1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Kenya

L’« approche paysagère »

A farmer spreads fertilizer in his paddy field in Bago District, north of the commercial capital Yangon
A farmer spreads fertilizer in his paddy field in Bago District, north of the commercial capital Yangon (March 2012) (Jason Gutierrez/IRIN)

Un néologisme étrange circule à la conférence des Nations Unies sur le développement durable, communément appelée Rio+20, qui se tient en ce moment à Rio de Janeiro, au Brésil. Il s’agit du terme « approche/science/agriculture paysagère », qui englobe désormais les notions d’« écoagriculture », de « restauration des paysages forestiers », de « développement territorial », de « forêt modèle », de « bassin alimentaire » (foodshed), de « gestion participative des bassins versants », de « gestion communautaire des ressources naturelles », de « corridor biologique » et bien d’autres concepts encore.

Il ne s’agit pas d’une initiative marginale. Le Programme des Nations Unies pour le développement, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, le Fonds international de développement agricole, le World Resources Institute, et Conservation International, entre autres, y participent.

De quoi s’agit-il ?

Alors que l’augmentation des températures et l’irrégularité des précipitations affectent les populations rurales, cette approche aide ces dernières à aménager et utiliser leurs terres et leurs ressources en eau de manière plus efficace afin de générer des revenus, de produire de la nourriture, d’élever du bétail et de répondre à d’autres besoins. Selon Sara Scherr, PDG d’EcoAgriculture Partners, une organisation sans but lucratif basée aux États-Unis et co-organisatrice de l’initiative Landscapes for People, Food and Nature, cette approche s’appuie sur des méthodes causant le moins de dommages possible à l’environnement tout en participant à la restauration et la préservation de la biodiversité.

Cette approche cherche par exemple à utiliser des technologies géographiques pour conseiller les communautés rurales dans le choix des parcelles à mettre en culture ou à laisser en jachère afin d’assurer un certain équilibre écologique.

L’approche paysagère appartient au domaine du développement durable. L’initiative sur les avenirs ruraux (rural futures), mise sur pied par l’Union africaine en 2010, est basée sur une approche similaire, plus connue sous le nom de développement rural intégré.

En quoi est-ce différent ?

Selon Mme Scherr, contrairement aux modèles de développement rural intégré des années 1970 et 1980, dans lesquels un organisme directeur mettait au point, finançait et imposait un plan dans un délai déterminé, les initiatives paysagères sont menées par les acteurs locaux.

Quelques initiatives paysagères
 Agriculture de conservation dans la vallée de Luangwa, en Zambie
 Unilever-Rainforest Alliance dans les plantations de thé de Kericho, au Kenya
 Réhabilitation du plateau de Loess, en Chine
 Gestion communautaire du bassin hydrographique d’Arvari, en Inde

« De telles initiatives, qui rassemblent des communautés, des éleveurs, des fermiers, des acteurs du secteur privé, des professionnels du domaine de l’agriculture, de l’eau et d’autres secteurs et des agents de protection de la nature, existent déjà. Nous en avons trouvé plus de 300 », a-t-elle remarqué.

Ce type d’action est connu sous des noms différents, mais les instigateurs de ce néologisme se sont dit qu’il serait bon de les regrouper sous un seul terme, qui faciliterait la sensibilisation du public et la recherche de financements, « à défaut de quoi il est difficile pour ces initiatives de collecter des fonds de manière sectorielle ».

Lindiwe Sibanda, directrice du Réseau d’analyse des politiques agricoles et alimentaires et des ressources naturelles (FANRPAN), un groupe de réflexion basé en Afrique du Sud, a déclaré : « Peu importe le terme utilisé, ce qui nous intéresse se sont les motifs et les résultats. Toute initiative contribuant à réduire la faim et améliorer la vie des populations rurales devrait être accueillie favorablement. »

L’approche paysagère va un peu plus loin que le développement intégré, a précisé Tim Benton, ambassadeur britannique du Global Food Security Programme et professeur à l’université de Leeds. Grâce à des méthodes appartenant à la science paysagère comme la télédétection, le suivi des ressources et l’analyse spatiale, les communautés peuvent évaluer les conséquences de leurs actions sur le paysage rural.

Selon M. Benton, le développement des technologies de téléphonie mobile pourrait permettre aux communautés d’avoir ces informations à portée de main.

jk/he/oa-ld/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join