1. Accueil
  2. Moyen-Orient et Afrique du Nord
  3. Iraq

Appel à protéger et soutenir les réfugiés irakiens dans le monde

Displaced children sit in their makeshift shelter in an abandoned government building in Baghdad in 2008
(Sabah Arar/UNICEF)

Le 20 juin, à l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés, les organisations non-gouvernementales (ONG) irakiennes et les organismes des Nations Unies qui opèrent en Irak ont appelé à soutenir les réfugiés irakiens et à contribuer à réunir les conditions adéquates pour un rapatriement volontaire, digne et viable.



« Au nom de toutes les ONG irakiennes, nous appelons les Nations Unies et tous les organismes internationaux à offrir une protection à tous les réfugiés irakiens touchés par la violence, à faciliter leur réinstallation, et à faire en sorte que davantage de réfugiés soient accueillis dans des pays [tiers] sûrs », a déclaré Basil Abdul-Wahab al-Azawi, directeur de la Commission des entreprises de la société civile, un organisme sis à Bagdad, qui chapeaute plus d’un millier d’ONG en Irak et ailleurs.



M. Al-Azawi a qualifié de « limitée » la réaction des pays développés aux demandes de réinstallation des réfugiés irakiens, expliquant que « seul un petit nombre [de réfugiés] ont été acceptés, en particulier en Europe et au Canada ».



L’insécurité règne encore en Irak et les services publics sont délabrés, a-t-il ajouté.



« Etant donné que leur pays est encore occupé et qu’il est le théâtre de divers conflits, leur protection celle des réfugiés devrait être assurée… Tout rapatriement contraire à leur volonté est inacceptable », a-t-il déclaré à IRIN le 20 juin.



Des appels continuels au soutien des réfugiés



Dans un communiqué publié conjointement avec d’autres organismes internationaux, les Nations Unies ont appelé les bailleurs à soutenir financièrement les populations déplacées vulnérables ainsi que leurs communautés d’accueil, pour leur permettre de bénéficier de services essentiels.



« Les déplacés internes et les réfugiés irakiens ont besoin d’un soutien continu, pour assurer leur protection, leur rapatriement et leur réinsertion », pouvait-on lire dans le communiqué.





















Pour en savoir plus
 Journée mondiale des réfugiés (en anglais)
 HCR: Profil pays Irak (en anglais)
 Articles d'IRIN sur l'Irak (en français)
 IRAK: Carte des déplacements (avril 2008)

Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), près de deux millions d’Irakiens sont actuellement réfugiés dans les pays voisins, essentiellement en Syrie (1,2 à 1,4 million) et en Jordanie (500 000 à 600 000), mais aussi au Liban, en Egypte, en Turquie, en Iran et dans les Etats du Golfe.



La situation des réfugiés irakiens dans la région continue de s’aggraver : n’ayant pas le droit de travailler, la plupart d’entre eux luttent pour trouver un emploi au noir. Leurs besoins sont de plus en plus importants à mesure que leur épargne s’épuise du fait de leur déplacement prolongé et de la hausse du prix des produits de base dans leur pays d’accueil, selon le HCR.



Soutien aux déplacés internes



Par ailleurs, selon les estimations de l’Organisation mondiale pour les migrations (OIM), l’Irak compte environ 2,8 millions de personnes déplacées, dont 1,6 million sont déplacées depuis l’attentat à la bombe perpétré dans un sanctuaire chiite, au nord de Bagdad, en février 2006, qui avait déclenché des flambées de violence sectaires.



L’amélioration de la situation de sécurité dans certaines régions d’Irak depuis l’année dernière a néanmoins permis à une partie des déplacés de rentrer chez eux. Sur place, 40 pour cent des personnes qui sont rentrées ont retrouvé leur domicile partiellement ou totalement détruit, 17 pour cent ont régulièrement accès à l’eau potable, 59 pour cent n’ont pas les moyens d’acheter du carburant et 35 pour cent sont sans emploi, selon l’OIM.



« En Irak, de nombreux déplacés internes et rapatriés n’ont pas de moyen d’hébergement adéquat, et n’ont accès ni à l’eau salubre, ni à des soins de santé », a expliqué Daniel Endres, directeur de la mission du HCR en Irak, dans un communiqué collectif.



Selon Naeema al-Gasseer, représentante de l’Organisation mondiale de la santé en Irak, l’amélioration des conditions de sécurité en Irak depuis l’année dernière a incité bon nombre d’Irakiens à rentrer chez eux, dans l’ensemble du pays.



« Pour encourager le retour et protéger les [personnes qui rentrent], il faut assurer aux familles qu’elles pourront bénéficier, à leur retour, des services de base essentiels tels que l’emploi, les écoles, le logement et les soins de santé. Nous redoublons d’efforts pour assurer que ces services soient offerts dans les régions les plus vulnérables d’Irak », selon Mme al-Gasseer.



sm/at/ed/nh/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join