Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Ouganda

Alerte au choléra

Clean water points have been set up to reduce the risk of the outbreak spreading
Des points d’eau propres ont été établis afin de réduire le risque de propagation de la maladie (IRIN)

L’épidémie de choléra qui a fait huit victimes sur les 280 cas recensés depuis le 14 février en Ouganda pourrait se propager, car les fortes précipitations prévues risquent de provoquer des inondations, a prévenu le ministre de la Santé.

« Nous prévoyons une augmentation du nombre de cas et de décès au début de la saison des pluies en raison du mode de transmission de la maladie », a dit Christine Ondoa à IRIN.

« Si la population est préparée, nous éviterons une augmentation du nombre de cas et peut-être du nombre de victimes. Nous informons donc la population avant le début de la saison des pluies », a dit Mme Ondoa.

Le 7 mars, Denis Lwamafa, le commissaire chargé des maladies non transmissibles, a lancé l’alerte dans la capitale Kampala. Il a indiqué que 280 cas avaient été enregistrés dans les districts de Kasese et Buliisa, situés à l’ouest du pays, et dans les districts de Mbale, Bududa et Sironko à l’est. Les districts de Pallisa, Butaleja et Manafa ont également été touchés.

Le ministère de la Santé a ouvert deux centres de référence et de traitement du choléra à Namatala et Busiu dans le district de Mbale qui couvrent la région orientale du pays.

Un avertissement d’inondations a été émis dans l’est de l’Ouganda, tandis que les régions montagneuses, comme les districts de Bududa et de Bulambuli à l’est et de Rwenzori à l’ouest du pays, ont été averties du risque de glissements de terrain.

Causes

Le choléra est causé par la bactérie Vibrio cholerae ; l’infection est provoquée par l’ingestion d’aliments contaminés par des agents pathogènes issus des matières fécales humaines.

« Le choléra est une maladie infectieuse aiguë sérieuse qui provoque des diarrhées aqueuses et des vomissements ; le choléra peut entraîner la mort en seulement quelques heures », a indiqué M. Lwamafa dans une déclaration.

« La propagation du choléra est également liée à d’autres facteurs tels que la vidange des latrines dans les canaux de drainage, la défécation à l’air libre, la consommation d’aliments ou de boissons préparés dans de mauvaises conditions sanitaires et les mauvaises pratiques d’hygiène », a-t-il dit.

Le ministère a également annoncé que certains districts avaient signalé une augmentation des cas de typhoïde et de dysenterie qui se transmettent de manière analogue au choléra.

« En période de fortes précipitations, nous enregistrons généralement un nombre élevé de cas de maladies liées à l’eau. Nous avons donc décidé d’alerter la population », a dit à IRIN Rukia Mbaziira, responsable des relations publiques au sein du ministère de la Santé.

« Nous poursuivons les programmes de surveillance épidémiologiques dans les districts touchés et dans les districts voisins afin de détecter les cas de choléra pour les traiter rapidement. Le National medical stores a fourni les médicaments nécessaires aux districts touchés dans l’éventualité où de nouveaux cas seraient signalés », a dit M. Lwamafa.

Sensibilisation

La sensibilisation à l’hygiène est une composante essentielle de la stratégie visant à contrôler l’épidémie.

« Nous avons appelé la population à se montrer vigilante et à signaler tous les cas présumés de choléra, de typhoïde et de dysenterie ainsi que les décès suspects au centre de santé le plus proche. Les responsables médicaux du district ont demandé un renforcement des programmes d’information publique afin de prévenir les épidémies », a dit le ministère.

À l’échelle mondiale, le choléra demeure une menace, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

so/mw-mg/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join