1. Accueil
  2. Asie
  3. Sri Lanka

« Nous ne savions pas où nous réfugier »

Thousands of civilians have risked their lives fleeing the conflict zones in the past three weeks. Many were injured or killed escaping
Thousands of civilians have risked their lives fleeing the conflict zones in the past three weeks. Many were injured or killed escaping (Sri Lanka Defence Ministry/Army)

La vie de Kanagavel, un Tamoul de 40 ans, qui vivait dans la région de Kilinochchi, et travaillait comme chauffeur auprès des services publics, a commencé à changer en avril 2008, lorsque le Vanni est devenu le dernier champ de bataille des forces armées du gouvernement sri-lankais et des Tigres de libération de l’Eelam tamoul (TLET).



Le Vanni couvre les régions de Kilonochchi et de Mulaithivu et une partie de Mannar et Vavunya, dans le nord. Le changement s’est d’abord fait sentir lorsque les vivres et autres produits de première nécessité, transportés dans la région, ont commencé à se faire rares, l’acheminement par camion étant retardé par les affrontements.



« La situation a brusquement changé en avril, lorsque le ravitaillement est devenu de plus en plus limité », a expliqué Kanagavel - qui a demandé que son vrai nom ne soit pas révélé de crainte des représailles - au cours d’un entretien téléphonique accordé à IRIN.



Son épouse et lui-même, ainsi qu’une vingtaine d’autres membres de leur famille, logent dans un centre social de Vavuniya, une ville du nord du pays, depuis qu’ils ont fui pour échapper aux affrontements, au début du mois de février 2009. Avant de fuir, ils avaient rassemblé les rares fruits et légumes et les quelques poules qui leur restaient.



En août 2008, s’est souvenu Kanagavel, la famille entendait au loin des tirs d’artillerie, et les premiers civils qui avaient fui pour échapper aux affrontements dans le sud-ouest du Vanni commençaient à arriver à Kilinochchi et à la périphérie de la ville.



En décembre 2008, les affrontements avaient atteint les limites de la ville de Kilinochchi et Kanagavel et sa famille se sont enfuis plus au centre du Vanni. Selon Kanagavel, des milliers de personnes étaient venues se réfugier dans une zone exiguë, située à l’est de la ville de Kilinochchi.












Tens of thousands of civilians are still trapped in the conflict zones living out in the open with little food, poor sanitation and the constant fear of being caught up in the fighting

Tens of thousands of civilians are still trapped in the conflict zones living out in the open with little food, poor sanitation and the constant fear of being caught up in the fighting
Sri Lanka Defence Ministry/Army
Tens of thousands of civilians are still trapped in the conflict zones living out in the open with little food, poor sanitation and the constant fear of being caught up in the fighting
http://www.army.lk/
Lundi, février 16, 2009
"We did not know where to run" ...
Tens of thousands of civilians are still trapped in the conflict zones living out in the open with little food, poor sanitation and the constant fear of being caught up in the fighting


Photo: Sri Lanka Defence Ministry/Army
Des dizaines de milliers de civils se trouvent toujours dans les zones de conflit, où ils vivent en plein air, avec peu de vivres, sans accès à des systèmes d’assainissement adéquats et dans la peur constante d’être piégés au cœur des affrontements

Les TLET empêchaient les civils de quitter les zones de conflit pour passer les lignes de front et gagner ainsi les zones sous contrôle militaire, a expliqué Kanagavel.



« Ils [les TLET] ne nous ont pas laissés partir. Ils nous ont demandé d’aller plus au centre du Vanni. Nous avons fait ce qu’ils nous ont dit », a-t-il déclaré. « Nous savions qu’il y avait des affrontements, mais nous ne savions pas ce qui se passait exactement sur le champ de bataille. On a fait ce qu’on nous a ordonné de faire ».



« C’était pathétique. Nous n’avions pas assez de vivres, pas de systèmes d’assainissement corrects, pas même un endroit pour nous baigner ou nous changer. Tout le monde fuyait pour échapper aux affrontements », a-t-il raconté. « Nous avons vécu chaque seconde dans la peur, ne sachant pas d’où viendrait la prochaine attaque à l’artillerie ».



Selon les estimations des Nations Unies, le Vanni comptait 250 000 personnes déplacées en décembre 2008. D’après le gouvernement sri-lankais, ils étaient entre 100 000 et 120 000.



