1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Sierra Leone

Cas de choléra dans la capitale

People affected by Cholera have continuous watery diarrhea, so beds have a hole with a bucket under, to facilitate the treatment which is rehydration
Lits utilisés pour faciliter le traitement du choléra (photo d’archive) (Teseum/Flickr)

Freetown, la capitale de la Sierra Leone, est actuellement touchée par une épidémie de choléra après le signalement d’un premier cas en février dans le nord du pays.

Le 18 juillet, un premier cas a été signalé à Marbella, un bidonville proche du centre de Freetown qui accueille un marché très fréquenté et ouvert 24 heures sur 24. Le ministère de la Santé indique que 40 cas sont signalés chaque jour dans ce quartier.

À Freetown et dans la péninsule de Freetown, 410 cas et neuf décès ont été signalés. Le taux de mortalité atteint 2 pour cent.

« Le taux de mortalité est très élevé », a dit le ministre de la Santé de la Sierra Leone, Zainab Bangura, à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue lundi. « La situation est assez grave. La stratégie que nous avons établie a pour objectif de contenir la [la maladie] et de nettoyer l’environnement ». Mme. Bangura a indiqué que des mesures d’urgence étaient mises en œuvre.

Le docteur Alemu Wondimagegnehu, directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Sierra Leone, a dit à IRIN que cette épidémie était la plus importante depuis 2007. « Sur une population de six millions d’habitants, 4 000 cas graves ont été dénombrés – ce sont des chiffres énormes ».

Depuis janvier, la Sierra Leone a enregistré 4 249 cas de choléra et 76 personnes sont mortes de cette maladie hydrique. M. Wondimagegnehu a indiqué que l’épidémie n’avait pas encore atteint son pic. Des critiques indiquent que le ministère de la Santé de la Sierra Leone a mis du temps à répondre à l’épidémie, et que les efforts de prévention mis en œuvre dans le pays sont insuffisants.

AFRIQUE DE L’OUEST: Choléra, quelles sont les solutions ?
FREETOWN/DAKAR, 12 juillet 2012 (IRIN) - Après des années d’épidémies cycliques de choléra en Afrique de l’ouest, les règles en matière d’hygiène et d’assainissement de l’eau sont généralement peu respectées dans la plupart des pays touchés. Cependant, dans certaines régions, la lutte contre le choléra est plus efficace que par le passé. Lire l'article

Le gouvernement a établi trois centres d’urgence dans des points névralgiques autour de la ville qui seront chargés de prendre en charge les nouveaux cas et toutes les cliniques publiques proposent un traitement gratuit contre le choléra.

Mais à Marbella, un quartier résidentiel densément peuplé qui n’est pas accessible par la route, mais qui est très fréquenté par les commerçants, bon nombre de résidents ne disposent pas d’accès à des toilettes et vivent à proximité les uns des autres.

« À Marbella, le manque d’installations sanitaires, d’hygiène, d’eau potable et la gestion [médiocre] de la nourriture dans la zone commerçante – constituent des facteurs de risque d’aggravation de [l’épidémie] « , a dit M. Wondimagegnehu.

ft/aj/he-mg/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join