The New Humanitarian welcomes new CEO Ebele Okobi.

Find out more.
  1. Accueil
  2. Africa
  3. DRC

Pourquoi nous protestons contre la présence des soldats de maintien de la paix de l’ONU en RD Congo

« Qui viendra sauver le Congo? Nous seuls, les jeunes. »

Congolese anti-UN protesters pull at a container used to barricade a road near a compound of the peacekeeping mission in Goma, in North Kivu province. Arlette Bashizi/REUTERS
Congolese anti-UN protesters pull at a container used to barricade a road near a compound of the peacekeeping mission in Goma, in North Kivu province.

Les soldats de maintien de la paix de l’ONU ont toujours fait partie de la vie de l’activiste congolais William Mbokani. Ce jeune homme de 22 ans est né peu après l’arrivée des casques bleus et de leurs chars blancs dans le pays, en 1999.

Mais William Mbokani affirme que les forces onusiennes ne lui ont jamais été d’aucun secours : sa mère a été tuée en 2019 par une milice islamiste appelée les Forces démocratiques alliées (ADF), et il ne peut pas accéder au champ de sa famille en raison de l'insécurité qui prévaut aux environs de son village, dans le territoire de Beni, dans l'est du pays. 

« Depuis près de 25 ans, nous avons renouvelé à plusieurs reprises le mandat d'une mission qui a du mal à faire son travail », a déclaré William Mbokani au New Humanitarian depuis la ville de Butembo, toute proche, où il habite désormais. « Au lieu de s'améliorer, la situation ne fait qu'empirer. »

William Mbokani est l'un des manifestants qui ont participé par centaines à des manifestations dans l'est de la RDC ces dernières semaines contre la mission de l'ONU dans le pays, la MONUSCO, l'une des forces de maintien de la paix les plus importantes et les plus coûteuses au monde. 

The New Humanitarian a rencontré cinq manifestants au cours des deux dernières semaines. Nous avons tenté de comprendre pourquoi ils appellent au retrait de la  MONUSCO. Nous leur avons aussi demandé qui, à leur avis, est le mieux placé pour les protéger des mouvements armés. Vous trouverez leurs réponses détaillées ci-dessous.

Des manifestations similaires contre l'ONU ont eu lieu en RDC ces dernières années, mais cette flambée est particulièrement violente. Des soldats de maintien de la paix ont tué des civils, des actes que l'ONU elle-même a qualifiés « d'innommables et d'irresponsables ». Trente-six personnes ont trouvé la mort, notamment quatre casques bleus. 

Jean-Pierre Kasereka Maghetsi, un manifestant de 28 ans, qui est aussi un activiste d'un mouvement de jeunes de la société civile, LUCHA, estime que l'ONU devrait s'assurer que ses soldats de maintien de la paix rendent des comptes après avoir tué des civils, et que les familles des victimes soient indemnisées.

« Quand on voit la MONUSCO, qui est venue pour protéger les civils, ouvrir le feu sur eux, cela fait mal, cela me fait pleurer », a déclaré Jean-Pierre Kasereka Maghetsi, qui vit aussi à Butembo.  « C'est inacceptable.»

Avant les manifestations, la MONUSCO avait établi un plan de retrait qui envisageait un départ en 2024 à condition que la sécurité s'améliore en RDC. Mais cette vague de violences a amené le gouvernement congolais à annoncer qu'il revenait sur sa décision. 

Les manifestations actuelles ont lieu dans le contexte d'une rébellion du M23, un mouvement armé qui s'est emparé de certaines régions de la province orientale du Nord-Kivu. Les manifestants affirment que la MONUSCO a fait preuve de passivité et n'a pas reconnu clairement le soutien supposé du Rwanda à ce mouvement.

Les premières années de la MONUSCO en RDC ont vu la signature d'un accord de partage du pouvoir qui a mis officiellement fin aux guerres meurtrières des années 1990 et du début des années 2000. Le nombre des personnes déplacées a baissé, et l'activité des groupes armés a diminué d’intensité.

