1. Accueil
  2. Afrique

La chance d’être en vie

Comment survit-on deux mois sous des décombres ?

rescue
rescue (UN Photo/Marco Dormino)

Six jours après l’effondrement d’un immeuble de Nairobi, la capitale du Kenya, quatre personnes encore vivantes ont été tirées des décombres.

L'une d'entre elles a malheureusement succombé à ses blessures quelques heures plus tard, mais cela reste un remarquable exemple de résistance humaine.

Les secours ont généralement entre cinq et sept jours pour sauver les victimes d’effondrement. Ensuite, en l’absence de tout signe de vie, les équipes d’urgence ont tendance à abandonner la recherche de personnes vivantes pour se concentrer sur l’extraction des cadavres

Mais des cas exceptionnels de survie après une semaine se sont déjà produits. Comment est-ce possible ? Comment peut-on survivre pendant plusieurs semaines sous des tonnes de béton ?

La volonté de s’en sortir y est pour beaucoup, mais Lucien Jaggi, du Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage des Nations Unies, pense qu’il s’agit davantage d’une question de chance — et de compétence des équipes de secours.

« Ceux qui ont survécu avaient en général trouvé un vide dans les décombres, un espace, et parfois même une source d’eau », a-t-il dit à IRIN.

L’idée que certaines personnes survivent grâce à leur volonté laisse entendre que ceux qui ne s’en sortent pas auraient baissé les bras, ce que M. Jaggi refuse de croire.

« Tout le monde fait tout ce qu’il peut pour survivre », a-t-il dit. « Je pense que le bébé [sorti des décombres de l’immeuble de six étages de Nairobi 80 heures après son effondrement] a juste eu de la chance. »

Voici quelques exemples de victimes d’effondrement les plus chanceuses dans le monde :

Naqsha Bibi — Coincée dans sa cuisine pendant deux mois alors que le reste de sa maison avait été détruit par un tremblement de terre au Cachemire pakistanais en 2005.

Evan Muncie — Retrouvé dans les décombres d’un marché de Port-au-Prince 29 jours après le séisme de 2010 qui a fait environ 220 000 morts en Haïti.

Park Seung-hyun —  Ensevelie pendant 17 jours après l’effondrement du grand magasin Sampoong, en Corée du Sud, en 1995. La catastrophe a fait plus de 500 morts.

Reshma Akhter – Cette couturière bangladaise a survécu 17 jours dans les décombres des huit étages du Rana Plaza, dont l’effondrement a fait plus de 1 130 morts en 2013.

Shahr-Banu Mazandarani – Cette grand-mère iranienne a été retrouvée neuf jours après le tremblement de terre qui a rasé sa maison à Bam en 2003. Ce séisme de 6,6 sur l’échelle de Richter a fait au moins 26 000 morts.

oa/ag-ld/amz 

 

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join