1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Guinée-Bissau

Le FAD octroie 29 millions de dollars pour un projet d'adduction d'eau

Le Fonds africain de développement (FAD) a accordé à la Tanzanie un don de 28,98 millions de dollars US, pour financer un projet d'adduction d'eau dans le district de Monduli, en Tanzanie, a annoncé mercredi le FAD. L'accord a été signé mardi à Tunis par M. Kassim Mahrajah Juma Mwawado, ambassadeur de la Tanzanie en Egypte et Théodore Nkodo, vice-président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), chargé du secteur privé et des opérations dans les régions Nord, Est et Sud. [Le FAD fait partie du groupe de la BAD]

Ce don permettra "d’améliorer le taux d’approvisionnement en eau pour la consommation domestique et le bétail ainsi que la gestion intégrée des ressources naturelles pour réduire la pauvreté dans les localités choisies du district de Monduli," a indiqué le communiqué.

Près de 72.500 habitants bénéficieront de ce projet qui "couvre 18 villages et deux centres d’habitations, y compris le centre administratif du district de Monduli et Namanga, sur les 73 villages que compte le district de Monduli," a précisé le FAD.

Les travaux consisteront notamment dans l'installation d'infrastructures d’adduction d’eau; d'ouvrages de captage, de traitement, de transmission et de distribution; sept installations de stockage d’eau de surface dans quatre villages seront réhabilitées alors que huit nouvelles installations seront construites dans huit villages; le forage et l’aménagement de 18 puits dans six villages situés dans différentes localités. "Les puits seront équipés de pompes motorisées qui alimenteront des châteaux d’eau locaux. Pour la plupart des sources de stockage en surface, des prises d’eau séparées seront prévues pour l’usage domestique et la consommation du bétail," a ajouté le FAD.

Le groupe de la Banque intervient en Tanzanie depuis 1971, a rappelé le communiqué. Il a financé quelques 70 opérations, pour un montant total de 1,155 milliards de dollars US.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join