Mais d’autres fronts se sont ouverts quand de nouvelles rébellions ont éclaté. Les mouvements armés ont pris de l'ampleur – on en compte plus d'une centaine - et le nombre de personnes déplacées a explosé, passant à plus de cinq millions. La MONUSCO n'a pas réussi à prévenir cette spirale de la violence et elle est en partie responsable du fait que la situation a empiré

Selon un sondage récent effectué par le Groupe d'Etude sur le Congo et l'Institut Ebuteli de Kinshasa, une grande majorité des habitants du Nord-Kivu et de la province d'Ituri voisine souhaitent maintenant que les 12 000 soldats de la mission quittent le pays immédiatement. 

Dans le même temps, le gouvernement congolais a autorisé l'intervention d'autres forces armées étrangères pour combattre les mouvements armés. Il s'agit notamment d'une force de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), un bloc régional que la RDC a rejoint en mars.

Mais les manifestants, conscients des dégâts causés par la colonisation et de l'ingérence régionale qui n’en finit pas, sont sur leurs gardes à la perspective d'une nouvelle intervention étrangère. Ils affirment en outre qu'une force de la CAE serait composée des mêmes contingents qui forment déjà une bonne partie de la MONUSCO.

« Qui viendra sauver le Congo? Nous seuls, les jeunes, le pouvons », a estimé William Mbokani, le manifestant qui a été blessé par balle au bras le mois dernier mais qui s'est promis de continuer à protester.

Les interviews qui suivent ont été condensées. Toutes ont été menées à Butembo, l'une des villes de l'est de la RDC où des manifestations ont eu lieu ces dernières semaines. 

Clémence Zawadi, manifestante, 22 ans : « La MONUSCO est venue pour assurer notre sécurité, mais c’est l'insécurité qui prévaut »

J'ai manifesté pour exprimer ma désapprobation face aux actions de la MONUSCO. Elle fait des choses que l'on n'attendrait pas d'elle. [La MONUSCO] est venue pour assurer notre sécurité, mais c’est l'insécurité qui prévaut. Elle a échoué dans sa mission première, qui est de protéger les civils. 

Même si la situation risque de s’aggraver quand la MONUSCO partira, nous compterons sur nos forces de sécurité. Ce n'est pas pour rien que mes frères, mes soeurs et mes parents sont pour l'armée. C'est la seule [force] que nous ayons pour nous défendre. 

Notre échec vient du fait que nous sommes dépendants d'autres forces extérieures. Nous pensons qu'elles sont avec nous, alors que ce n'est pas le cas. Le Congo appartient aux Congolais. Une fois les casques bleus partis, nous nous mobiliserons davantage pour venir à bout des massacres.

Mon message au président de la république est le suivant. S'il continue à dépendre de forces étrangères, nous n'aurons jamais la sécurité au Congo. Mais s'il unit ses forces à celles du peuple, nous réussirons à ramener la paix et la sécurité !

William Mbokani, activiste, 22 ans : « Pourquoi ne pas se mettre en colère ? »

Claude Sengenya/TNH

Personne ne me pousse à manifester. Ma mère est déjà morte ! Elle n’est pas morte de maladie, ou dans un accident. Non. [Elle] a été égorgée par l'ADF, sous les yeux de la MONUSCO, impuissante, à Mbau [territoire de Beni, Nord-Kivu] il y a trois ans. Pourquoi ne pas se mettre en colère? J'ai 22 ans [et je suis] né et j'ai grandi dans la guerre, malgré la présence de la MONUSCO.

Aujourd'hui, je devrais être à l'université, parce que [ma mère] a financé ma scolarité. Mais, après sa mort, j'ai dû arrêter parce qu'il n'y avait plus de moyens. Je suis un des plus jeunes d'une fratrie de 12 enfants. Nos aînés ont eu la chance de faire de bonnes études, mais nous, les plus jeunes, nous avons arrêté, faute de moyens. Nous avons vécu uniquement grâce à notre champ mais, aujourd'hui, nous ne pouvons pas accéder à nos cultures [en raison de l'insécurité].

Malheureusement, la MONUSCO, sur laquelle reposaient tous nos espoirs, nous a déçus. Ses soldats ont tout ce qu'il leur faut pour nous défendre, mais ils ne font rien. Ils ont des armes lourdes, mais cela ne sert à rien. Depuis qu'ils sont ici, dans l'est du Congo, quels mouvements armés ont-ils éradiqué ? [Même] le M23, dont nous avions entendu parler à l’époque où nous étions enfants, vient de refaire surface. 

