The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique

Les enseignements tirés du choléra

Only one patient was in the cholera ward of Freetown’s Connaught Hospital on 3 October 2012. Aid groups and the government rallied to combat Sierra Leone’s worst cholera epidemic in 15 years
Only one patient was in the cholera ward of Freetown’s Connaught Hospital on 3 October 2012. Aid groups and the government rallied to combat Sierra Leone’s worst cholera epidemic in 15 years (Otto Bakano/IRIN)

L’épidémie de choléra qui a frappé la Guinée et la Sierra Leone en 2012 est en régression. Que faut-il faire maintenant ? Commencer à se préparer… à affronter le choléra.

C’est une partie du message envoyé par les bailleurs de fonds, les travailleurs humanitaires et les responsables des services de santé après la plus grave épidémie de choléra depuis des années, épidémie qui a contaminé près de 30 000 personnes et en a tué 400 autres dans les deux pays, principalement en Sierra Leone. Ils appellent à une meilleure préparation face au choléra, fondée sur les enseignements tirés de l’épidémie et sur une stratégie mise à l’essai en Guinée en 2012.

Depuis 2009, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Action Contre la Faim (ACF), le gouvernement guinéen, l’Office d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) et l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) ont pris des mesures pour se préparer à une nouvelle épidémie, notamment en mettant en place des centres de dépistage communautaires, des campagnes d’informations auprès du grand public et des exercices de simulation.

« La propagation du choléra est favorisée par la désorganisation », a déclaré Christophe Valingot, spécialiste de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) pour ECHO. « Le choléra se propage très rapidement, il peut passer de 30 à plusieurs centaines de cas par semaine en très peu de temps. Quand il n’y a qu’une faible voire aucune préparation, nous perdons la possibilité d’éviter toutes ces maladies ».

Mais la préparation n’est pas vraiment un facteur de motivation pour les gouvernements et les bailleurs de fonds. « Nous avons beaucoup de mal à faire admettre la nécessité de fonds pour ce travail de préparation en Guinée », a déclaré M. Valingot.

Le besoin de stratégies

Les données récoltées en Afrique de l’Ouest au cours de la dernière décennie montrent qu’un pays ne peut présenter que peu voire aucun cas de choléra pendant plusieurs années, puis être frappé par des centaines de cas. « Les donateurs, les ONG [organisations non gouvernementales] et les gouvernements s’investissent entièrement lorsqu’une grave épidémie surgit, mais c’est comme si tout cela disparaissait complètement pendant les quelques périodes d’accalmie », a expliqué M. Valingot. « Finalement, cela montre les faibles progrès réalisés en matière de lutte contre le choléra ».

Selon les travailleurs sanitaires, la stratégie de l’UNICEF s’est révélée efficace en Guinée cette année, et l’ECHO et l’UNICEF cherchent à l’appliquer à toute la région.

Dans ce cas, pourquoi la Guinée a-t-elle quand même enregistré près de 7 300 cas ? Pour commencer, la souche découverte dans la région est bien plus virulente que les souches précédentes, a expliqué François Bellet, spécialiste de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (WASH) pour l’UNICEF en Afrique de l’Ouest et centrale.

« Bien sûr, il est impossible de savoir quelle aurait été la situation en Guinée en l’absence de cette stratégie », a-t-il déclaré à IRIN. « Mais compte tenu de la virulence de cette souche, il se pourrait bien que nous ayons évité une épidémie semblable à celle qui a ravagé le Zimbabwe en 2008-2009. À l’époque, le choléra avait contaminé près de 100 000 personnes au Zimbabwe et en avait tué plus de 4 000.

À la mi-décembre, la Sierra Leone comptait 22 345 cas de choléra et 286 décès sur une population de 5,6 millions. La Guinée, dont la population fait presque le double, enregistrait 7 321 cas de choléra et 121 décès.

L’utilisation du GPS

Les spécialistes WASH et les responsables des services de santé ont affirmé que l’utilisation du système de positionnement global (GPS) dans la capitale guinéenne de Conakry était primordiale. Répertorier géographiquement les foyers de choléra aide les travailleurs sanitaires à mieux cibler les actions WASH à effectuer. Le GPS facilite également les visites de suivi permettant d’identifier les pratiques à haut risque qui accélèrent la propagation de la maladie. D’après l’UNICEF et l’ACF, la localisation géographique et le GPS ne sont pas systématiquement utilisés en Sierra Leone.

M. Bellet a déclaré que les centres d’observation étaient essentiels en Guinée, car ils favorisaient une rapidité de réaction en termes de santé, d’eau et d’assainissement. En février, les premiers cas de choléra en Guinée ont été dépistés et signalés à ces centres communautaires par des personnes formées dans le cadre de la stratégie de préparation. Un des membres de la communauté a déclaré aux responsables des services de santé : « C’est revenu ».

« Ils savaient que c’était le choléra avant tout examen biologique », a déclaré M. Bellet.

Ils savaient également qu’il était plus agressif que d’habitude. Un chef traditionnel de village dans l’île de Kaback en Guinée a déclaré à l’UNICEF qu’il avait connu six grandes épidémies, mais qu’il n’avait jamais vu de maladie aussi virulente. Pour M. Bellet, cela souligne l’importance de l’engagement communautaire et de la sagesse des anciens.

Lors d’une assemblée du 11 décembre réunissant l’ECHO, l’UNICEF et l’ACF pour présenter une rétrospective de l’épidémie de 2012 et des mesures de riposte engagées, l’une des recommandations était de créer des centres d’observation en Sierra Leone. Les participants ont aussi évoqué l’importance du maintien de ces centres en Guinée, où le financement public est insuffisant et les agents formés restent rarement en poste longtemps.

Eau salubre et installations sanitaires adaptées

Si la préparation et la sensibilisation à l’hygiène doivent être présentes toute l’année, ce qui est indispensable avant tout est l’accès continu à l’eau salubre et à un système sanitaire convenable. C’est seulement en Afrique, et principalement en Afrique de l’Ouest, que les cas de choléra augmentent chaque année. C’est lié à la lenteur des progrès accomplis en matière d’assainissement de l’eau et d’installations sanitaires, a déclaré M. Valingot, spécialiste pour l’ECHO.

« Le choléra est une maladie dont la présence indique clairement que quelque chose ne va pas », a-t-il dit. « S’il y a un taux élevé de cas de choléra, cela signifie probablement que beaucoup d’enfants meurent d’autres maladies diarrhéiques. Le Vibrio cholerae n’est pas tout le temps présent, il est souvent apporté de l’extérieur. Et sans barrières de protection telles que des installations sanitaires adaptées et de l’eau salubre, l’épidémie éclate ».

L’épidémiologiste Stanislas Rebaudet, qui a analysé la souche de choléra trouvée en Guinée, affirme que le fait qu’elle ait probablement été importée au lieu d’être présente dans l’environnement était porteur d’un message important : la maladie n’est pas inévitable et la mise en place de ces barrières de protection est salutaire.

np/ob/cb-fc/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join