1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Ouganda

Christine Amony, « Trouver de la nourriture pour toute la famille devient un cauchemar »

Slum dweller Christine Amony hawks bananas in Gulu town, northern Uganda
(Charles Akena/IRIN)

L’augmentation soudaine du prix des denrées alimentaires et des carburants en Ouganda, au cours des quatre derniers mois, fait monter l’inquiétude et les habitants font pression sur le gouvernement pour qu’il intervienne et mette un frein aux augmentations.



Dans la ville de Gulu, une habitante des bidonvilles, Christine Amony, 42 ans, parvient tout juste à survivre en vendant des bananes dans les rues de Gulu. Elle a raconté à IRIN quelle vivait d’un repas par jour pour essayer de faire face au coût de la vie.



« Nous sommes à présent dans une situation très difficile. Trouver la nourriture à mettre sur la table pour toute la famille devient un cauchemar. Les denrées sont inabordables car les prix augmentent de jour en jour. Les gens de Kony Paco [un bidonville] réduisent le nombre de repas et ont faim parce que l’argent ne permet pas d’acheter la nourriture nécessaire.



J’ai quatre enfants et nous vivons à Kony Paco. Nous mangeons du manioc et des haricots une fois par jour, le soir, et même comme ça, ce n’est pas suffisant.



Mes enfants n’ont plus ni petit déjeuner ni déjeuner, parce que je ne peux pas me permettre d’acheter à manger pour trois repas.



Les prix ont tellement augmenté. En octobre dernier, 1 kilo de sucre coûtait 2 300 shillings ougandais [1 dollar] mais aujourd’hui il en coûte 3 000 ; le riz est maintenant à 3 000 shillings [1,25 dollar], alors qu’il était à 1 600 shillings; le maïs est passé de 300 [0,12 dollar] à 1000 shillings, la farine de 800 [0,30 dollar] à 1 700 shillings, les pois de 1 000 [0,41 dollar] à 3 000 shillings, les cacahuètes de 2 500 [1,04 dollar] à 3 500 shillings, le millet de 800 [0,30 dollar] à 1 000 shillings, les haricots de 1 800 [0,75 dollar] à 3 000 shillings, les tomates de 1 200 [0,50 dollar] à 2 500 shillings et la viande de 5 000 [2,08 dollars] à 6 000 shillings.



La saison dernière, les récoltes n’ont pas été bonnes, parce qu’il y avait eu trop de pluie, ce qui a fait pourrir les récoltes dans les jardins. Et maintenant, le prix des carburants a augmenté. Un litre d’essence qui coûtait 2 800 shillings [1,16 dollar] en juin dernier en coûte aujourd’hui 3 800 [1,58 dollar]. Le prix du transport a également fait un bond, ce qui a obligé les vendeurs de nourriture à hausser leurs prix afin de récupérer les frais de transport.



Je ne sais pas jusqu’où tout cela va nous mener. Les gens manifestent parce qu’ils n’ont pas assez à manger. Je prie pour que la première saison de récolte [d’avril à juin] produise suffisamment de nourriture afin que nous ayons suffisamment à manger. Pour l’instant, le temps est plutôt effrayant, car les pluies ont été très irrégulières.



Même les loyers ont augmenté. Je ne sais pas si je serai capable de trouver les 20 000 shillings [8,30 dollars] de loyer pour le mois prochain. Je n’ai même pas l’argent pour payer les frais de scolarité de mes enfants pour le trimestre prochain. »



ca/zm/mw –og/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join