C'est quand je pense à toutes ces difficultés que je me dis : pourquoi est-ce que cela n'arrive qu'ici, à nous ? Qui viendra sauver le Congo ? Seuls nous, les jeunes, le pouvons. 

Lire la suite du témoignage de William

On his injuries…

I am injured in the left arm, hit by a bullet fired by blue helmets during an anti-MONUSCO demonstration. I demonstrated to denounce the incapacity of the UN forces to protect civilians... It was during the demonstration that I was hit by a stray bullet. 

On the EAC force…

I am not in favour of the arrival of the regional force of the EAC. Who doesn’t know that Kenya, Tanzania are [already] here within the UN forces? What difference will there be with the regional force made up of troops from the same countries? They will have the same outfits! The regional force wants to follow in the footsteps of MONUSCO. It is dangerous. 

Jean-Pierre Kasereka Maghetsi, activiste de LUCHA, 28 ans : « La présence de la MONUSCO nous endort »

Nous avons manifesté contre la MONUSCO pour dénoncer son manque d’efficacité. La MONUSCO est dans la région depuis plus de 22 ans [mais elle] ne parvient pas à protéger les civils, conformément à son mandat.  

La MONUSCO a récemment déclaré qu’elle n’a pas la [capacité] nécessaire pour vaincre l’ennemi, notamment le M23. Après plus de 20 ans, il est inconcevable qu’elle reste ici, dans notre pays, surtout quand elle reconnaît elle-même qu’elle est incapable de faire face à des ennemis comme le M23 et l’ADF.

Aussi, quand on examine l’historique des tueries qui ont eu lieu dans notre pays, il arrive que des gens [nous] tuent à moins de 100 mètres des camps de la MONUSCO. Cela prouve que [la mission] est vraiment incapable de protéger les civils. 

La présence de la MONUSCO nous endort, alors que les Congolais eux-mêmes devraient se pencher sur leurs problèmes, notamment l’insécurité. La MONUSCO doit partir pour que nous soyons responsables de nos propres problèmes, et pour que nous puissions trouver des solutions à l’insécurité.

Quand la MONUSCO est arrivée, il n’y avait qu’une dizaine de mouvements armés, mais aujourd’hui, il y en a plus d’une centaine. Cela prouve que le pays était plus sécurisé avant l’arrivée de la MONUSCO.

Lire la suite du témoignage de Jean-Pierre

On the killing of protesters…

At the end of July, you saw that [peacekeepers] broke through the barrier at the Kasindi border post [with Uganda]. It is unacceptable for a sovereign country like the DRC to suffer such an act, unacceptable for a foreign force to force its entry into a sovereign country. These are things that shock the Congolese population.

The least the UN can do is ensure that justice is done. That these victims have the right to good justice, but also that their families are compensated – because they didn't do anything [wrong], they didn't commit a crime. They only claimed their rights, their fundamental right, which is the right to life. To be killed is an act that we did not expect.

On who should protect people if MONUSCO leaves…

We have our armed forces… which must protect us. Admittedly, the [army] requires reform… but they are capable of protecting us provided that we give them the means… that we exclude certain officers who would be in complicity with the armed groups.

On the EAC force…

We have to learn to take responsibility for ourselves. For us, this regional force is not welcome on our soil. We are not currently chasing MONUSCO away to welcome in this regional force.

Moreover, if Rwanda, which is attacking us through the M23, and Uganda, an ally of Rwanda, contribute to this force, it will not be trustworthy, it will not be of any use. In the regional force, there will be South Sudan, which also has problems at home. What will it be able to solve here in Congo?

Serge Makeo, juriste congolais et coordinateur des Jeunes patriotes de Butembo : « Des massacres ont eu lieu à proximité des positions des casques bleus »

Claude Sengenya/TNH

Aujourd’hui, nous nous en prenons à la MONUSCO pour une raison noble. Quand la population a constaté que les forces nationales étaient léthargiques, elle s’est tournée vers les casques bleus, qui ont des moyens considérables et qu’elle croyait flexibles et prompts à la riposte.  

