1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique australe
  4. Madagascar

Les écolières, gagnées par la fièvre de l’or

A young Madagascan girl prospecting for gold in Madagascar
A young Madagascan girl chooses gold prospecting ahead of her education (Guy Oliver/IRIN)

La fièvre de l’or semble s’être emparée d’Ankavandra, une petite ville de l’ouest de Madagascar, et de ses écolières.



La pauvreté rurale, conjuguée à un cours mondial de l’or exceptionnel, incite en effet irrésistiblement les jeunes filles d’Ankavandra et des environs à faire l’école buissonnière pour se rendre dans les contreforts du plateau central, dans l’espoir d’y dénicher quelques paillettes d’or.



Presque chaque jour, un groupe de cinq filles, toutes issues de la même famille et âgées de huit à 15 ans, se réveillent à l’aube pour entamer d’un bon pas une marche de deux heures le long de chemins de chèvres escarpés, en direction d’un des nombreux affluents du Manambolo. Tandis que le groupe se rapproche de sa destination, il s’agrandit pour atteindre une vingtaine de membres, à mesure que s’y joignent des habitants accompagnés de leurs jeunes enfants, ainsi qu’un autre groupe de fillettes, dont certaines semblent à peine âgées de cinq ans.



Pour se protéger d’un soleil cuisant, elles se couvrent la tête de leurs batées de bois, fabriquées localement et vendues l’équivalent de cinq dollars environ l’une.



Des voleurs de bétail (ou « dahalo ») parcourent eux aussi ces collines en quête de zébus, des bœufs malgaches reconnaissables à leur bosse ; jusqu’ici, néanmoins, ils ne se seraient pas reconvertis dans l’orpaillage.



























Lire Aussi
 Seuls quelques chanceux bénéficient de traitements contre le cancer
 Le riz « devient un luxe »
 Insécurité alimentaire – L’étau se resserre
 Lutter contre la montée du tourisme sexuel
 La faim, difficile à vendre
 Une année de crise

Les fillettes ont expliqué à IRIN, sous couvert de l’anonymat, qu’elles n’étaient en aucun cas les seules à pratiquer l’orpaillage dans ce district. « Ce sont les filles qui le font parce qu’en général, les garçons doivent s’occuper du “zébu” », ont-elles dit.



Il s’agit d’un travail extrêmement physique : les orpailleurs doivent battre les rives du cours d’eau à coups de pelles et de barres de fer, puis entasser de la terre et des pierres sur leurs plateaux de bois, qu’ils doivent ensuite emmener au ruisseau, non loin de là, pour les laver.



Le correspondant d’IRIN a accompagné ces fillettes pendant deux heures ; dans ce laps de temps, elles ont probablement soulevé deux cents kilos de boue chacune, sans jamais faire de pause. Elles passent environ six heures par jour à chercher de l’or, sans compter le temps de trajet, ce qui représente une journée de travail de plus de 10 heures. Ce jour-là, elles n’avaient pas emmené de quoi manger.



Les permis d'exploitation minière



En vertu du code d’exploitation minière malgache, les orpailleurs doivent se voir délivrer un permis annuel moyennant une poignée de dollars ; le permis coûte environ 50 dollars pour les vendeurs d’or, qui rachètent leur production. Ces impôts sont théoriquement prélevés par les autorités des districts pour leur permettre d’améliorer les services locaux, mais les fillettes interrogées par IRIN ont déclaré n’avoir jamais versé un centime.












The girls say they stopped attended school in favour of gold panning

The girls say they stopped attended school in favour of gold panning
Guy Oliver/IRIN
The girls say they stopped attended school in favour of gold panning
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Mardi, juin 7, 2011
Les écolières, gagnées par la fièvre de l’or
The girls say they stopped attended school in favour of gold panning


Photo: Guy Oliver/IRIN
Des filles en train de chercher de l' or

Selon les statistiques publiées sur le site Internet de Zamarat Mining, société parisienne d’exploration minière qui opère à Madagascar par le biais de sa filiale Zamarat Mining Madagascar, le pays compterait environ 150 000 orpailleurs, qui produisent entre trois et quatre tonnes d’or par an ; la société reconnaît néanmoins que « la contrebande d’or est un problème majeur ».



Madagascar est classé 135e sur 169 pays à l’indice de développement humain publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ; selon cet indice, près de 70 pour cent des 20 millions d’habitants que compte le pays vivent avec 1,25 dollar ou moins par jour.



Ces dernières années, au cours de leur semaine de travail la plus faste, les fillettes ont gagné environ 14 dollars chacune en travaillant six jours sur sept, soit plus du double de ce qu’elles auraient pu gagner en effectuant d’autres tâches ingrates, notamment en lavant du linge.



Les fillettes s’adonnent à cette tâche avec la bénédiction de leurs parents, disent-elles, et l’argent qu’elles empochent leur sert à acheter des habits et de la nourriture.



Les orpailleurs continuent de s’enthousiasmer à la vue d’une paillette d’or de la taille d’une moitié de grain de riz. L’or est vendu dans des commerces généraux, à Ankavandra, à 70 000 ariarys (36,50 dollars) le gramme ; le poids minimum accepté à l’achat est d’un dixième de gramme.



go/cb – nh/amz

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join