1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Ouganda

Diminution des fonds de lutte contre la pauvreté pour mauvaise gestion

L’Association internationale de développement (AID), un organe de la Banque mondiale, a diminué son soutien financier aux programmes de réduction de la pauvreté en Ouganda pour des problèmes d’allocation des fonds et de gestion financière, selon la Banque.

L’AID est une section de la Banque mondiale qui propose des prêts à taux zéro aux pays les plus pauvres du monde.

« La diminution du CARP [Sixième Crédit d’appui à la réduction de la pauvreté, accordé par l’AID] de 150 millions à 125 millions de dollars montre bien que le gouvernement doit envisager des moyens d’améliorer sa performance en termes d’exécution budgétaire, de décentralisation et de lutte contre la corruption », a déclaré Grace Yabrudy, représentante de la Banque mondiale en Ouganda.

Mme Yabrudy s’exprimait à l’occasion de la signature de deux accords de crédit de développement - 125 millions de dollars pour la réduction de la pauvreté et 300 millions supplémentaires pour l’expansion du secteur énergétique du pays.

Ezra Suruma, le ministre ougandais des Finances, a reconnu que les dépenses administratives effectuées par le gouvernement avaient été plus importantes que prévu dans le budget.

« Pour maintenir la paix et l’harmonie, nous avons dû dépenser une partie des fonds pour la création de nouveaux districts et l’organisation des élections. Ces dépenses ont grevé le budget de l’administration publique, mais nous ne pensons pas que cela se reproduira », a expliqué M. Suruma à IRIN.

Manque d’efficacité

Selon Mme Yabrudy, les besoins de financement du gouvernement ougandais pour une politique de forte croissance et de développement durables en faveur des populations pauvres sont bien supérieurs au montant de l’épargne nationale.

« L’Ouganda doit donc veiller à utiliser de manière efficace et optimale chaque centime pris sur les fonds disponibles. [L’Etat] ne peut pas se permettre de gaspiller ses ressources sur des activités ou des projets mal définis, et ne peut tolérer qu’elles soient dérobées ou détournées », a-t-elle poursuivi.

Le coût de la fonction publique s’est avéré bien supérieur au budget approuvé. Ce surcoût a exigé le versement d’une rallonge budgétaire à la fin de l’exercice 2005-2006, a-t-elle expliqué.

Toutefois, a-t-elle ajouté, la Banque mondiale ne doute pas que l’Ouganda retrouvera sa dynamique de développement et « revendiquera la place qui lui est due de modèle de développement pour les pauvres hautement efficace et axé sur les résultats ».

Problèmes de corruption

L’objectif des CARP est de permettre une augmentation – indispensable – des fonds alloués aux principaux services publics, tels que l’éducation primaire et la santé pour tous. Ce crédit permet également de financer le Plan d’action pour l’éradication de la pauvreté. Le renforcement des capacités des services sociaux dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’eau potable et de l’assainissement, et la lutte contre la corruption sont prévus dans le cadre de ce plan d’action.

Ces dernières années, un certain nombre de scandales financiers ont éclaboussé plusieurs hauts responsables du gouvernement ougandais.

Le 28 mai, Jim Muhwezi, l’ancien ministre de la Santé, a été inculpé et arrêté en rapport avec le détournement présumé de 1,63 million de dollars, une somme qui devait servir à l’achat de vaccins. Les anciens adjoints de M. Muhwezi, Mike Mukula et Alex Kamugisha, sont poursuivis pour des chefs d’accusation semblables et ont été libérés sous caution le 25 mai. De même, Alice Kaboye, assistante du président Yoweri Museveni, a elle aussi été inculpée pour détournement de fonds en mai.

Les trois anciens responsables du ministère de la Santé ont également été compromis dans un scandale de corruption portant sur des bourses accordées par le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. L’affaire avait amené les bailleurs de fonds à geler les financements en 2005.

M. Suruma a déclaré que les allégations de corruption dans la gestion des fonds versés par le Fonds mondial faisaient actuellement l’objet d’une enquête.

vm/jn/sr/mw/nh/ads/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

It was The New Humanitarian’s investigation with the Thomson Reuters Foundation that uncovered sexual abuse by aid workers during the Ebola response in the Democratic Republic of Congo and led the World Health Organization to launch an independent review and reform its practices.

This demonstrates the important impact that our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone.

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and shine a light on similar abuses. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join