The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Afrique du Sud

Frederik Ngubane, apatride en Afrique du Sud : « J’ai l’impression que mon avenir est en suspens »

Khumbulani Frederik Ngubane was born in South Africa to South African parents but, lacking any proof of his origins or nationality, he is stateless
« Je suis prêt à partir dans n’importe quel pays qui me viendrait en aide » (Daniel Boshoff/UNHCR)

Frederik Ngubane, un Sud-Africain de 22 ans, est revenu dans son pays natal en 2009, après avoir passé son enfance au Kenya et en Ouganda. M. Ngubane, qui est orphelin, avait perdu tout contact avec ses parents sud-africains ; peu de temps après son arrivée dans le pays, il a perdu son certificat de naissance, le seul document prouvant sa nationalité. Pendant quatre ans, il a été apatride et, aujourd’hui, l’espoir de voir sa situation s’améliorer s’amenuise.

« Ma mère et mon père étaient sud-africains, mon père est mort en 1993 et ma mère [et moi] sommes partis au Kenya. J’ai grandi là-bas jusqu’à la mort de ma mère, en 2002, et ensuite je suis parti en Ouganda avec ma tante.

« À la mort de ma tante, je suis revenu en Afrique du Sud pour essayer de reprendre contact avec ma famille. Je n’étais pas en contact avec eux, mais je savais où ils vivaient ; je pensais que ce serait facile.

« Je n’avais pas de passeport, seulement un certificat de naissance [sud-africain]. Il m’a fallu quatre mois pour venir ici depuis l’Ouganda. Malheureusement, j’ai tout perdu quand j’ai été pris otage à Tonga, à environ 40km de la frontière [mozambicaine]. Ils m’ont gardé une nuit, ils voulaient que je leur donne le numéro de téléphone d’un parent à qui ils pourraient demander de l’argent, mais je me suis enfui.

« Je suis allé à Newcastle [dans la province du KwaZulu-Natal] pour retrouver la famille de mon père – c’est à ce moment-là que j’ai été arrêté. Je suis allé au poste de police pour demander de l’aide et j’ai rencontré un policier qui portait le même nom de famille que moi. Il m’a ramené chez lui ; ensuite, nous sommes allés au [département] des Affaires intérieures. Ils m’ont interrogé et j’ai passé trois semaines au poste de police avant d’être transféré à Lindela [centre de rapatriement].

« Ils ont essayé de me déporter. Ils ont appelé l’ambassade ougandaise, mais ils ont répondu non. Ensuite, ils ont essayé le Kenya, mais eux-aussi ont dit non. Alors, après trois mois, ils m’ont relâché.

« Une fois libre, je suis allé au département des Affaires intérieures de Johannesburg, mais ils m’ont mis dehors. J’ai également essayé de déposer une demande d’asile, mais ils ont refusé, car je suis né en Afrique du Sud.

« Je ne sais pas combien de fois je suis allé au département des Affaires intérieures. Un homme que j’ai rencontré là-bas m’a dit la semaine dernière qu’une personne qui a de l’argent peut obtenir la nationalité. À Newcastle aussi, ils m’ont dit que si j’avais de l’argent, je pourrais obtenir de l’aide. Si on n’a pas d’argent, on souffre.

« J’ai été arrêté à plusieurs reprises. Ça peut arriver quand je passe dans le CBD [Central Business District, quartier d’affaires]. Mais quand ils appellent les Affaires intérieures, on leur dit que mon dossier est en cours de traitement et ils me relâchent.

« Je me suis beaucoup déplacé ; je ne me suis pas installé. Aujourd’hui, je vis dans un abri à Pretoria. Je travaille à la pièce, mais pour la plupart des emplois, ils demandent une carte d’identité.

« C’est en 2010 que je suis venu à Lawyers for Human Rights (avocats pour les droits de l’homme) pour la première fois. Ils m’ont aidé à faire une demande d’exemption pour obtenir la résidence permanente, mais je n’ai pas l’impression que ça avance.

« C’est trop dur. J’ai l’impression que mon avenir est en suspens, je ne peux pas avancer. Je suis totalement désespéré.

« Il y a des gens qui ont vécu en Afrique du Sud toute leur vie et qui n’ont pas de papiers, alors je pense que j’ai peu de chances. Je suis prêt à partir dans n’importe quel pays qui me viendrait en aide ».

ks/rz-mg/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join