1. Accueil
  2. Africa
  3. DRC

L'Ouganda retire ses troupes

L'Ouganda a officiellement retiré l'ensemble de ses forces de la République démocratique du Congo (RDC), à l'exception de deux bataillons qui seront maintenus pour assurer la sécurité des civils au nord-est de la RDC, dans la
ville de Bunia en butte à des troubles, a annoncé la radio officielle ougandaise.

Le porte-parole de l'armée ougandaise, le major Shaban Bantariza, a déclaré sur les ondes de la station que les bataillons resteraient à Bunia jusqu'à l
'arrivée de la mission de maintien de la paix de l'ONU (MONUC). Le journal
« New Vision » du gouvernement ougandais a rapporté que 1 138 soldats
étaient revenus de RDC.

L'Ouganda a signé, le 15 août, un accord de paix avec la RDC, dans le cadre duquel il a promis de retirer la plupart de ses troupes cantonnées en RDC.

La ville de Bunia, qui compte une population d'environ 300 000 personnes, est située à moins de 50 km de la frontière ougandaise. Deux groupes ethniques de la région de l'Ituri, les éleveurs Hema et les agriculteurs Lendu, se sont fréquemment affrontés sur la question du leadership de cette région dont Bunia est la ville principale.

L'envoyé de l'ONU en RDC, Amos Namanga Ngongi, a fait savoir que les
conflits qui se poursuivent à Bunia n'ont pas uniquement une cause ethnique mais sont aussi motivés par des intérêts sous-jacents de nature politique et économique.

M. Bantariza a fait savoir que lorsque les troupes de la MONUC seraient prêtes, l'armée ougandaise serait redéployée sur les monts de Rwenzori. Il a également assuré les Ougandais que l'ouest de l'Ouganda était aujourd'hui sécurisé et il a recommandé aux personnes vivant dans ces endroits secoués par des troubles tels que Bundibugyo, Kasese et Fort Portal de se consacrer à une production alimentaire massive.

Parallèlement ce mardi, « New Vision « a rapporté que plus de 300 réfugiés congolais fuyant le conflit de Bunia étaient arrivés, depuis le milieu du mois d'août, dans le district de Nebbi, à l'ouest de l'Ouganda.

« Les gens hébergent les réfugiés chez eux. Mais ils ne peuvent pas les
recevoir trop longtemps sinon ils commenceront à voler des vivres, » selon les propos d'un conseiller local Ronald Nyatorombo.


Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join