1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Côte d’Ivoire

Propositions de paix dans le district de Duékoué, où règne la méfiance

Children singing 'We want peace'. Catholic mission site in Duékoué, western Côte d'Ivoire. April 2011
Des enfants à Duékoué chantant « nous voulons la paix » (Nancy Palus/IRIN)

Le 22 avril, pour la première fois depuis que les violences postélectorales ont frappé Duékoué, un district riche en cacao de l’ouest de la Côte d’Ivoire, Kouadio, un agriculteur de l’ethnie Baoulé, a pénétré dans l’enceinte de la mission catholique, où environ 27 000 personnes, principalement des Guéré, ont trouvé refuge.



Depuis 1997, Kouadio cultive du cacao dans une plantation appartenant à des Guéré et située près du village de Toa-Zéo, à 5 kilomètres de la ville de Duékoué. « J’avais peur d’y aller, mais aujourd’hui, quand un membre de la famille est venu me chercher à la porte, j’ai décidé d’entrer », a-t-il dit.



Les propriétaires fonciers Guéré disent qu’au cours des derniers mois, ils ont été attaqués par des Baoulé, des Mossi (du Burkina Faso) et d’autres groupes ethniques qui cultive la région depuis des dizaines d’années. Les conflits fonciers ne sont pas nouveaux dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Ils sont parfois violents et résultent d’infractions commises par les deux parties.



Selon les propriétaires fonciers et les cultivateurs, la crise postélectorale qui a vu Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo se disputer la présidence a exacerbé les tensions et déclenché des violences, causant la destruction de nombreuses maisons, le déplacement de dizaines de milliers de membres de divers groupes ethniques et la mort d’un nombre indéterminé de personnes.



M. Gbagbo bénéficie d’un large soutien au sein de la communauté Guéré. Les Burkinabé et les Baoulé (l’ethnie de l’ancien président Henri Konan Bédié, qui a soutenu M. Ouattara au second tour) sont considérés comme pro-Ouattara, qu’ils aient voté pour lui ou non. Selon les Guéré, la victoire de M. Ouattara a ouvert la porte aux attaques à leur encontre et donné lieu à « des règlements de compte ».



Dans les années 1960 et 1970, des agriculteurs des pays voisins et d’autres régions de la Côte d’Ivoire ont migré vers l’ouest du pays pour travailler dans les plantations de café et de cacao appartenant à des familles Guéré.





















Lire Aussi
 La délimitation des terres s'impose
 Des solutions originales pour résoudre des conflits locaux
 Les riches plantations de cacao alimentent les conflits intercommunautaires dans l'ouest de la Côte d'Ivoire
 Tensions ethniques dans la région cacaoyère du sud de la Côte d'Ivoire

Selon une étude du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) et du Centre de surveillance des déplacements internes (IDMC), traditionnellement, les cultivateurs offrent des dons symboliques (une partie des récoltes, par exemple) aux propriétaires lors d’occasions particulières comme Ies veillées funèbres. Des cultivateurs Baoulé et Burkinabé se sont rendus à la mission catholique pour saluer les propriétaires fonciers, exprimer leurs regrets concernant leur déplacement et leur offrir de la nourriture et de l’argent. Selon les propriétaires et les agriculteurs, cela pourrait être le signe qu’une cohabitation paisible entre les différentes ethnies est possible.



Kouadio a dit qu’il était triste de savoir que les propriétaires des terres sur lesquelles il travaille vivaient dans des conditions difficiles. « C’est pour cela que je suis venu les voir. Je pense revenir demain avec de la nourriture pour eux. C’est à cause du conflit que ces familles de propriétaires fonciers sont déplacées ».



Des Baoulé et des Burkinabé qui cultivent le cacao près de Toa-Zéo – l’un des villages que les familles ont fuis – ont dit à IRIN qu’ils voulaient que les propriétaires fonciers reviennent. « Je prie pour qu’ils reviennent tous et que tout le monde puisse vivre ensemble comme avant », a dit Kouadio.



Doutes



Omar*, un Burkinabé qui cultive lui aussi le cacao à Toa-Zéo, s’est rendu plusieurs fois à la mission pour parler de leur retour avec les propriétaires. Le 21 avril, il a emmené deux jeunes Guéré au village pour qu’ils y passent la nuit et fassent part de la situation aux autres familles.



« La situation de chaque village est unique », a dit Omar. « Je ne peux parler que de notre village de Toa-Zéo. Là, la guerre est finie. Il ne va rien arriver aux propriétaires de nos terres s’ils reviennent. La politique ne nous intéresse pas... Nous ne voulons plus jamais assister à ce genre de violences ». Il a ajouté qu’il serait important, au début, que des associations humanitaires aident les familles à se réinstaller au village.



