1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Yémen

Deux ONG tentent de réduire les conflits tribaux et autres tensions sociales

Inquiètes face à l’ampleur des conflits tribaux et autres tensions sociales que connaît le Yémen, deux organisations non-gouvernementales internationales ont lancé séparément des programmes visant à réduire ces conflits.

Les deux ONG - l’Institut national démocratique pour les affaires internationales (National Democratic Institute/NDI), basé aux Etats-Unis, et le Secours Islamique (Islamic Relief) - ont démarré leurs programmes dans sept des 21 gouvernorats du pays.

Différends fonciers, lutte pour le contrôle des ressources en eau, meurtres par vengeance, disputes familiales, contentieux tribaux, litiges entre des tribus et le gouvernement, sont les conflits auxquels le Yémen est confronté actuellement.

Selon le NDI, ces types de conflits ont entravé le bon fonctionnement des institutions gouvernementales dans certaines régions, sapé les efforts des gouvernements locaux et eu des incidences sur la participation des Yéménites aux élections.

En février 2007, le NDI a publié un rapport à la suite d’une étude de terrain sur un conflit armé dans trois gouvernorats – Marib, al-Jawf et Shabwa. Selon le rapport, entre 2001 et 2005, il y a eu plus de 158 conflits impliquant 221 tribus.

Seuls six pour cent de ces conflits ont été résolus, a noté le rapport qui a conclu que le nombre de conflits tribaux était en hausse et que les autorités intervenaient rarement.

Le rapport a également révélé que les conflits tribaux étaient souvent déclenchés par l’implantation de projets de développement dans certaines régions, mais pas dans d’autres.


Photo: Muhammad al-Jabri/IRIN
Nadwa al-Dawsari, responsable des programmes au NDI

Le programme du NDI

En mai 2007, le NDI a démarré un programme dans les gouvernorats de Mareb, Shabwa, et al-Jawf pour aider à résoudre de vieux conflits dans ces régions. Le Higher National Committee for Combating Revenge (HNCCR), un organisme gouvernemental, et trois ONG locales ont participé à ce programme intitulé Gestion des conflits - Conflict Management.

« Nous formons le HNCCR pour l’aider à créer une base de données des conflits dans ces gouvernorats. Nous dispensons également une formation sur la gestion et l’analyse des conflits armés », a expliqué à IRIN Nadwa al-Dawsari, responsable des programmes au NDI. Le programme du NDI inclut également un volet renforcement des capacités (et techniques de recherche de fonds) pour les trois ONG locales des trois gouvernorats.

En mars 2008, le NDI dispensera à 16 formateurs de ces ONG des cours de formation à la gestion et à l’analyse des conflits et, en avril, il lancera une campagne de sensibilisation aux conflits tribaux dans les trois gouvernorats. Selon Mme al-Dawsari, cette campagne ciblera les étudiants, les prêcheurs des mosquées, les femmes et les chefs de tribu.

Le programme du NDI a également pour but d’apporter un soutien technique aux trois ONG actives dans les gouvernorats de Marib, al-Jawf et Shabwa afin qu’elles puissent suivre des projets de développement et le fonctionnement des services dans les gouvernorats et rendre compte au gouvernement, aux bailleurs et au public, a dit Mme al-Dawsari.

Le programme du Secours islamique

Parallèlement, le Secours islamique a démarré en décembre 2007 un programme sur deux ans visant à réduire le nombre de conflits violents dans le pays. Ce programme, intitulé « Approche intégrée de la transformation des conflits et promotion de la citoyenneté responsable - mainstreaming of conflict transformation and the promotion of responsible citizenship », va permettre à 665 personnes des gouvernorats de Saada, Lahj, Aden et Sanaa de participer à divers ateliers.


Photo: Muhammad al-Jabri/IRIN
Selon Abdul-Aziz Saeed, les conflits au Yémen sont très répandus

« Nous cherchons à instaurer une paix sociale au sein de la communauté et à privilégier le dialogue dans la résolution des conflits », a expliqué à IRIN Abdul-Aziz Said, responsable des programmes du Secours islamique à Sanaa.

Selon M. Said, les formateurs vont aider les participants aux ateliers à mieux comprendre les techniques de résolution des conflits. « Ces techniques consistent notamment à expliquer l’origine et les causes de l’aggravation des conflits, à identifier les deux parties prenantes et qui tire parti de ces conflits. Elles permettent également aux participants de comprendre le rôle de la médiation et de l’arbitrage », a-t-il ajouté.

« La disponibilité des armes […] a contribué à la multiplication des conflits », a affirmé M. Said, ajoutant que la multiplication des conflits tribaux dans le pays était inquiétante.

maj/ar/cb/ads/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join