1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Cameroun

La contrebande d’armes destinées à Boko Haram menace le Cameroun

Part of a weapons haul collected in the past couple of months as part of the DDRRR process in the eastern Democratic Republic of Congo
Part of a weapons haul collected in July and August 2011 by the DDRRR process in eastern DRC (Guy Oliver/IRIN)

Les récentes saisies d’armes et arrestations de contrebandiers dans la région de l’Extrême-Nord, au Cameroun, ont attiré l’attention sur la hausse de l’insécurité causée par Boko Haram au Nigeria voisin et sur l’impact des troubles en République centrafricaine (RCA) et au Soudan.

En janvier, les forces de sécurité camerounaises ont arrêté un homme qui tentait de faire passer 655 armes à feu au Nigeria. En septembre 2013, selon les autorités et les médias locaux, 5 400 fusils AK-47 ont été saisis à l’arrière d’un pick-up à Maroua, la capitale de l’Extrême-Nord.

« De nombreuses armes à feu transportées par des trafiquants depuis des pays en crise comme le Soudan et la RCA ont été saisies dans la région ces derniers jours. Leur nombre pourrait être plus élevé en raison de l’opération de désarmement qui a lieu actuellement en RCA. La région reste une zone de trafic, car elle est proche du Nigeria », a dit à IRIN un policier de Maroua.

Le Cameroun a renforcé les mesures de sécurité dans l’Extrême-Nord depuis que la répression militaire du Nigeria contre Boko Haram a repoussé les insurgés vers les régions frontalières et forcé des milliers de civils à fuir au Cameroun.

« Avant le déploiement des forces de sécurité spéciales du Groupe d’intervention rapide en 2009 dans l’Extrême-Nord camerounais, la région était en proie à de nombreux coupeurs de route armés de mitrailleuses légères. Mais aujourd’hui, les vols armés ont diminué dans l’Extrême-Nord et ont laissé la place aux trafiquants d’armes qui visent maintenant de nouveaux marchés au Nigeria voisin », a dit un gendarme de la division du renseignement.

« En raison de l’étendue des frontières de la région, les trafiquants peuvent parfois traverser la région sans être repérés. »

Des frontières perméables

Les enlèvements, les déplacements irréguliers d’étrangers et l’afflux de réfugiés de RCA, du Tchad, du Nigeria et du Soudan sont autant de menaces contre la sécurité de l’Extrême-Nord. Les autorités craignent que les camps de réfugiés servent de cachette aux activistes ou deviennent la cible d’attaques.

Le Cameroun accueille actuellement une centaine de milliers de réfugiés, principalement originaires de RCA. Les attaques incessantes de Boko Haram et les affrontements entre le mouvement et l’armée ont forcé environ 5 000 Nigérians à chercher refuge au Cameroun le mois dernier. Le nombre de réfugiés nigérians est ainsi passé à 12 000, dont 2 185 ont été installés dans un camp du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) dans l’Extrême-Nord.

« Maroua est actuellement confronté à de nombreux problèmes de sécurité, auxquels s’ajoutent [l’arrivée] de nombreux réfugiés de différentes nationalités par les frontières est et ouest du Cameroun. Mais plusieurs mesures de sécurité ont été prises », a dit à IRIN Bob-Iga Emmanuel, chef du service de police au bureau du gouverneur de la région de l’Extrême-Nord.

Les troubles qui secouent la région alimentent le commerce des armes

Les observateurs signalent que l’insurrection de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria est l’un des principaux facteurs de la contrebande d’armes.

« Le régime actuel en RCA n’a pas encore évalué ni retrouvé les millions d’armes qui auraient été pillées dans l’arsenal du gouvernement. Où ces armes vont-elles après la guerre ? La guerre de Boko Haram s’intensifie, ce qui explique l’ampleur du trafic d’armes à travers l’Extrême-Nord camerounais, qui relie le Nigeria à d’autres zones de crise comme la RCA, le Soudan, la Libye et la RDC [République démocratique du Congo] », a dit David Mekong, un analyste politique basé à Yaoundé.

« Après les guerres, les armes à feu sont vendues à des prix relativement bas : une véritable opportunité commerciale pour les trafiquants. Le processus de désarmement et démobilisation est en cours en RCA et les armes de ce conflit peuvent facilement parvenir à Boko Haram et atteindre d’autres zones de crise », a dit M. Mekong.

mn/ob/rz-ld


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join