1. Accueil
  2. Asie
  3. Afghanistan

Les péchés des pères (Afghanistan)

Alors que les troupes de l’OTAN se préparent à se retirer de l’Afghanistan, les militantes pour la défense des droits des femmes s’inquiètent de plus en plus d’un éventuel retour des talibans au pouvoir.

Le dernier film d’IRIN, Les péchés des pères, présente le travail du Centre afghan de développement des compétences des femmes (AWSDC), un refuge pour les femmes maltraitées et leurs enfants.

Le centre offre de l’aide et une formation professionnelle à des femmes comme Amina*, qui a tenté de fuir son mari.

« Mon père se droguait et ne savait pas ce qu’il faisait. Chaque jour, il battait ma mère et ramenait des hommes pour abuser d’elle. Il voulait que d’autres hommes abusent de moi aussi, » a-t-elle dit à IRIN. « J’ai passé quatre ans avec mon mari, qui avait déjà deux autres femmes [...] Mon père m’a donné à lui, même s’il avait déjà deux femmes. Il a accepté beaucoup d’argent de lui. »

Lorsqu’elle s’est enfuie, Amina a été rattrapée par sa famille et torturée. « Ils m’ont emmenée à un endroit que je n’avais jamais vu avant et que je ne reconnaissais pas. Ils ont arraché les ongles de mes mains et de mes pieds et m’ont rouée de coups. »

Amina a ensuite été condamnée à quatre ans de prison pour le « crime moral » d’avoir fui son mari. Les femmes maltraitées ou même violées continuent d’être « punies » et de nombreux obstacles entravent leur accès à la justice.

« Nous luttons pour que les femmes aient accès à leurs droits fondamentaux, » a dit la fondatrice de l’AWSDC, Mary Akrami, « Car dans la majeure partie de l’Afghanistan, les droits fondamentaux des femmes ne sont malheureusement pas respectés. »

Des progrès ont été réalisés au cours des dix dernières années, notamment en matière de mortalité maternelle.
Mais les militantes craignent un retour en arrière en cas de regain d’influence des talibans. Elles redoutent que les droits des femmes soient restreints ou disparaissent au cours des négociations dans le cadre d’un processus de paix.

Voir le film

*nom fictif

jj/cb-ld/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join