1. Accueil
  2. Afrique
  3. West Africa
  4. Guinée

Un coup de froid sans précédent détruit les cultures et tue des centaines de bêtes

Residents and aid workers observe damage from a January 2009 cold snap in the town of Mali, northern Guinea. The cold temperatures destroyed crops and livestock
(WFP)

Des températures proches de zéro ont détruit les cultures et décimé le bétail dont plusieurs milliers d’habitants dépendaient pour se nourrir et gagner leur vie, dans le centre-nord de la Guinée, en janvier. Des personnes âgées de la région ont déclaré à IRIN qu’elles n’avaient jamais connu pareil froid à Mali, une ville de la région de Labé, en Guinée.



« On dirait que la végétation a brûlé dans un incendie », a rapporté à IRIN Hannibal Barry du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), alors qu’il se trouvait à Mali, le 19 février, dans le cadre d’une évaluation conjointe menée par les agences des Nations Unies, les autorités locales et diverses organisations non-gouvernementales (ONG).



Les températures ont chuté jusqu’à 1,4 degré Celsius entre le 17 et le 26 janvier, selon un rapport préliminaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM). Le froid a détruit les cultures – principalement de pommes de terre, de tomates, de poivrons, d’oignons et de bananes - dans cinq zones de Mali.



On ignore encore combien d’hectares ont été détruits, a expliqué à IRIN Mamadou Saliou III Diallo, qui dirige les opérations agricoles de la préfecture de Mali, après s’être rendu dans les zones touchées. Dans une zone, le froid a détruit 15 hectares de cultures, a-t-il indiqué, ajoutant que les responsables des Nations Unies et des autorités locales procédaient toujours à l’état des lieux de la zone.



Selon les responsables du développement rural, en temps normal, la production par hectare dans la région est de 12 à 15 tonnes de pommes de terre ; huit à 10 tonnes de tomates ; quatre à cinq tonnes d’aubergines ; et trois à quatre tonnes de poivrons.



Le bétail décimé



Le froid a également provoqué au moins 1 115 avortements spontanés chez les chèvres et les moutons, selon M. Diallo. Souleymane Diaby Barry, technicien en élevage à Mali, a expliqué à IRIN que les animaux touchés étaient en état de gestation avancée et que le stress pouvait provoquer des avortements spontanés pendant cette période.












Record cold temperatures in the town of Mali, northern Guinea, in January 2009 destroyed crops and livestock

Near-freezing temperatures in northern Guinea destroyed crops including bananas, potatoes, tomatoes and peppers
WFP
Record cold temperatures in the town of Mali, northern Guinea, in January 2009 destroyed crops and livestock
Vendredi, février 20, 2009
Record cold snap destroys crops, kills hundreds of animals
Record cold temperatures in the town of Mali, northern Guinea, in January 2009 destroyed crops and livestock


Photo: WFP
Des températures proches de zéro ont détruit les cultures de bananes, de pommes de terre, de tomates et de poivrons, dans le nord de la Guinée

« C’est la première fois que je vois des avortements provoqués par le froid », a-t-il déclaré.



Des chèvres et des moutons ont également été tués, ainsi qu’au moins 700 poussins, a ajouté M. Diallo. Selon Mamadou Cellou Diallo, cultivateur à Mali, pendant la période de soudure, entre novembre et avril, les familles vivent de ces fruits et légumes, qu’elles cultivent près des ruisseaux.



« Ce sont des familles pauvres, et elles font pousser ces fruits et légumes pendant la période de soudure pour s’en sortir », a-t-il expliqué, ajoutant que les familles en consommaient une partie et vendaient le reste.



Selon le PAM, une partie des cultures touchées devaient servir à préparer les repas des écoliers de la région. Un grand nombre d’habitants avaient emprunté des fonds auprès d’une banque de crédit rurale pour pouvoir cultiver, a en outre indiqué M. Diallo, qui a perdu sa récolte de pommes de terre et de tomates.



« Maintenant, les gens d’ici se demandent comment ils vont pouvoir rembourser leurs dettes et en même temps nourrir leur famille ».



Dans un premier temps, la FAO a sollicité la somme de 500 000 dollars pour aider les familles touchées par le froid, a indiqué à IRIN Mariatou Coulibaly, coordinatrice des opérations d’urgence de la FAO en Guinée, depuis Conakry, la capitale. « Les habitants de la région comptent sur ce que leur rapportent leurs légumes pour couvrir leurs frais de santé et de scolarité », a-t-elle noté.



La FAO fournit déjà des semences et des outils aux familles de la région, grâce aux fonds versés par le gouvernement italien. Les communautés de cette région rocheuse et montagneuse, où la superficie cultivable est limitée, survivent essentiellement grâce à l’agriculture, selon OCHA.



Le climat est relativement froid à Mali, en cette période. Mais les températures minimales se situent généralement aux alentours de 12 degrés, selon un habitant de la région.



np/mw/nh/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Help make quality journalism about crises possible

The New Humanitarian is an independent, non-profit newsroom founded in 1995. We deliver quality, reliable journalism about crises and big issues impacting the world today. Our reporting on humanitarian aid has uncovered sex scandals, scams, data breaches, corruption, and much more.

 

Our readers trust us to hold power in the multi-billion-dollar aid sector accountable and to amplify the voices of those impacted by crises. We’re on the ground, reporting from the front lines, to bring you the inside story. 

 

We keep our journalism free – no paywalls – thanks to the support of donors and readers like you who believe we need more independent journalism in the world. Your contribution means we can continue delivering award-winning journalism about crises. Become a member of The New Humanitarian today

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join