1. Accueil
  2. Asie
  3. Myanmar

Le conflit dans l’État de Kachin continue un an après

Sau Myaw head medical doctor at the Je Yang IDP camp treats an elderly patient
(Steve Sandford/IRIN)

Un rassemblement de fidèles chante dans une église en brique blanche de la ville de Laiza, dans l’État de Kachin, près de la frontière entre le Myanmar et la Chine, mais il ne s’agit pas d’une journée de célébration.

Ils commémorent ceux qui sont morts depuis le début des combats, le 9 juin 2011, lorsque le cessez-le-feu de 17 ans entre le gouvernement birman et l’Armée pour l’indépendance du Kachin (KIA), qui s’est battue pour une plus grande autonomie au cours des 60 dernières années, a été rompu.

Des attaques sporadiques ont continué ces 12 derniers mois et le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDIP) a augmenté, ont dit les travailleurs humanitaires.

« J’ai commencé à fuir pour échapper à la mort lorsque j’avais 16 ans », a déclaré Seng Jatdu, 64 ans, leader du camp de Je Yang, en clouant la photographie d’un combattant mort sur un panneau de bois recouvert d’images d’habitations brûlées, de soldats morts et de civils déplacés.

Il a fui les attaques qui ont éclaté dans son quartier après le coup d’État de 1962 qui a marqué le début de la domination politique par l’armée du Myanmar. « Il est important de répertorier les atrocités de l’armée birmane, et cela sert de mémorial conservé à des fins historiques », a-t-il affirmé.

Plus de 6 500 civils vivent actuellement dans des cabanes rudimentaires, construites en bambou, à Je Yang, l’un des plus vastes camps de PDIP de l’État, et s’en sortent grâce à des rations de base fournies par la Kachin Independent Organisation (KIO), l’aile politique de la KIA, et un groupe parapluie de donateurs locaux et de groupes communautaires.

Une lettre adressée au président du Myanmar Thein Sein le 5 juin, approuvée par plus de 50 groupes de la société civile, a déclaré que les violations des droits de l’homme commises par les soldats contre les civils sont chose courante.

Un rapport récent de Human Rights Watch (HRW) a déclaré que les deux parties en conflit étaient responsables d’abus graves, y compris l’utilisation d’enfants soldats et de mines antipersonnel sur des civils.

Selon les chiffres des Nations Unies, le nombre total de PDIP dans l’État de Kachin est estimé à plus de 62 000, dont 24 000 dans les zones contrôlées par le gouvernement, et à près de 40 000 dans les zones tenues par la KIA. On estime également que plus de 7 000 personnes déplacées ont fui en passant la frontière pour se réfugier en Chine.

Les responsables de la KIO ont déclaré des chiffres un peu plus élevés, mais il est difficile de déterminer le nombre exact puisque beaucoup de PDIP sont hébergées chez des parents ou sont dans des camps non officiels de l’État de Kachin.

Les travailleurs humanitaires disent que le transport et la mise en place d’approvisionnements de secours adéquats est une source d’inquiétude majeure. L’assistance aux personnes déplacées dans les zones contrôlées par le gouvernement est plus régulière, mais elle reste insuffisante dans les zones tenues par la KIA. Seule une poignée d’organisations non gouvernementales (ONG) birmanes locales, travaillant des deux côtés du conflit, et de groupes communautaires arrive à intervenir auprès des deux parties qui s’affrontent.

« Nous avons reçu deux chargements de provisions venant du HCR [le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés] en décembre [2011], mais il y avait seulement 300 kits destinés aux familles [contenant une moustiquaire, des ustensiles de cuisine, une couverture et une bâche], nous avons donc dû diviser les produits et la plupart des familles sont reparties sans aucune aide supplémentaire », a dit Seng Jatdu.

A family outside their shelter at the Je Yang IDP camp in Kachin State. More than 6,500 now call it home

A family outside their shelter at the Je Yang IDP camp in Kachin State, Myanmar
Steve Sandford/IRIN
A family outside their shelter at the Je Yang IDP camp in Kachin State. More than 6,500 now call it home
http://www.irinnews.org/photo/
Dimanche, juin 10, 2012
Le conflit dans l’État de Kachin continue un an après
A family outside their shelter at the Je Yang IDP camp in Kachin State. More than 6,500 now call it home

Photo: Steve Sandford/IRIN
Plus de 6 500 PDIP vivent actuellement au camp de PDIP Je Yang

Au centre médical proche du camp, le médecin-chef Sau Myaw, une spécialiste en pédiatrie récemment transférée de l’hôpital principal de Laiza, soigne une personne âgée, tandis que ses collègues prescrivent des médicaments pour une autre file de patients. « Nous avons 12 membres du personnel médical dans notre clinique mais nous sommes très occupés, nous recevons 50 ou 60 patients par jour. En ce moment, nous devons faire face à une pénurie de médicaments, et beaucoup de personnes parmi les plus âgés tombent malades à cause des conditions difficiles présentes ici ».

L’éducation de milliers d’enfants déplacés pâtit aussi des nouveaux conflits de cette année. Une école en bambou, construite en 2011, a été arrachée par une tempête tropicale en mars 2012, laissant les enfants sans classe ou autre établissement, enlevant également un repère important dans leurs vies déjà perturbées.

Une nouvelle école en brique est en construction, avec l’espoir que les enfants y seront bientôt inscrits. Le gouvernement local à Laiza a annoncé que toutes les familles présentes dans les zones tenues par la KIO sont désormais dispensées de frais de scolarité.

Il y a seulement 40 enseignants pour à peu près 1 700 étudiants dans le camp. La directrice adjointe Mi Tung Roi Jay, 27 ans, a fui son village de Gan Dawn Yang en juillet 2011, lorsqu’elle a entendu des tirs d’artillerie lourde éclater dans un village voisin.

« En octobre dernier [2011], pendant les vacances universitaires, je suis retournée dans mon village mais toutes les vaches et tous les cochons dont nous nous occupions avaient disparu ». Elle espère qu’un cessez-le-feu sera vite conclu mais, comme ses parents qui ont fui les attaques du gouvernement dans les années 1980, Mi Tung Roi Jay éprouve une méfiance profondément enracinée à l’égard de la Tatmadaw, l’armée birmane.

Au sud de Laiza, près de Mai Ja Yang, une autre ville à la frontière entre le Myanmar et la Chine, il y a plus de 13 000 civils déplacés dans quatre camps où les provisions sont aussi en train de diminuer, selon le Wun Pawng Ninghtoi (WPN – « Lumière du Kachin ») un groupe de bénévoles comprenant huit ONG locales et des organisations caritatives.

L’accès à l’aide internationale est ralenti, et seul un petit nombre de convois des Nations Unies ont obtenu l’autorisation d’accéder à la région depuis mars 2012.

« Actuellement, nous avons plus de 40 bénévoles qui travaillent dur pour aider les PDIP, et notre plus grande inquiétude à l’heure actuelle concerne les denrées alimentaires », a dit à IRIN Hkaw Lwi du WPN. Le groupe a aussi un besoin urgent de moustiquaires. « Nous redoutons qu’il y ait de nombreux cas de malaria avec la saison des pluies qui arrive ».

Des opérations militaires provenant des deux côtés du conflit ont continué malgré un appel du président du Mynmar, partisan de la réforme, Thein Sein, qui enjoint l’armée à cesser ses attaques contre la KIA, et à ne tirer qu’en cas de légitime défense.

ss/ds/he-fc/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join