The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Somalie

Quand les tirs, coassements et cocoricos remplacent la musique, interdite

Speak Into Me, a photo by Billy V of the main microphone in the control room of WMSR, the student radio station at Miami University
(BillyV/Flickr)

Les radios de Mogadiscio ont répliqué avec une ironie amère à l’ultimatum lancé par des insurgés islamistes interdisant la diffusion sur les ondes de toute forme de musique : désormais, les chansons et les jingles laissent place à des enregistrements de coups de feu, un bruit auquel les oreilles des habitants de la capitale meurtrie sont malheureusement trop habituées.



Les radios ont également remplacé les mélodies désormais interdites de diffusion par des coassements de grenouilles ou le chant du coq. Les stations les plus courageuses envisagent même de diffuser des sons de braiments d’ânes.



« Nous n’avons pas le droit de diffuser de la musique et nous devons combler les créneaux, c’est comme cela que nous est venue cette idée. Il y a des bruits que l’on entend plus souvent que d’autres dans cette ville, et je pense qu’ils sont tout à fait appropriés », a déclaré un animateur de radio sous couvert de l’anonymat.



La majorité des quelque 16 stations de radio que compte la capitale somalienne ont adopté cette tactique.



L’interdiction qui est entrée en vigueur le 13 avril a été imposée par les groupes islamistes Hizbul Islam et Al-Shabab, qui depuis des années défient les troupes gouvernementales à Mogadiscio et aux alentours de la capitale, entraînant le déplacement de centaines de milliers de civils.



« Notre seul moyen de faire une pause et d’échapper aux bombardements, aux coups de feu et à l’insécurité générale était d’écouter de la musique somalienne à la maison », a confié Abdulkadir Abdirahman, un habitant de Mogadiscio. « Cela n’est plus possible maintenant. Je vais écouter [ces émissions] et bien rire ».



Selon M. Abdirahman, bon nombre d’habitants de la capitale aimaient écouter la musique somalienne diffusée sur les ondes des radios locales.



« Ce matin, lorsque j’ai allumé la radio, la première chose que j’ai entendue était le bruit de tirs. Je n’étais pas sûr de comprendre ce qui se passait lorsqu’un animateur a expliqué ce qu’il faisait. Cela m’a beaucoup amusé », a dit M. Abdirahman. « Ces nouveaux airs plaisent en fait à certains de mes amis ! »



Un journaliste qui travaille pour l’une des stations a déclaré que la direction de la radio ne savait comment réagir face au décret.



« L’ensemble de nos programmes, hormis les émissions religieuses, ont toujours débuté par un jingle en somali. Aujourd’hui, ils débutent par le chant du coq », a-t-il dit. « Qui sait demain débuteront-ils peut-être par un bruit de grenouilles ou d’ânes », a-t-il poursuivi.



La plupart des stations de radio se sont pliées à l’injonction. « La station Radio Mogadishu, qui appartient au gouvernement, continue de diffuser de la musique et des jingles », a-t-il ajouté.



Il ignore combien de temps cela va durer. « Ils vont peut-être décider d’interdire également la diffusion de ces sons. C’est à la fois fou et stupide, mais il s’agit du monde dans lequel nous vivons aujourd’hui », a-t-il estimé.



Le péché le plus grave ?



Ali Sheikh Yassin, vice-président d’Elman, une organisation de défense des droits humains basée à Mogadiscio, a dit à IRIN que l’interdiction de diffuser de la musique sur les ondes était une tentative visant à refuser l’accès des habitants à l’information.



« Nous sommes arrivés à un point où la musique est devenue un péché envers l’Islam. Toutefois, le péché le plus grave d'entre tous, tuer des êtres humains, est commis toutes les heures de chaque jour. Quel acte va plus à l’encontre de l’Islam que celui qui consiste à tuer des innocents ? », a dit M. Yassin.



« [Le 13 avril], 20 personnes ont été tuées et plus de 70 autres blessées », a-t-il souligné.



Les stations de radio ont trouvé « une méthode très amusante et originale de contourner cette [interdiction], mais je crains que les [insurgés] n’émettent des décrets plus stricts », a-t-il conclu.



ah/am/cb/cd/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join