The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République démocratique du Congo

L'Ouganda mal préparé à l'afflux de réfugiés congolais

Congolese refugees board a truck at Bunagana on the Uganda-DRC border heading to Nyakabande transit centre in western Uganda’s Kisoro District, 19 May 2012. Hundreds of Congolese refugees (30,000-40,000 refugee) have camped at Uganda-Democratic Republic
Congolese refugees board a truck at Bunagana on the Uganda-DRC border heading to Nyakabande transit centre in western Uganda’s Kisoro District (May 2012) (Samuel Okiror/IRIN)

Environ 66 000 Congolais se sont réfugiés en Ouganda ces derniers jours, à la suite d'affrontements entre le mouvement rebelle ougandais Alliance des forces démocratiques (ADF) et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Confrontés à des difficultés de financement, le gouvernement ougandais et les organisations d'aide humanitaire peinent à répondre aux besoins des réfugiés.

« La situation est désespérée. C'est affligeant [...] cet afflux massif de réfugiés et leur nombre soudain, dans une région très peu préparée à apporter une aide humanitaire », a dit à IRIN Mohammed Adar, représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Ouganda. « Nous ne disposons pas de l'infrastructure adéquate pour supporter un tel afflux dans une région [où les réfugiés n'étaient pas présents] par le passé. »

L'Ouganda accueille déjà plus de 200 000 réfugiés et demandeurs d'asile, dont plus de 60 pour cent sont originaires de RDC.

Les nouveaux réfugiés se trouvent dans la ville de Bundibugyo, dans l'ouest de l'Ouganda. Ils sont hébergés dans cinq écoles primaires et dans d'autres locaux. Ils ont commencé à arriver le 11 juillet, lorsque des affrontements ont éclaté près de la frontière séparant la RDC de l'Ouganda.

Ressources insuffisantes

« Ces villages [du district de Bundibugyo] étaient vides. Ils ne disposaient d'aucune infrastructure. Nous mettons en place des réseaux d'eau et d'assainissement, [construisons] des abris et distribuons de la nourriture », a dit à IRIN par téléphone Charles Bafaki, agent d'établissement du cabinet du premier ministre, qui coordonne l'intervention d'urgence.

Selon le HCR, au 19 juin, seulement 29 pour cent du budget de 93,8 millions de dollars pour les opérations de cette année en Ouganda étaient financés. « Nous appelons à une aide financière de la part des bailleurs de fonds et de la communauté internationale afin de répondre à cet afflux massif de réfugiés », a dit M. Adar. « Il est de la responsabilité de la communauté internationale et des bailleurs de fonds d'aider l'Ouganda à supporter ce fardeau. »

L'ADF a été formée dans les années 1990, dans la chaîne des Rwenzori, dans l'ouest de l'Ouganda, près de la frontière avec la RDC. Jusque dans les années 2000, la rébellion s'est limitée au territoire ougandais et une centaine de combattants seulement auraient trouvé refuge dans la province congolaise du Nord-Kivu. Le gouvernement ougandais a cependant récemment signalé que le groupe recrutait et entraînait des combattants dans l'est de la RDC, avec l'aide des islamistes somaliens d'Al-Shabab.

Le 15 juillet, les autorités ont dit qu'elles tentaient avec beaucoup de mal de réinstaller les réfugiés dans un nouveau centre de transit, près du sous-comté de Bubukwanga, dans le district de Bundibugyo, à environ 28 km de la frontière entre l'Ouganda et la RDC. « Ils occupent actuellement des écoles, des églises, des jardins particuliers et des vérandas et sont source d'énormes problèmes pour la communauté d'accueil », a dit M. Adar, du HCR.

Selon les organisations humanitaires, les réfugiés ont un besoin criant d'aide humanitaire et de secours d'urgence.

« Si les articles alimentaires et non alimentaires sont arrivés, le grand nombre de personnes et leur large dispersion rend difficile tout service », a ajouté M. Adar. « Les points les plus préoccupants actuellement sont l'eau, la santé et l'assainissement et l'hébergement. »

Le Programme alimentaire mondial a distribué suffisamment de denrées alimentaires pour nourrir 20 000 personnes pendant cinq jours et un nouvel approvisionnement devrait arriver, a dit le HCR dans un communiqué publié le 15 juillet.

L'armée ougandaise dit avoir renforcé la sécurité à la frontière avec la RDC afin de s'assurer que les rebelles de l'ADF ne s'infiltrent pas dans le pays.

D'autres réfugiés sont en chemin

Le HCR témoigne également d'une augmentation du nombre de réfugiés congolais dans le district de Kisoro, dans le sud-ouest de l'Ouganda, à la suite de nouveaux affrontements entre les rebelles du M23 et les FARDC près de Goma, la capitale du Nord-Kivu. Selon les autorités congolaises, les FARDC ont repoussé une attaque du M23 le 14 juillet, mais le lendemain, les combats se poursuivaient.

« La situation près de Goma est très préoccupante. Elle va sans aucun doute nous causer des problèmes », a dit M. Adar, du HCR. « Nous avons reçu plus de 1 000 réfugiés dans notre centre de transit de Kisoro ces derniers jours. Ils arrivent par mesure de prévention. Nous attendons encore de nouveaux arrivants à cause de la situation à Goma. »

so/kr/rz-ld


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join