1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Nigéria

Amener les auteurs de crimes collectifs à répondre de leurs actes - ou pas

Grains traders plough through the remains of Laranto grain market before it was burned down in the Jos riots
(Aminu Abubakar/IRIN)

Dans quelle mesure les auteurs des meurtres collectifs, tels que ceux qui ont eu lieu récemment dans l’Etat du Plateau, au Nigeria, sont-ils tenus pour responsables de leurs actes ?



Shamaki Gad Peter, directeur de la Ligue des droits humains, une ONG locale, a dit à IRIN que les personnes responsables des violences n’étaient en général pas punies. « La plupart des personnes arrêtées sont des mineurs qui ne peuvent pas légalement être soumis à de telles poursuites pénales. Bon nombre des suspects arrêtés disent qu’ils ont des commanditaires, mais à la fin de la journée, les commanditaires ne sont pas poursuivis et leurs noms ne sont pas révélés au public ».



« Les accusés sont pauvres et luttent pour se nourrir, [et pourtant ils ont] accès à des fusils AK-47, qui se vendent à environ 2 000 dollars [au] marché noir. Où ces personnes pauvres trouvent-elles ces fusils ? Elles doivent avoir des commanditaires », a-t-il poursuivi.



Les enquêtes menées par le passé sur les violences intercommunautaires n’étaient pas transparentes, ont produit peu de résultats concrets et ont perpétué l’impunité, d’après des experts juridiques et des organisations de défense des droits humains.



Depuis plus de 10 ans, l’Etat du Plateau est le théâtre de conflits religieux, ethniques et fonciers récurrents.



En novembre 2008, les forces de sécurité ont tué arbitrairement au moins 130 personnes sans être soumis à aucune peine, d’après l’ONG (organisation non gouvernementale) Human Rights Watch (HRW).



Jonah Jang, gouverneur de l’Etat du Plateau, a mis en place une commission d’enquête en janvier 2009 chargée d’identifier les coupables et les causes de la violence, et de recommander des moyens d’éviter que de telles violences ne se reproduisent.



D’après une copie du rapport de la commission, divulguée aux médias locaux au début du mois de mars 2010, le gouverneur – accusé d’avoir ordonné des exécutions extrajudiciaires – a été disculpé. Le rapport a recommandé la création d’une commission de réconciliation, l’amnistie pour les accusés, et la création de gouvernements locaux dans lesquels les groupes ethnique de l’Etat seraient représentés à égalité.



Dan Manjang, représentant du gouvernement de l’Etat, a dit à IRIN que le rapport divulgué n’avait pas encore été révisé, et n’était pas officiel. D’après lui, le gouvernement est « déterminé à mettre en œuvre les recommandations » des rapports officiels sur les meurtres de 1994 et 2001.



Impunité



Cependant, Eric Guttschuss, chercheur sur le Nigeria pour Human Rights Watch (HRW), a dit à IRIN que dans le passé, les recommandations des commissions d’enquête n’avaient pas provoqué de changements significatifs.



« Les commissions sont un moyen d’avoir l’air de réagir aux violences, mais à mesure que le temps passe et que les pressions incitant le gouvernement à agir diminuent, il y a de moins en moins de mesures concrètes visant à s’attaquer aux racines de la violence et à traduire en justice les auteurs [présumés] ».



M. Peter, directeur de la Ligue des droits humains, a dit à IRIN que des tensions communautaires avaient empêché la mise en œuvre des recommandations.



« Le gouvernement [d’Etat] a tenté, en coulisse, de mettre en œuvre certaines des recommandations… mais il a fait marche arrière lorsqu’il a perçu le ressenti des communautés vis-à-vis de ces recommandations ».



D’après lui, des membres du groupe ethnique Haoussa, majoritairement musulmans, et des communautés chrétiennes ont accusé les comités, tant au niveau de l’Etat qu’au niveau fédéral, d’avoir fait preuve de partialité.



Plus de 13 000 personnes ont perdu la vie dans des conflits religieux, ethniques ou fonciers au Nigeria depuis 1999, et « l’impunité continue à alimenter la violence », selon HRW.



pt/cb/il/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help us be the transformation we’d like to see in the news industry

The current journalistic model is broken: Audiences are demanding that the hierarchical, elite-led system of news-gathering and presentation be dismantled in favour of a more inclusive and holistic model based on more equitable access to information and more nuanced and diverse narratives.

The business model is also broken, with many media going bankrupt during the pandemic – despite their information being more valuable than ever – because of a dependence on advertisers. 

Finally, exploitative and extractive practices have long been commonplace in media and other businesses.

We think there is a better way. We want to build something different.

Our new five-year strategy outlines how we will do so. It is an ambitious vision to become a transformative newsroom – and one that we need your support to achieve.

Become a member of The New Humanitarian by making a regular contribution to our work - and help us deliver on our new strategy.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join