1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

115 cas d'Ebola dont 97 décès dans la région de Cuvette-Ouest

Le 8 mars 2003, 115 cas probables d'Ebola, virus très contagieux et souvent mortel, ont été notifiés en République du Congo (RC), dont 97 décès, selon le représentant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en RC, le docteur Lamine Sarr.

M. Sarr a indiqué que dans la capitale, Brazzaville, une analyse du dernier bilan a permis de montrer que la maladie a jusqu'à présent fait 86 morts dans 10 villages du district de Kelle et tué 11 autres personnes dans trois villages du district de Mbomo, situé à 100 km plus au nord. Les districts de Kelle et Mbomo sont situés dans la région de Cuvette-Ouest, à la frontière du Gabon.

« La recherche et la gestion des cas se poursuivent bon train, les cas
suspects et les contacts sont systématiquement surveillés, » a indiqué le docteur Paul Lusamba-Dikassa, conseiller régional du département de la surveillance et des interventions face aux maladies transmissibles au Bureau régional de l'OMS pour l'Afrique, qui vient de rentrer à Brazzaville après une visite dans la région touchée par l'épidémie.

« Il est vrai que nous observons moins de cas qu'il y a cinq semaines. Mais nous ne voulons pas, pour l'heure, nous risquer à parler d'un fléchissement du taux des nouveaux cas, compte-tenu de la difficulté d'accès dans les villages reculés, le mode de transmission de la maladie et le fait qu'il y a plus de 100 "contacts" [des personnes qui ont été en contact direct avec des cas d'Ebola suspects ou confirmés] sous surveillance, » a poursuivi le
docteur Lusamba-Dikassa. « Rappelez-vous, même un seul cas d'Ebola est
considéré comme une épidémie. »

Un centre d'isolement a été mis en place à l'hôpital du district de Kelle, et un autre à l'hôpital du district de Mbomo pour contenir la propagation de l'épidémie et fournir aux patients des soins appropriés, selon M. Lusamba-Dikassa.

Le représentant de l'OMS a également fait part d'une amélioration de la
coopération entre la communauté locale et les équipes de contrôle de l'épidémie composées d'experts nationaux, internationaux et de volontaires réunis dans le cadre du Réseau mondial OMS d'alerte et d'action en cas d'épidémie.

Le réseau est une collaboration technique composée d'institutions et de réseaux existants qui regroupent des ressources humaines et techniques pour pouvoir identifier, confirmer et agir rapidement face aux épidémies d'
importance internationale. Il fournit un cadre opérationnel qui réunit ces
connaissances et compétences afin de permettre à la communauté
internationale de rester vigilante face à la menace d'épidémies, et prête à l'action.

Parmi les experts internationaux recrutés pour contenir cette dernière
épidémie d'Ebola en RC, figurent quatre docteurs cliniciens, trois
spécialistes en épidémiologie, trois anthropologues médicaux et deux
responsables de logistique. Leurs activités vont de la recherche et de la gestion des cas à la surveillance des contacts, à la distribution d'
information au public comprenant notamment des conseils et une assistance en matière de pratiques funéraires.

Le Dr Lusamba-Dikassa a précisé que devant cette situation « très
dynamique », la taille et la composition de l'équipe sur le terrain seraient ajustées en conséquence. « Les efforts de l'équipe de contrôle de l'épidémie
sur le terrain ont été entravés par d'énormes problèmes logistiques en
matière d'accès routier aux localités concernées, de transport et de
télécommunications, mais nous sommes encouragés par la coopération de tous
nos partenaires pour soutenir le gouvernement congolais, » a-t-il dit.

Les 10 villages les plus touchés dans le district de Kelle sont Abolo,
Akamou, Ambomi, Andjokou, Entsiami, Kelle, Lossi, Ndjoukou, Ongonda et
Yembelangoye. La première victime humaine, ou le « cas index », a été
notifiée à Yembelangoye le 4 janvier 2002. Dans le district de Mbomo, les
trois villages les plus touchés sont Ilombo la Pendo, Mbomo, et Lengui-Lengui Mbomo.

L'Ebola se caractérise par de la fièvre, des diarrhées, d'importantes pertes de sang et une très grande fatigue. Le virus se transmet par contact direct avec les liquides organiques de personnes infectées ou d'autres primates. Il n'existe aucun traitement contre cette maladie qui tue entre 50 et 90 pour cent de ses victimes. La prévention, la détection rapide et la mise en quarantaine des cas suspects restent le meilleur moyen d'enrayer l'épidémie.

C'est fin 2002 que les autorités ont été pour la première fois alertées sur
le risque d'une épidémie d'Ebola lorsque plusieurs membres d'un groupe de gorilles ont été retrouvés morts. Des tests effectués sur les corps ont
confirmé qu'ils étaient morts de la fièvre Ebola. L'épidémie actuelle aurait été causée par des villageois ayant mangé des primates infectés.


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join