Been enjoying our Fixing Aid podcast? We'd love to hear from you!

  1. Accueil
  2. Amériques
  3. Haïti

A la recherche désespérée d'une porte de sortie

Youths cleaning up earthquake rubble at what was once a church/school building in the Martissant neighbourhood of Port-au-Prince. March 2010
(Nancy Palus/IRIN)

Le gouvernement américain autorise l’entrée de nombreux ressortissants étrangers sur son territoire pour « des raisons humanitaires urgentes ou pour le bénéfice de la société ». Lors de la guerre froide, les États-Unis ont ainsi accordé un visa temporaire pour raison humanitaire ('humanitarian parole', en anglais) à des milliers de réfugiés d’Indochine, de Cuba et d’autres pays fuyant, pour la plupart, un régime communiste.



Toutefois, depuis le tremblement de terre du 12 janvier, le gouvernement a accordé le visa humanitaire à peu d’Haïtiens.



Le 18 janvier, le Département de la Sécurité intérieure (DHS) a déclaré qu’il allait octroyer, au cas par cas, le visa humanitaire aux enfants dont la procédure d’adoption par des citoyens américains était en cours.



Ce visa a été accordé à un petit nombre d’Haïtiens ayant des besoins médicaux importants, notamment à Jenny Alexis, un bébé de deux mois découvert sous les décombres d’un appartement de Port-au-Prince quatre jours après le tremblement de terre. Évacuée vers Miami par avion sans l’accord du gouvernement américain, elle a pu être soignée. Ses parents ont ensuite obtenu le visa humanitaire pour la rejoindre. Au total, plus de 1 000 Haïtiens se sont vus accorder ce visa depuis le tremblement de terre.



« Le nombre de visas humanitaires accordés est dérisoire vu l’ampleur de la catastrophe », a déclaré Ira Kurzban, un avocat de Miami spécialiste d’Haïti depuis les années 1970.



En février, une loi a été introduite dans les deux chambres du Congrès. Elle prévoit l’octroi du visa humanitaire à 55 000 Haïtiens dont la demande d’immigration avait été acceptée avant le tremblement de terre, mais qui risquaient de patienter plusieurs années avant de pouvoir entrer au États-Unis.



Yvette Clarke, députée à la Chambre des représentants, a dit à IRIN que les électeurs d’origine haïtienne de sa circonscription de Brooklyn se plaignaient « depuis des années » de la lenteur du processus d’immigration et insistaient sur la nécessité de l’accélérer. Les lois ont été introduites bien que l’accord du Congrès ne semble pas être indispensable pour que le gouvernement Obama agisse. Le 8 mars, huit membres du Congrès ont ainsi écrit à Janet Napolitano, la secrétaire à la Sécurité intérieure du gouvernement Obama, pour demander au DHS de faire usage de son autorité dans le cas de ces 55 000 Haïtiens.



Aide à la reconstruction



Les Haïtiens pourraient participer à la reconstruction en envoyant de l’argent dans leur pays d’origine. « Cela peut être mis en œuvre sans que le gouvernement américain ne débourse un centime », a dit Steve Forester, de l’Institut pour la Justice et la Démocratie en Haïti. « Environ 500 000 personnes recevront ainsi de l’argent à Haïti. Un Haïtien qui travaille ici peut subvenir aux besoins de 10 personnes à Haïti, parfois plus, parfois moins. L’un des objectifs majeurs est d’accélérer le rétablissement du pays. Ne devons-nous pas faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y arriver ? »









« Un Haïtien qui travaille ici peut subvenir aux besoins de dix personnes à Haïti, parfois plus, parfois moins. L’un des objectifs majeurs est d’accélérer le rétablissement du pays. Ne devons-nous pas faire tout ce qui est en notre pouvoir pour y arriver »

« Nous ne voyons tout simplement pas l’intérêt de les laisser vivre à Haïti cinq ou 10 ans de plus dans une situation désastreuse », a déclaré Shaina Aber, directrice adjointe du Service jésuite des réfugiés (JRS) à Washington, D.C. « Leur force, c’est qu’ils pourraient envoyer de l’argent en Haïti ».



La question a été abordée avec le vice-président Joe Biden après une rencontre avec les représentants de la communauté haïtiano-américaine à Miami le 5 avril dernier. « Après la réunion, je suis allée le voir et je lui ai expliqué que c’était un des meilleurs moyens pour le gouvernement Obama de participer au redressement du pays », a dit Marleine Bastien, fondatrice et directrice exécutive de Fanm Ayisyen Miyami (Femmes haïtiennes de Miami), une organisation communautaire. Selon elle, M. Biden a appris avec intérêt que la proposition était soutenue par les membres des partis républicain et démocrate du sud de la Floride siégeant au Congrès. « Il a dit : “ Je vais me pencher sur la question ” », a dit Mme Bastien. « Il s’est montré très réservé. J’espère que cette conversation ne restera pas lettre morte. »



Les défenseurs d’Haïti font également pression pour qu’une politique plus généreuse soit mise en œuvre en matière de délivrance de visa humanitaire aux personnes en danger de mort et qui pourrait donc concerner des centaines de milliers de personnes. Jayne Fleming, avocate des droits humains à San Francisco, s’est rendue à Haïti avec une équipe d’avocats et de médecins en mars pour s’entretenir avec les personnes qui pourraient bénéficier de cette politique. Ils ont rencontré des veuves dans l’incapacité de nourrir leurs enfants, des orphelins ayant de la famille aux États-Unis, des personnes ayant des besoins médicaux très importants et un nombre effrayant de victimes de viol. Mme Fleming doit à nouveau se rendre à Haïti ce mois-ci pour finaliser les demandes d’immigration de 52 de ces personnes.



« Il y a des personnes qui risquent de mourir ici si elles ne quittent pas le pays », a-t-elle dit. « Nous pensons que ces personnes-là devraient bénéficier du visa humanitaire ».



pd/mw/gd/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join