The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Burundi

La sécheresse causée par La Niña « va toucher des millions »

A Turkana girl waters camels from a hole dug in a dry river bed near Kenya’s border with Uganda. Increasing drought has obliged pastoralists to travel further in their search for pasture and water. This often brings them into conflict with rival pastora
A Turkana girl waters camels from a hole dug in a dry river bed near Kenya’s border with Uganda (Anthony Morland/IRIN)

Depuis novembre, les pays d’Afrique de l’est ont enregistré des conditions de sécheresse sévère, qui vont probablement empirer durant les prochains mois. Selon des données publiées récemment par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), les répercussions météorologiques de La Niña en sont largement responsables.



L’OMM a expliqué que le phénomène pourrait s’étendre jusqu’à quatre mois et a souligné qu’il était déjà possible de remarquer « certaines parties très arides de l’Afrique de l’est » à la suite de conditions météorologiques plus dures que la normale pour cette période de l’année.



La Niña est le nom donné au refroidissement de la surface des eaux dans la zone centrale et orientale du Pacifique qui se produit tous les deux à cinq ans. Elle maintient l’Afrique de l’est plus aride que d’habitude et suscite des inquiétudes concernant la sécurité alimentaire dans des zones manquant d’irrigation, ce qui inclut des régions de la Somalie, du Kenya, de l’Ethiopie et de la Tanzanie.



Le Kenya et la Somalie font partie des pays déjà touchés. « Certaines régions dans le nord sont actuellement un désastre», a dit Mohamoud Duale, directeur de l’ONG Agence rurale pour le développement de la communauté et l’assistance (RACIDA). Dans le nord des districts d’Isolo, Marsabit, Moyale et Samburu, au moins 150 000 personnes ont besoin d’aide alimentaire d’urgence, la plupart d’entre eux sont des femmes, des enfants et des personnes âgées.



M. Duale était à Nairobi pour la conférence de presse ‘Sécheresse au Kenya : Quand cela finira-t-il ?’ sponsorisée par Oxfam, Cordaid, Care International, Save the Children, VSF-Belgique et Reconcile.



Mahmoud Ali, ministre adjoint au ministère d’état kenyan chargé des Programmes Spéciaux, était également présent à la conférence, et il a souligné que le gouvernement fournissait de l’aide alimentaire à un million de Kenyans, alors que le Programme alimentaire mondial (PAM) distribuait de la nourriture à 1,6 million d’autres personnes.












A Turkana man walks across the arid landscape of northwest Kenya, near the town of Lodwar. Many pastoralists in the region have lost animals to drought, theft and disease

A Turkana man walks across the arid landscape of northwest Kenya, near the town of Lodwar
Anthony Morland/IRIN
A Turkana man walks across the arid landscape of northwest Kenya, near the town of Lodwar. Many pastoralists in the region have lost animals to drought, theft and disease
http://www.irinnews.org/photo.aspx
Mardi, juillet 14, 2009
La Niña-induced drought “to affect millions”
A Turkana man walks across the arid landscape of northwest Kenya, near the town of Lodwar. Many pastoralists in the region have lost animals to drought, theft and disease


Photo: Anthony Morland/IRIN
Des responsables disent qu’au moins 150 000 personnes affectées par la sécheresse ont besoin d’aide alimentaire d’urgence dans les districts d’Isiolo, Marsabit, Moyale et Samburu dans le nord du Kenya

« Le total de la population touchée par le phénomène de La Niña est d’environ cinq millions de personnes, d’où le besoin de fournir de la nourriture à 2,4 millions de personnes en plus », a-t-il ajouté. M. Ali a aussi souligné que pour atténuer les effets de la sécheresse, le gouvernement avait réattribué 9,5 milliards de shillings kenyans (118 millions de dollars) aux régions touchées, principalement dans le nord du Kenya.



Parmi les nouvelles mesures figurent 57 camions destinés à aider à la livraison de fournitures humanitaires aux régions affectées, des vaccins pour le bétail, la construction de barrages et la distribution de comprimés de purification de l’eau.



Aide d’urgence



Mais sur place, les gens doivent gérer chaque jour les effets de la sécheresse, sans beaucoup de changement à leur situation. « Deux décès causés par la famine ont été enregistrés dans le nord du Kenya récemment. Les gens émigrent en Ethiopie ou en Ouganda pour survivre. C’est déjà une crise », a dit M. Duale.



Bien que le Kenya soit considéré comme l’une des nations agricoles les plus en pointe d’Afrique, la sécheresse n’est pas une nouveauté pour ce pays. La sécheresse de 2007 à 2009 avait généré une hausse des denrées alimentaires et avait menacé l’économie.



En Somalie, les ressources en eau et les conditions de pâturage se sont encore davantage détériorées, entrainant plus de migrations du bétail et exacerbant la compétition entre les éleveurs nomades. « Les niveaux des rivières sont actuellement en dessous de la normale pour cette période de l’année et on s’attend à ce qu’elles baissent encore plus d’ici à la prochaine saison des pluies en avril », selon le Bulletin de surveillance de la sécheresse en Somalie de janvier 2011, publié par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.



Environ 2,4 millions de Somaliens ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence à cause des troubles civils et de l’insécurité alimentaire, selon les Nations Unies. Une autre sécheresse risque aussi d’augmenter le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDIP); la Somalie compte déjà 1,4 millions de PDIP.



« Nous devons d’abord agir, au lieu de réagir. Il y aura plus de sécheresses dans le futur, mais elles ne devraient pas entraîner de désastre. Nous devons nous attaquer à la sécheresse avant qu’elle ne démarre, et non attendre jusqu’à ce qu’il soit trop tard et que les gens souffrent déjà », a dit Safia Abdi, chargée de programmes à Cordaid.



En Ethiopie, l’agence météorologique nationale a signalé qu’un phénomène La Niña « de modéré à fort » allait probablement perdurer, potentiellement jusqu’en juin, entrainant des pluies en dessous de la normale dans de nombreuses régions, excepté dans l’ouest et le sud-ouest, où elles devraient être normales.



La Tanzanie, deuxième économie la plus importante en Afrique de l’est, commence également à en ressentir les effets. Cette semaine, le gouvernement a étendu le rationnement de l’électricité à l’ensemble du pays. William Ngeleja, ministre des mines et de l’énergie, a dit au parlement que le rationnement était supposé s’achever fin janvier, mais que les niveaux d’eau en baisse dans les centrales hydroélectriques avaient augmenté le déficit énergétique. La majorité de l’électricité en Tanzanie est hydroélectrique. Certains législateurs considèrent la pénurie comme « une crise nationale ».



cm/mw-sk/amz

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join