1. Accueil
  2. West Africa
  3. Niger

Mariama Adao, « On s’entraide… mais c’est dur »

Mariama Adao, environ 40 ans et mère de huit enfants, fait presque chaque année le long trajet entre Matameye, dans le sud du Niger à la frontière du Nigeria, et Agadez dans le nord, pour trouver de quoi survivre pendant la période de soudure. Mais cette année, les mauvaises récoltes l’ont poussée à partir plus tôt, en emmenant six de ses enfants.

« Mon mari est agriculteur [dans la région de Matameye], on fait pousser du mil, du sorgho, du niébé et de l’arachide. D’habitude on fait 20 à 25 sacs, mais cette année, on n’en n’a même pas récolté cinq. Il n’y a pas eu assez de pluies. On n’a connu qu’une seule année comme celle-ci, c’était [en 2005].

« Quand on a vu que les pluies ne tombaient plus, je suis venue très vite… avec six de mes [huit] enfants. Je ne pouvais pas rester les bras croisés. Il fallait gagner du terrain et venir vite [à Agadez] pour trouver de quoi survivre. Mon mari est vieux, il est resté avec nos deux filles aînées qui sont mariées, elles se débrouillent pour lui apporter à manger.

« Nous avons voyagé pendant [plus de deux jours] dans un camion. Un mois après être arrivés j’ai trouvé un emploi pour faire le ménage dans une maison. Mon fils [âgé de 17 ans] est aussi employé de maison. Mon dernier a deux ans. Les enfants ne vont pas à l’école.

« On vient à Agadez parce que sur les huit régions [du Niger], on a constaté que c’est ici qu’on trouvait le plus de solidarité. C’est aussi ici qu’il y a le plus de vivres. On nous avait dit aussi qu’il y avait des distributions alimentaires, mais jusqu’à maintenant, on n’a rien eu [distributions alimentaires pour les sinistrés des inondations de septembre 2009].

« Je viens tous les ans mais cette année, on est beaucoup plus nombreux que d’habitude. Tout le monde a des difficultés [dans la région de Matameye]. Parmi mes voisins [à Agadez], quelques uns ont pu trouver du travail, les autres mendient.

« Pour l’instant, on se débrouille, on s’entraide. Si quelqu’un n’a rien à manger, on va partager. Il y a des bonnes volontés, mais c’est dur. Je ne repartirai pas avant la prochaine saison des pluies dans le sud [dans plusieurs mois]. Il faut des pluies ».

ail/
Partager cet article

Hundreds of thousands of readers trust The New Humanitarian each month for quality journalism that contributes to more effective, accountable, and inclusive ways to improve the lives of people affected by crises.

Our award-winning stories inform policymakers and humanitarians, demand accountability and transparency from those meant to help people in need, and provide a platform for conversation and discussion with and among affected and marginalised people.

We’re able to continue doing this thanks to the support of our donors and readers like you who believe in the power of independent journalism. These contributions help keep our journalism free and accessible to all.

Show your support as we build the future of news media by becoming a member of The New Humanitarian. 

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join