1. Accueil
  2. Asie
  3. Bangladesh

Une victoire contre la sous-alimentation

Sujit Kumar Mondal sailing to his floating garden
(Peter Murimi/IRIN)

Dans un rapport publié dernièrement, l’organisation non gouvernementale (ONG) Action contre la faim (ACF) a salué le Bangladesh (ainsi que le Pérou, le Brésil, le Malawi et le Mozambique) pour la « réussite » de ses efforts de lutte contre la sous-alimentation infantile, ces 15 dernières années.



Les études menées par le gouvernement bangladais ont montré une diminution, entre 1996 et 2009, du pourcentage d’enfants trop maigres pour leur âge (de 56 à 43 pour cent) ; d’enfants atteints de retard de croissance, c’est-à-dire trop petits pour leur âge (de 55 à 41 pour cent) ; et d’enfants émaciés, c’est-à-dire trop maigres pour leur taille (de 18 à 13 pour cent). Le taux de malnutrition aiguë reste néanmoins élevé, puisque la maladie touche 2,1 millions d’enfants. Le pays s’est toutefois doté de plusieurs programmes et politiques notables, selon ACF :



• La sécurité nutritionnelle est un des objectifs de la stratégie nationale de réduction de la pauvreté, et le plan d’action stratégique alimentaire 2008-2015 vise à améliorer la sécurité alimentaire de tous en réunissant les objectifs des différents ministères, des bailleurs de fonds et des ONG.



• Les filets de sécurité mis en place en faveur des populations pauvres, notamment sous la forme de vivres ou de transferts d’espèces, représentaient près de 13 pour cent du budget 2009-2010 ; ils ont aidé les familles à surmonter les catastrophes naturelles qui touchent le pays, ainsi que la hausse du prix des vivres.



• Le Bangladesh a connu un climat parmi les plus extrêmes du monde, ces vingt dernières années, selon le Global Climate Risk Index 2011 (Indice mondial de risque climatique) de l’ONG Germanwatch, mais dans le cadre du programme national d’adaptation lancé par le gouvernement, le pays a notamment construit des jardins flottants, qui permettent de cultiver hors sol.



• La nouvelle politique de vulgarisation agricole (1995-2010) a également permis d’augmenter la production vivrière (en accordant des crédits aux petits agriculteurs, en mettant en place des services nationaux de vulgarisation agricole et en collaborant avec le secteur privé pour assurer un meilleur accès aux semences) ; et a contribué à réduire le taux de pauvreté davantage dans les régions rurales que dans les zones urbaines.



Les difficultés



Mais ces politiques avisées ne se sont pas toujours traduites par des progrès équitables, à en croire Flavio Salio, directeur de Médecins Sans Frontières (MSF) au Bangladesh.



MSF dirige actuellement des programmes de traitement communautaires contre l’émaciation grave, ou malnutrition aiguë.



« Le manque de coordination ?entre? les ministères, les ONG et d’autres parties prenantes est… un gros obstacle. Il y a également un manque de directives claires en matière de nutrition, et un manque de ressources humaines et de structures de santé, en particulier dans les zones rurales », a dit M. Salio.



Aucune autorité nationale ne coordonne les activités d’aide à la nutrition et l’aide du gouvernement, et le suivi des interventions nutritionnelles menées par les ONG est « largement inexistant », selon ACF.



« Il y a un manque de compréhension, de la part du grand public bangladais, du problème que représente la malnutrition », a ajouté M. Salio.



Il faut s’efforcer de sensibiliser davantage les populations, jusqu’à ce qu’elles reconnaissent la malnutrition comme un problème de santé grave pouvant entraîner des complications, notamment des maladies infectieuses telles que le paludisme et la pneumonie, a-t-il recommandé.



Près d’un tiers des bénéficiaires d’un programme ciblé d’aide aux familles vulnérables ; la moitié des bénéficiaires des bourses d’enseignement primaire ; et 40 pour cent des travailleurs embauchés dans le cadre d’un programme d’emploi sur 100 jours ne sont pas véritablement pauvres, d’après la Banque mondiale, le National Food Policy Capacity Strengthening Programme, qui réunit plusieurs bailleurs de fonds, et le Bangladesh Rural Advancement Committee (BRAC), une ONG locale.



pt/jm/b- nh/amz


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policy-makers and humanitarians, provide accountability and transparency over those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all. 

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian

 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join