1. Accueil
  2. East Africa
  3. Uganda

La grippe fait 2 000 victimes

Le Ministre de la Santé de la République démocratique du Congo, Mashako Mamba, a indiqué mardi à IRIN que "plus de" 2 000 personnes étaient mortes des suites d'une épidémie de grippe qui touche plusieurs régions du pays depuis un mois et demi. Des responsables du gouvernement, a-t-il précisé, ont également recensé 500 000 autres cas de personnes infectées par le virus, qui s'est propagé depuis la République centrafricaine par les fleuves Ubangi et Congo avant de gagner la capitale congolaise Kinshasa en décembre 2002.

"Bien d'autres personnes sont touchées par cette souche virulente de la grippe à Kinshasa mais le nombre de décès enregistrés dans les provinces est plus élevé en raison de la détérioration des services sanitaires engendrée par la guerre," a-t-il poursuivi. Les régions infectées sont Thuapa, au sud de la Province Equateur, et Inongo, à proximité du Lac Mai-Ndombe, au nord de la Province Bandundu.

Selon le ministre, la malnutrition et la carence en vitamine A sont également des facteurs contribuant au taux élevé de mortalité dans les provinces; entre 60 et 80 pour cent des enfants et adultes sont sous-alimentés dans les districts de Nord Ubangi et Bosobolo, les deux zones ayant enregistré les premiers cas de grippe. "Au contraire, à Kinshasa, 60 pour cent de la population possèdent un taux important de vitamine A, ce qui protège leur système respiratoire et sanguin," a-t-il précisé.

Le ministre a expliqué que la situation sanitaire avait été aggravée par l'exode de la plupart des docteurs fuyant les combats dans le nord-ouest du pays. Les médecins qui sont restés doivent parfois faire plus de 100 km pour soigner les malades. "Dans l'ensemble, le nombre de décès recensés en Equateur et à Inong dépasse les 2 000 sur les 100 000 personnes infectées", a-t-il poursuivi.

Les symptômes de la grippe sont la fièvre, des maux de tête, la fatigue, la toux, les maux de gorge et les sécrétions nasales. "Les échantillons prélevés sur les malades en Equateur et analysés en laboratoire confirment la grippe du type A, ce qui explique l'ampleur de l'épidémie et le risque d'infection dans d'autres régions du pays ou du continent, contrairement aux virus du type B ou C qui sont bénins," a-t-il ajouté.

En octobre et décembre 2002, une épidémie semblable a tué 500 personnes dans la localité de Bosobolo, à 50 km au sud-ouest de Gbadolite, dans la Province Equateur.



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join