1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Iraq

Nouvelle avancée vers des accords sur l’eau avec la Turquie et la Syrie

[Iraq] Water treatment unit in Baghdad.
There is not enough water in the rivers to generate much-needed hydroelectric power (file photo) (IRIN)

L’Irak renouvelle ses efforts pour parvenir à des accords avec la Syrie et la Turquie afin d’augmenter le débit du fleuve Euphrate qui traverse ces deux pays vers l’Irak, et dont l’Irak dépend fortement pour l’agriculture et la production d’électricité.



La Turquie a provisoirement accepté d’augmenter le débit du fleuve, afin de permettre à l’Irak de réactiver la centrale hydroélectrique de Haditha, d’une puissance de 400 mégawatts, selon des responsables.



L’accord – qui devrait être conclu dans un délai de deux mois – pourrait faire partie d’un traité plus important avec la Turquie en vue d’importer 200 mégawatts d’électricité, a dit Musaab Al-Mudaris, porte-parole du ministère irakien de l’Electricité.



Une délégation irakienne se rendra en Syrie cette semaine pour essayer de mener à bien un accord similaire. Durant ces dernières années, le débit de l’Euphrate a constamment baissé à cause de précipitations inférieures à la moyenne, et à cause de la construction de barrages en Turquie et en Syrie.



L’Irak produit environ 7, 500 mégawatts par jour – moins de la moitié de la demande actuelle – et certaines centrales hydroélectriques ont dû réduire leur production, ou même l’arrêter, à cause du faible débit de l’Euphrate (et du Tigre).



Depuis de nombreuses années, des responsables irakiens pressent la Syrie et la Turquie de signer des accords spécifiant un partage fixe de l’eau de ces deux fleuves pour l’Irak, mais aucun accord n’a pu être conclu.



« L’Irak pourrait connaître plus de problèmes [liés à l’eau], des difficultés et des défis, à moins qu’il n’obtienne la part de l’eau qui lui revient…L’Irak est face à d’importants défis pour maintenir ses zones humides et ses terres agricoles », a dit Ali Al-Alak, le secrétaire général du gouvernement.



sm/cb-sk/amz



This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join