1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Recrudescence des affrontements entre les soldats français et les rebelles

Des soldats français et des rebelles non identifiés se sont affrontés mardi à Duékoué, une ville de l’ouest ivoirien. Deux soldats français ont été blessés, a déclaré mercredi à IRIN le porte-parole de l’armée française, le lieutenant colonel Ange-Antoine Lecia. M. Lecia, qui a ajouté qu’il s’agissait d’une légère escarmouche d’une dizaine de minutes, a estimé que 10 rebelles ont été « mis hors service ». Il n’a pas pu dire à quel groupe rebelle appartenaient les combattants.

Deux groupes armés ont surgi sur la scène à l’ouest de la côte d’Ivoire à la fin novembre. Ils ont affronté à plusieurs reprises les soldats français et ivoiriens. Les deux groupes, le Mouvement pour la Justice et la Paix (MJP) et le Mouvement Populaire Ivoirien du Grand Ouest (MPIGO), ont néanmoins signé il y a une semaine un accord de cessation des hostilités. M. Lecia a indiqué qu’un petit nombre d’éléments armés se comportait davantage comme des « bandits » sans aucune sorte de commandement. La situation sur le terrain dans la région est « quelque peu confuse », a-t-il commenté à IRIN.

L’accrochage de mardi est le deuxième incident depuis le début de la table ronde à Paris. Les discussions, amorcées le 15 janvier, doivent s’achever vendredi. D’après les médias, les principales formations politiques et les groupes rebelles ivoiriens sont convenus en principe de modifier certains aspects de la Constitution ivoirienne, et d’autres aspects politiques qui, de l’avis des partis d’opposition et des groupes rebelles, sont à la base de la crise.

La table ronde sera suivie, samedi et dimanche, d’un sommet des Chefs d’Etats ouest-africains et d’autres responsables de haut niveau. Le Secrétaire Général de l’ONU, Kofi Annan, ainsi que le président ivoirien Laurent Gbagbo, sont attendus à la conférence, qui se tiendra à Paris.

En Côte d'Ivoire, l’Envoyée humanitaire de l’ONU, Carolyn McAskie, a conclu mardi une visite dans les villes clé affectées par le conflit. Mme McAskie a visité Daloa et Guiglo, deux villes de l’ouest où environ 6 000 réfugiés libériens vivent dans le camp de réfugiés de Nicla. McAskie, qui est la Coordinatrice adjointe du système de l’ONU pour les secours d’urgence, doit également rencontrer le président Gbagbo à Abidjan. Elle se rendra dans les pays voisins au début de la semaine prochaine.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join