se révélait "insuffisante pour protéger la population civile". Ils ont ajouté
que les Burundais ne pourront pas bénéficier de tous leurs droits - y
compris le droit à la vie - à moins de créer une armée "véritablement
nationale", composée d'un mélange d'ethnies, pour remplacer l'armée
actuelle.

Les trois mouvements rebelles ont accusé l'armée d'avoir causé la mort de "plusieurs milliers d'innocents" le 9 septembre. Ils ont par ailleurs invité la communauté internationale à imposer des sanctions sur les livraisons d'armes.

Le porte-parole de l'armée, le colonel Augustin Nzabampema, a déclaré vendredi à IRIN que les combattants rebelles étaient "complètement
responsables" des massacres. "Nous avons attendu quatre jours avant de
lancer les opérations, pour permettre [aux civils] de quitter les zones de
combats. La responsabilité de leur décès repose franchement sur les épaules des rebelles", avait-il ajouté.

[À lire également:
http://www.irinnews.org/report.asp?ReportID=30000&SelectRegion=Great_Lakes ]


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join