1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Iraq

La communauté chrétienne confrontée à une nouvelle vague de violence

[Iraq] Gates locked outside a Christian church in Basra.
Grilles fermées devant une église chrétienne de Bassora (photo d’archives) (IRIN )

Une nouvelle vague de violence visant la communauté chrétienne irakienne soulève des questions sur la sécurité des minorités religieuses, dans un contexte où l’on s’inquiète au sujet de la capacité des forces irakiennes à assurer la sécurité depuis le 30 juin dernier, date à laquelle les forces armées américaines se sont retirées des villes pour s’installer dans des bases excentrées.



Le 12 juillet, cinq attaques d’églises à Bagdad et un assassinat dans le nord du pays ont fait cinq morts et plus de 20 blessés, d’après les informations du ministère irakien de l’Intérieur.



« Ces attaques [systématiques] à une date précise signifient que des groupes militants bien organisés sont toujours actifs et se livrent à des actes de violence et de terrorisme contre les Irakiens en général et contre les Chrétiens en particulier », a dit à IRIN Younadem Kana, un parlementaire irakien chrétien.



« Leur but est de donner au monde entier l’impression que la situation est instable et que le gouvernement est incapable d’assurer la sécurité depuis que les troupes américaines se sont retirées », a expliqué M. Kana.



Parmi les attaques de dimanche 12 juillet, le bilan le plus lourd est dû à l’explosion d’une voiture devant une église de l’est de Bagdad, au moment de la sortie de la messe dominicale. Cette attaque a fait quatre morts et 18 blessés, d’après le ministère de l’Intérieur. L’une des personnes décédées était musulmane.



Deux bombes ont visé une autre église, dans l’ouest de Bagdad, sans faire de victimes. Trois autres attentats contre des églises ont fait huit blessés, selon le ministère de l’Intérieur. Aziz Rizqo Nisan, un responsable provincial chrétien, a été tué à Kirkuk, à environ 300 km au nord de Bagdad.



M. Kana a appelé le gouvernement à protéger tous les lieux de culte et à renforcer ses efforts stratégiques afin de mettre la main sur les groupes militants.



Une ONG allemande qui s’occupe des communautés vulnérables et menacées en Irak a affirmé que ces attaques visaient à faire partir d’Irak les membres de la communauté chrétienne qui n’ont pas encore quitté le pays.



« Les Islamistes intégristes essaient, de façon systématique, de faire partir les 100 000 Chrétiens assyro-chaldéens qui sont restés dans la capitale », a déclaré, dans un communiqué daté du 13 juillet, Kamal Sido, consultant pour le Proche-Orient auprès de la Société pour les peuples menacés (GfbV).



D’après GfbV, depuis l’invasion menée en 2003 par les Etats-Unis, plus des trois-quarts des Chrétiens vivant à Bagdad, qui étaient environ 400 000, ont fui la ville en raison des menaces directes ou indirectes qui pesaient sur leur communauté.



GfbV a lancé un appel d’urgence à soutenir les projets d’aide aux Chrétiens déplacés à l’intérieur du pays ainsi qu’à ceux qui sont réfugiés dans les pays voisins, la Jordanie et la Syrie, afin de leur permettre de rentrer chez eux ou de s’installer dans un pays tiers.



Selon l’étude 2008 sur la situation des réfugiés dans le monde, menée par la Commission américaine pour les réfugiés et les immigrants, à la fin de l’année 2008, la Syrie avait accueilli environ 1,3 million de réfugiés irakiens, dont environ 20 pour cent étaient chrétiens. Le rapport 2008 sur la liberté religieuse internationale, réalisé par le Département d’Etat américain, signale que 16 pour cent des réfugiés irakiens déclarés en Jordanie sont chrétiens.



sm/at/mw/il/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join