The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Pakistan

Les images vidéo d’une flagellation ébranlent le pays

School girls even in veils are not being permitted in Swat to continue their education
School girls even in veils are not being permitted in Swat to continue their education (Kamila Hyat/IRIN)

Les images vidéo d’une jeune fille de 17 ans, flagellée par des extrémistes talibans dans la vallée de Swat, une région instable de la province de la Frontière du Nord-Ouest (PFNO), ont ébranlé le Pakistan et mis en lumière la question de la violence contre les femmes.



Comme des millions de personnes, Uzma Khan (un nom d’emprunt), 16 ans, a visionné la flagellation publique de cette jeune fille dans le village de Kala Killay, à Kabal Tehsil, une région de Swat, et elle en a pleuré. « Les cris de cette pauvre fille étaient tout simplement insoutenables. Elle a été traitée comme un animal. Aujourd’hui, je veux quitter Swat pour toujours », a déclaré Uzma au cours d’un entretien téléphonique accordé à IRIN.



Le cas de l’adolescente, du nom de Chand Bibi, a fait les gros titres de la presse après que des chaînes de télévision privées eurent diffusé à plusieurs reprises une séquence vidéo basse résolution de la jeune fille, vêtue d’une burqa bleue, tenue au sol et flagellée en pleine rue par des Talibans pakistanais.



Des manifestations ont eu lieu dans toutes les grandes villes du pays ; le président et le Premier ministre ont également demandé qu’une enquête soit ouverte sur cette affaire.



Selon le récit des faits qui circule dans les médias, la jeune fille aurait été aperçue aux côtés d’un homme sans lien de parenté avec elle. Les Talibans de la région avaient ordonné que Chand Bibi et Adalat Khan, avec qui elle avait été aperçue, reçoivent 30 coups de fouet pour leur comportement « immoral ».



« Les médias ne disent pas tout. Seule la fille est montrée à l’image. Mais l’homme qui était avec elle a lui aussi été châtié comme il se doit », a déclaré à IRIN Muslim Khan, porte-parole du Tehrik-e-Taliban Pakistan à Swat, ajoutant que la séquence avait été filmée il y a neuf mois, pendant l’opération militaire menée par le gouvernement contre les militants, à Swat.



« Un avertissement »



« Ce n’est pas seulement une affaire de flagellation. C’est un avertissement, qui nous montre ce qui risque de nous attendre », a déclaré à la presse Asma Jahangir, éminente défenseuse des droits humains, dans la ville de Lahore (est), où elle participait, aux côtés de centaines de personnes, à un rassemblement organisé pour protester contre l’incident. « Il faut résister aux Talibans », a-t-elle martelé.



« Il ne s’agit que d’un cas parmi tant d’autres violences, plus générales, dont sont victimes les femmes de ce pays. Les femmes ont été exposées à des sévices, surtout sous le régime taliban », a expliqué à IRIN Ali Dayan Hassan, chercheur principal sur l’Asie du Sud chez Human Rights Watch, une association américaine de défense des droits humains.


« Ce n’est pas seulement une affaire de flagellation. C’est un avertissement, qui nous montre ce qui risque de nous attendre . Il faut résister aux Talibans ... »

« Ce type d’incident ne devrait tout simplement pas se produire sous un régime démocratique », a estimé Sherry Rehman, ancienne ministre fédérale et députée.



Diverses atrocités, commises par les Talibans à Swat, se font jour de temps à autre, et selon les médias, au moins 25 hommes et deux femmes, outre Chand Bibi, ont été flagellés en public ces derniers mois, mais la violence contre les femmes est monnaie courante.



Reprenant les statistiques de l’Institut des sciences médicales du Pakistan, sis à Islamabad, Amnesty International avait indiqué dans un rapport publié en 2002 que « plus de 90 pour cent des femmes mariées déclarent recevoir des coups de pied, des gifles, des coups ou être victimes de sévices sexuels lorsque leurs maris sont mécontents de leur cuisine ou du ménage, ou lorsqu’elles ne “parviennent pas” à avoir un enfant ou donnent naissance à une fille plutôt qu’à un garçon ».



Aujourd’hui, la peur grandit au sein des populations. « Nous craignons tous que cet incident ne donne des idées aux extrémistes des autres régions... Déjà, nous ne parlerions même pas à un cousin en public, car nous avons bien trop peur de ce qui pourrait se passer. Maintenant, nous allons peut-être même arrêter de discuter par email ou messagerie instantanée, de peur des conséquences possibles », a confié Sumaira Ijaz (un nom d’emprunt) à IRIN, à Peshawar.



Meurtre de travailleuses humanitaires



Le 6 avril, trois travailleuses humanitaires et leur chauffeur ont été abattus près de Mansehra, dans une région de la PFNO où les islamistes ont pris pour cible les organisations humanitaires, selon Reuters.



Les victimes travaillaient toutes pour Rise International, une organisation non-gouvernementale (ONG) qui mène des activités dans le secteur de l’éducation, en collaboration avec le gouvernement et avec le soutien de l’Agence américaine d’aide au développement (USAID).



Les travailleuses humanitaires rencontraient des parents pour les convaincre d’inscrire leurs enfants à l’école, en particulier leurs filles.



« Tout le monde est sous le choc », a déclaré à IRIN Shezad Ahmed, chargée de projets chez Rise International, ajoutant que Rise n’avait reçu « aucune menace, sous quelque forme que ce soit ».



Depuis le tremblement de terre d’octobre 2005, qui a fait au moins 72 000 morts dans la PFNO et au Cachemire pakistanais, Mansehra est devenue une plateforme humanitaire pour les ONG : bon nombre d’entre elles y ont ouvert des bureaux, la ville permettant d’accéder facilement à de nombreuses régions du nord.



kh/at/cb/nh/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join