Mais la population s’est rendu compte que la MONUSCO met du temps à réagir. Malheureusement, à Beni, on a même observé que certains massacres ont eu lieu à proximité des positions des casques bleus de la MONUSCO, et ces casques bleus n’ont pas réagi. Ils n’ont pas riposté, malgré les alertes données par la population. 

L’autre problème, c’est la communication de la MONUSCO, qui laisse à désirer. Nous ne comprenons pas que son porte-parole dise dans les médias que le M23 est censé avoir des armes plus sophistiquées que celles qu’utilisent les casques bleus, étant donné que nous savons que les pays qui fournissent des troupes sont supposés avoir des armes sophistiquées pour assurer notre sécurité.

Lire la suite du témoignage de Serge

On MONUSCO leaving…

There will be no chaos. MONUSCO arrived when we only had a dozen armed groups, but today we have 100.

On whether the Congolese army can protect civilians...

The problem of the army is at the level of defence policy. They are not motivated and equipped. If we solve this problem, our soldiers will be able to secure us.

On protesters being killed…

Justice must one day take up the case, investigate to establish responsibilities, and condemn the culprits, because it is unacceptable that blue helmets can fire live ammunition on unarmed demonstrators. They have done this in Butembo, Beni, Kasindi, and Goma. And it is important that they be judged in Congo, where they committed these crimes.

Volonté Kambale, étudiant, 20 ans : « Je ne veux plus tolérer de voir quelqu’un détruire mon pays »

Claude Sengenya/TNH

Si j’ai manifesté contre la MONUSCO, c’est parce que je ne veux plus tolérer de voir quelqu’un détruire mon pays. Et c’est la MONUSCO qui tolère ces gens qui détruisent notre pays.  

C’est pourquoi les casques bleus disent qu’ils n’ont pas de munitions capables d’infliger une défaite au M23. Ainsi, pour l’ADF, qui a aussi le même type d’armes que le M23, la MONUSCO ne peut rien faire. Par conséquent, la MONUSCO est inutile.

Nous savons depuis l’époque où nous étions enfants que tout ce que [la MONUSCO] fait, c’est de traverser les centres urbains à bord de ses véhicules. Les soldats vont et viennent dans la ville. Ils exhibent des armes sophistiquées qui ne contribuent pas à protéger les civils. Ils sont inutiles. 

A Mavivi [territoire de Beni], il y a eu un massacre près du camp de la MONUSCO. Ils ne sont pas intervenus en riposte à ces tueries. Aucune balle n’a été tirée pour dissuader l’ennemi. Beaucoup de sang a coulé. 

Lire la suite du témoignage de Volonté

On an injury sustained during the protests…

I was injured, shot here in my left leg near the knee. Many of us were injured. In my hospital room alone, there were six people, and others elsewhere. Over 30 were wounded.

It is difficult to recount what we went through. It was planned that we participate in a ceremony in memory of the victims. After the service, we went in the direction of the MONUSCO base. When they noticed the mobilisation of all the people, they started throwing tear gas canisters at us, then live ammunition. 

Those who died in the anti-MONUSCO protests are martyrs who we must not forget. This date must be commemorated. And we must continue the fight to honour these dead. We must continue our fight for MONUSCO to leave our country. 

On MONUSCO leaving…

If MONUSCO left, there would be nothing to fear. We have our soldiers, who are enough for us, whom we love, and who have the duty to ensure our security. And the young people are ready to join our army to help the [army] assume their responsibility, in order to protect populations.

On the EAC force…

The [mention of] the regional force is deceitful. The Tanzanians, the Kenyans are [already] here through the United Nations Intervention Brigade. What will be the difference between the brigade and the EAC force, if not a difference in name? Because it's the same composition, they underwent the same training. There is only a name difference. 

Edité par Philip Kleinfeld

Partager cet article

Get the day’s top headlines in your inbox every morning

Starting at just $5 a month, you can become a member of The New Humanitarian and receive our premium newsletter, DAWNS Digest.

DAWNS Digest has been the trusted essential morning read for global aid and foreign policy professionals for more than 10 years.

Government, media, global governance organisations, NGOs, academics, and more subscribe to DAWNS to receive the day’s top global headlines of news and analysis in their inboxes every weekday morning.

It’s the perfect way to start your day.

Become a member of The New Humanitarian today and you’ll automatically be subscribed to DAWNS Digest – free of charge.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join