1. Accueil
  2. Asie
  3. Myanmar

Etat des lieux difficile après le passage destructeur du cyclone Nargis

Le cyclone Nargis a fait au moins 243 morts et des dizaines de milliers de sans-abri lorsqu’il s’est abattu sur le Myanmar le 2 mai, poursuivant sa progression à travers plusieurs régions du pays le lendemain, selon les médias d’Etat. Les inondations, les routes bloquées et la perturbation des communications font obstacle aux efforts déployés pour évaluer l’ampleur totale des dégâts, selon les représentants des Nations Unies.

Le 3 mai au matin, le cyclone tropical, accompagné de vents soufflant à 190 kilomètres/heure (120 miles), s’est abattu sur Yangon (également connu sous le nom de Rangoon), l’ancienne capitale birmane, qui compte plus de cinq millions d’habitants. Selon Chris Kaye, Coordinateur résident et coordinateur humanitaire des Nations Unies par intérim à Yangon, le cyclone a causé des dégâts importants dans cette ville, située à basse altitude, où de graves inondations ont eu lieu et où les routes sont désormais bloquées par des arbres déracinés et des décombres.

D’après les responsables des Nations Unies, les réserves d’eau sont désormais impropres à la consommation à la suite de cette vague de destruction, et les risques de maladies hydriques font actuellement l’objet de préoccupations. L’électricité ne fonctionne plus, les communications terrestres ont été coupées, les communications par téléphones mobiles fonctionnent sporadiquement, et les réseaux radio et de télévision ne sont plus opérationnels. En outre, les ondes de tempête de jusque 3,5 mètres de haut exposent les habitants des municipalités du littoral océanique à de grands risques, ont indiqué les responsables du service météorologique.

Les autorités ont ordonné à tous les habitants de Yangon de rester chez eux, et tous les vols à destination de l’aéroport international de Yangon ont été déroutés.

Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence dans cinq provinces situées à basse altitude, dont la plupart se trouvent dans le delta de l’Irrawaddy.

Organiser les secours

Les agences des Nations Unies et les organisations non-gouvernementales (ONG) se concertent actuellement en vue d’évaluer la situation et collaboreront étroitement avec la Société nationale de la Croix-Rouge et le ministère de la Protection sociale, des Secours et des Réinstallations, chargé de coordonner les interventions en cas de catastrophe naturelle.

Michael Annear, coordinateur Asie-Pacifique des secours en cas de catastrophes à la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), a expliqué à IRIN, depuis Bangkok, qu’une équipe commune FICR/Croix-Rouge birmane menait une évaluation des besoins le 4 mai à Yangon, et que le 5 mai, trois équipes de la Croix-Rouge birmane réaliseraient un état des lieux des régions rurales touchées.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (UNDP) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ont également dépêché des représentants de terrain à Yangon et à travers la région du delta. Les agences des Nations Unies ainsi que d’autres organisations humanitaires ont constitué des réserves de vivres, d’eau et de médicaments dans différentes localités, notamment dans la région du delta et à Yangon. Les responsables des Nations Unies ont dit anticiper un besoin urgent de bâches, de comprimés de purification de l’eau, d’ensembles de cuisine, de moustiquaires, de kits sanitaires d’urgence et de vivres.

Le cyclone Nargis a poursuivi sa progression en direction du nord-est le 4 mai, atteignant la Thaïlande, mais il serait, dit-on, de moins en moins violent. Les médias de Bangkok ont rapporté que des navires de la marine thaïlandaise avaient porté secours à 302 touristes coincés dans les îles Surin, en mer d’Andaman, et le service météorologique thaï a averti que des inondations et des glissements de terrain risquaient de se produire le 5 mai dans 16 provinces de l’ouest et du nord-ouest du pays.

bj/ed/nh/vj


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join