1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Angola

Les forces politiques à Paris

Des délégations représentant le Gouvernement, les principales formations politiques et les trois mouvements rebelles, sont attendues à Paris, la capitale française, afin de tenter de trouver autour d'une table ronde, une solution à quatre mois de crise.

La table ronde s'ouvrira mercredi pour une dizaine de jours, a annoncé lundi à Paris le ministère français des Affaires étrangères. La réunion, qui se tiendra sous les auspices du Gouvernement français, des Nations Unies, de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de la Francophonie, constituerait un forum pour que les parties discutent tous les problèmes et rédigent un plan détaillé en vue de résoudre la crise, qui a déplacé des milliers de personnes, asphyxié les économies nationale et régionale, et qui menace la stabilité de la région.

La délégation du Front Populaire Ivoirien, au pouvoir, sera dirigée par le premier ministre Pascal Affi N'guessan; l'ex-président Henri Konan Bédié sera à la tête de la délégation du PDCI, tandis que la principale figure de l'opposition, Alassane Ouattara, présidera celle du Rassemblement des Républicains. D'autres partis, disposant de sièges à l'Assemblée nationale, seraient également attendus en France, ont rapporté les médias ivoiriens mardi.

Les trois groupes rebelles, le Mouvement Patriotique de Côte d'Ivoire (MPCI), le Mouvement pour la Justice et la Paix (MJP) et le Mouvement Populaire Ivoirien pour le Grand-Ouest (MPIGO), sont également attendus. Les deux derniers ont signé lundi un accord de cessation des hostilités avec le Gouvernement, et ont confirmé leur participation à la table ronde, considérée dans certains milieux comme le dernier effort de la part de la France.

Dans son point d'information lundi, le chef de la diplomatie française a indiqué que la réunion se tiendra à huis clos. Cette rencontre sera suivie d'un sommet des chefs d'Etat ouest-africains.

Plusieurs organisations, notamment le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme, ont exprimé leur appui au processus de Paris, et ont exhorté les belligérants à trouver une solution à la crise.

Pour consulter la couverture d'IRIN sur la crise ivoirienne, visiter
http://www.irinnews.org/Frenchfp.asp?SelectRegion=Afrique_de_l_ouest&SelectCountry=Côte_d_Ivoire


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join