Apparemment, tout le monde n’est pas en faveur de la réconciliation. De nombreuses personnes déplacées ont peur de rentrer chez elles en raison de récentes attaques à l’arme à feu et à la machette dans des villages proches de Guiglo, une ville située à 30 kilomètres au sud-ouest de Duékoué. Une femme de Guiglo âgée de 30 ans a montré à IRIN de profondes blessures de machette à la tête et au cou et a dit que son fils de sept ans avait été tué lors des attaques de la mi-avril.



À la mission catholique de Duékoué, le propriétaire foncier Téhé Fié Ernest, qui a fui son village en décembre 2010, a dit à IRIN : « au début, lorsque des agriculteurs qui cultivent nos terres voulaient venir nous rencontrer, d’autres agriculteurs refusaient en disant qu’il n’était pas question de se réconcilier... Naturellement, cela nous inquiète ».



Kouadio, le cultivateur de cacao, a dit à IRIN que, comme d’autres agriculteurs, il voulait que les familles Guéré reviennent à Toa-Zéo, mais qu’il ne pouvait « pas savoir ce que tous les agriculteurs en pensaient... la plupart des habitants de Toa-Zéo disent que les affrontements sont terminés et que les propriétaires devraient revenir ».



Confiance dans les nouvelles autorités












A child who was wounded in a machete attack near Guiglo, western Côte d’Ivoire mid-April 2011

A child in Guiglo, western Côte d’Ivoire
Nancy Palus/IRIN
A child who was wounded in a machete attack near Guiglo, western Côte d’Ivoire mid-April 2011
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Lundi, avril 25, 2011
Propositions de paix dans le district de Duékoué, où règne la méfiance
A child who was wounded in a machete attack near Guiglo, western Côte d’Ivoire mid-April 2011


Photo: Nancy Palus/IRIN
Un enfant blessé lors d’une attaque à la machette près de Guiglo

Les Guéré de la mission catholique ont dit qu’au vu des derniers affrontements et du fait que M. Ouattara était désormais au pouvoir, il fallait leur garantir que les autorités locales les soutiendraient. Des habitants du quartier de Carrefour, principalement Guéré, ont dit qu’une attaque avait été menée le 29 mars par des groupes alliés aux soldats pro-Ouattara et qu’ils ne pouvaient pas encore se fier aux forces de sécurité du nouveau gouvernement.



Plusieurs Guéré ont fait part de leur inquiétude concernant les chasseurs traditionnels « Dozo » originaires du nord, une région pro-Ouattara, qui parcourraient la brousse et attaqueraient les personnes qui essaieraient de retourner dans leur village.



« Le nouveau président doit leur dire de nous laisser tranquilles, de déposer les armes et de nous laisser retourner dans nos villages pour que nous puissions reprendre une vie normale et que nos enfants puissent aller à l’école », a dit à IRIN Richard, un propriétaire foncier Guéré.



Le propriétaire foncier Téhé Fié Ernest a dit que les persécutions qui ont eu lieu à l’égard des Guéré depuis que les forces pro-Ouattara se sont emparées de la région, fin mars, ont légèrement diminué ces dernières semaines. « Nous pouvons nous déplacer plus librement qu’il y a quelques semaines dans le centre du district de Duékoué et cela montre que les autorités cherchent à rétablir l’ordre », a-t-il dit.



« Ils doivent maintenant élargir ces efforts à nos villages et nos plantations... Le nouveau président doit montrer qu’il est là pour l’ensemble des plus de 60 groupes ethniques que compte la Côte d’Ivoire. Il doit immédiatement s’occuper des problèmes dans l’ouest et faire appliquer la loi de manière équitable ».



Les communautés déplacées se trouvant à la mission se sont réunies régulièrement, notamment avec les autorités locales, pour débattre des mesures visant à faciliter et à sécuriser le retour des familles dans leur village.



*nom d’emprunt



np/he –gd/amz

Help make quality journalism about crises possible

The New Humanitarian is an independent, non-profit newsroom founded in 1995. We deliver quality, reliable journalism about crises and big issues impacting the world today. Our reporting on humanitarian aid has uncovered sex scandals, scams, data breaches, corruption, and much more.

 

Our readers trust us to hold power in the multi-billion-dollar aid sector accountable and to amplify the voices of those impacted by crises. We’re on the ground, reporting from the front lines, to bring you the inside story. 

 

We keep our journalism free – no paywalls – thanks to the support of donors and readers like you who believe we need more independent journalism in the world. Your contribution means we can continue delivering award-winning journalism about crises. Become a member of The New Humanitarian today


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join