1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Le coût annuel des guerres est estimé à 15 milliards de dollars

Les situations d'urgence causées par les guerres, les troubles civils ainsi
que les catastrophes naturelles constituent en Afrique l'une des plus graves menaces pour la santé, selon le directeur régional pour l'Afrique, le docteur Ebrahim Samba de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d'une allocution dans la capitale de la République du Congo, Brazzaville.

« Elles [les situations d'urgence] se sont traduites par la mort de
plusieurs centaines de milliers de personnes, notamment parmi les femmes et les enfants, d'importants mouvements de population, des cas de malnutrition et une plus vaste propagation de certaines maladies, notamment le VIH/sida, la tuberculose, le paludisme, les infections aiguës des voies respiratoires et les troubles fonctionnels de l'intestin, sans parler des souffrances humaines, et plusieurs autres maladies transmissibles et non transmissibles,
y compris les maladies mentales, » a-t-il dit aux représentants de l'OMS et
représentants de pays en Afrique réunis mercredi à Brazzaville pour la 30ème session de leur Sommet sur les programmes régionaux.

Parmi les autres conséquences des catastrophes, a-t-il poursuivi, figurent la destruction des structures sanitaires, l'accès limité aux soins de santé fondamentaux, les pénuries alimentaires (comme celles dont souffrent l'Afrique australe et la Corne de l'Afrique), l'accès insuffisant à l'eau potable et l'augmentation de la pauvreté chronique.

Sur les 46 pays de la région Afrique de l'OMS, a informé M. Samba, 23 sont
confrontés à des situations d'urgence, avec neuf millions de réfugiés et plus de 35 millions de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays sur l'ensemble du continent.

« Il est impératif de trouver des solutions durables aux guerres et aux
troubles civils pour protéger la santé des populations et la promouvoir de manière significative, » a-t-il ajouté.

Lors de cette rencontre, le conseiller régional pour les situations d'urgence et l'action humanitaire du Bureau régional de l'OMS-Afrique, le Dr Komla Siamevi, a déclaré que les pertes économiques dues aux guerres en Afrique s'élèvent à 15 milliards par an. « Il s'agit d'un grave problème qu'il faut s'attacher à résoudre immédiatement, » a-t-il lâché.

Les situations d'urgence sont aujourd'hui « endémiques » dans la région, a déclaré le Dr Siamevi, ajoutant que l'ensemble des pays sont potentiellement vulnérables et que pour obtenir des solutions durables, il faudrait que les pays introduisent des éléments d'urgence et des actions humanitaires dans leurs programmes de développement de la santé et leurs priorités en matière de santé.

Face aux diverses urgences qui ont récemment frappé les pays de la région, l'OMS-Afrique a mis en place une série de mesures, notamment un soutien technique pour les programmes d'évaluation et d'intervention dans les pays touchés, le renforcement de la capacité du personnel national de la santé pour l'évaluation des risques et des vulnérabilités, la préparation d'une réponse ; la préparation d'interventions adéquates pour atténuer les conséquences de la crise en matière de santé, le relèvement, un soutien à la
procédure d'appel global; la mise en place d'équipes inter-pays à Abidjan,
Harare et Nairobi et la formation récente d'une équipe de santé au Bureau régional de soutien de la coordination interagences basé à Johannesburg pour la crise humanitaire frappant l'Afrique australe.

Parmi d'autres actions, a ajouté l'OMS, figurent le soutien aux pays touchés par la crise humanitaire en Afrique de l'ouest, le soutien à la coopération technique inter-pays et la coordination de la mise en place de toutes les activités de préparations des interventions face aux situations d'urgence dans la région.

Parmi les situations d'urgence frappant aujourd'hui plusieurs pays d'
Afrique, on note les conflits armés, les épidémies de fièvre hémorrhagiques
et autres maladies, la sécheresse et la famine, les éruptions volcaniques,
les ouragans, les tempêtes et les incendies.




This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join