1. Accueil
  2. Asie
  3. Bangladesh

Les pays musulmans se mobilisent pour venir en aide aux sinistrés du cyclone

Les pays musulmans et les organisations de secours islamiques ont fait preuve d’un élan de solidarité sans précédent envers la population du Bangladesh, après le passage d’un cyclone qui a ravagé la côte du sud-ouest du pays, le 15 novembre, faisant plus de 3 000 morts et des millions de sans-abri.

Plus de 80 pour cent des 150 millions d’habitants que compte le pays sont musulmans.

Arabie Saoudite

Avec un don de 100 millions de dollars américains et 300 tonnes de vivres et de matériel de secours, l’Arabie Saoudite, pays producteur de pétrole, figure en tête des pays musulmans par l’importance de sa contribution.

Peu après le passage du cyclone, l’ambassadeur d’Arabie saoudite, Abdullah Al Obaid Al Namla, avait informé les autorités bangladaises que son pays était prêt à mettre en place un pont aérien pour acheminer l’aide au Bangladesh.

« Le premier avion saoudien est arrivé le 26 novembre suivi d’un deuxième, le 29 novembre. Trois autres avions devraient arriver les 3, 6 et 10 décembre », a déclaré un porte-parole de l’ambassade saoudienne à Dhaka.

Selon Golam Kibria du ministère bangladais de l’Alimentation et de la gestion des catastrophes, si l’Arabie Saoudite a pu réagir si rapidement, c’est parce qu’une équipe de secours saoudienne avait déjà travaillé dans le pays à l’occasion de graves inondations de la mousson survenues en septembre et octobre.

Outre le don fait par le Royaume d’Arabie saoudite fait au gouvernement, le Croissant-Rouge saoudien s’est engagé à offrir près de 30 millions de dollars à la Société du Croissant-Rouge du Bangladesh.

OPEP et pays du Golfe

Le Fonds de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour le développement international (OFID) a, pour sa part, promis d’offrir 500 000 dollars à la Société du Croissant-Rouge du Bangladesh.

Le Koweït et la Libye ont respectivement donné une contribution de 10 millions et un million de dollars au fonds de secours du gouvernement bangladais.

Quant à l’Iran et au Qatar, ils ont envoyé au Bangladesh des équipes d’assistance post-cyclone, tandis que d’autres pays musulmans y ont dépêché des missions d’évaluation pour déterminer les besoins des populations les plus sinistrées.

La Société du Croissant-Rouge des Emirats Arabes Unis (EAU) a également envoyé une aide au Bangladesh, comprenant des vivres des kits médicaux, des vêtements et des tentes, l’ambassadeur du Bangladesh auprès des EAU ayant confirmé le 24 novembre qu’il avait reçu une « réponse très favorable » à son appel à l’aide.

Quant à l’Organisation de la conférence islamique, basée à Djeddah, elle a appelé les gouvernements et les organisations civiles de ses 57 Etats membres à apporter une aide d’urgence au Bangladesh.

Pakistan, Turquie

Entre temps, le Pakistan a envoyé au Bangladesh six avions C-130 transportant un hôpital de campagne de 30 lits, une équipe médicale militaire composée de 89 médecins et infirmières, des médicaments, du matériel médical et des produits de premiers secours.


Photo: Shamsuddin Ahmed/IRIN
L'aide, dont une bonne partie a été fournie par les agences humanitaires musulmanes, est livrée par hélicoptère dans les zones sinistrées

L’hôpital de campagne est actuellement en service à Patuakhali et Barguna, deux des districts du sud les plus sinistrés.

Les équipes médicales pakistanaises soignent les victimes du cyclone et distribuent gratuitement des médicaments ; elles resteront dans les régions sinistrées tant que leur présence sera nécessaire, a indiqué un porte-parole du gouvernement.

Le Shahjahan et le Nasr, deux navires de la flotte pakistanaise transportant des hélicoptères, une équipe médicale, des médicaments et du matériel médical, sont arrivés dans la ville portuaire de Chittagong.
Par ailleurs, l’ambassade du Pakistan à Dhaka a confirmé qu’une autre cargaison de vivres quitterait bientôt Karachi, la capitale pakistanaise.

L’ambassadeur de Turquie à Dhaka, Ferit Ergin, a remis un chèque d’un million de dollars au gouvernement du Bangladesh, le 26 novembre.

Organisations de secours islamique

L’Islamic Relief (IR), une organisation internationale humanitaire de secours d’urgence et de développement, a lancé une campagne de collecte de fonds pour réunir 6 millions de dollars destinés au Bangladesh, a affirmé Yasser Al-Tahawi, directeur des services de bénévolats de l’IR au Moyen-Orient.


Photo: David Swanson/IRIN
Le village de Naya Para dans le district de Barguna a été dévasté par une tempête tropicale de catégorie quatre qui a fait 3 000 morts et plusieurs millions de sans-abri

L’IR a déjà versé un million de dollars à son bureau au Bangladesh, ainsi qu’une aide humanitaire d’urgence incluant des vivres, des bouteilles d’eau minérale et des kits d’hygiène.

L’organisation britannique Muslim Aid (MA) a également lancé une campagne de collecte de fonds destinée à fournir immédiatement une aide alimentaire, des médicaments et de l’eau potable.

L’IR et la MA ont par ailleurs lancé sur leur site web respectif une souscription de don en ligne.

« Les frères musulmans ont fourni une aide humanitaire remarquable pour soulager les souffrances et réhabiliter une population du Bangladesh durement frappée par le cyclone », a commenté le Professeur Abdur Rob, président de la Société du Croissant-Rouge du Bangladesh.

Des crues dévastatrices, des tornades et des cyclones se produisent souvent au Bangladesh, un pays sujet aux catastrophes naturelles. Le grave cyclone qui s’était abattu sur le pays en 1970 avait fait plus de 500 000 morts, et celui de 1991, plus de 140 000.

sa/ds/cb/ads


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join