Echappée dans la jungle



A mesure que les affrontements se rapprochaient, a poursuivi Kanagavel, les civils se sont trouvés piégés entre les tirs d’artillerie. Kanagavel a rapporté avoir vu bon nombre de civils tués ou blessés alors qu’ils tentaient d’échapper aux affrontements.












Civilians escaping to government controlled areas travel through the jungle, attempting to avoid being injured by artillery fire and trying to avoid the Tamil Tigers who do not want them to leave the conflict zones

Les civils qui fuient pour gagner les zones sous autorité gouvernementale traversent la jungle, pour tenter d’éviter les tirs d’artillerie et d’échapper aux Tigres tamouls, qui ne veulent pas les laisser quitter les zones de conflit
Sri Lanka Defence Ministry/Army
Civilians escaping to government controlled areas travel through the jungle, attempting to avoid being injured by artillery fire and trying to avoid the Tamil Tigers who do not want them to leave the conflict zones
http://www.army.lk/
Lundi, février 16, 2009
« Nous ne savions pas où nous réfugier »
Civilians escaping to government controlled areas travel through the jungle, attempting to avoid being injured by artillery fire and trying to avoid the Tamil Tigers who do not want them to leave the conflict zones


Photo: Sri Lanka Defence Ministry/Army
Les civils qui fuient pour gagner les zones sous autorité gouvernementale traversent la jungle, pour tenter d’éviter les tirs d’artillerie et d’échapper aux Tigres tamouls, qui ne veulent pas les laisser quitter les zones de conflit

« Les gens ne savaient pas où se réfugier pour être en sécurité. Nous étions complètement impuissants », a-t-il déclaré. « Un jour, j’étais en chemin sur la route principale et j’ai vu peut-être une centaine de morts et de blessés ».



Kanagavel a emmené sa femme, sa mère et 25 autres membres de sa famille près de la ville de Visvamadhu, en décembre 2008. Finalement, au début du mois de février, à mesure que les affrontements se rapprochaient de toutes parts, sa famille et lui ont décidé de risquer leur vie pour fuir la zone de conflit, passer la ligne de front et gagner la zone sous autorité militaire.



La famille a traversé la jungle pour éviter d’être piégée au beau milieu des affrontements ou d’être découverte par les Tigres tamouls, qui empêchaient les civils de s’enfuir.



« Nous avons passé une journée entière à marcher à travers la jungle. C’était l’enfer », s’est-il souvenu. « On ne peut pas décrire la peur. Au moindre son, vous croyez que vous allez mourir ».



Le 10 février, la famille a réussi à passer dans la zone sous autorité militaire, mais pas sans heurts. « A un moment, des projectiles d’artillerie sont tombés près de nous et j’ai été blessé aux deux mains. Je ne sais pas comment j’ai réussi à sortir », a-t-il expliqué.



Sa mère, elle aussi blessée, est encore sous traitement. Bien qu’il ne sache pas quand sa famille et lui pourront retourner chez eux et reprendre leur travail, Kanagavel s’estime heureux : « Nous ne sommes pas morts sur la route. Nous faisons partie des chanceux, nous avons réussi à sortir ?…? Des milliers d’autres sont encore piégés et n’ont nulle part où se réfugier ».



Au 13 février, selon les statistiques annoncées par le gouvernement sri-lankais, au moins 34 000 civils avaient fui les zones de conflit pour se réfugier dans les zones sous autorité militaire depuis décembre 2008. Plus de 24 000 n’avaient entrepris le dangereux périple que depuis le 6 février.



Le gouvernement sri-lankais a déclaré avoir déjà commencé à distribuer des secours aux personnes déplacées, avec l’aide des agences des Nations Unies.



ap/bj/mw/nh/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

We uncovered the sex abuse scandal that rocked the WHO, but there’s more to do

We just covered a report that says the World Health Organization failed to prevent and tackle widespread sexual abuse during the Ebola response in Congo.

Our investigation with the Thomson Reuters Foundation triggered this probe, demonstrating the impact our journalism can have. 

But this won’t be the last case of aid worker sex abuse. This also won’t be the last time the aid sector has to ask itself difficult questions about why justice for victims of sexual abuse and exploitation has been sorely lacking. 

We’re already working on our next investigation, but reporting like this takes months, sometimes years, and can’t be done alone. 

The support of our readers and donors helps keep our journalism free and accessible for all. Donations mean we can keep holding power in the aid sector accountable, and do more of this. 

Become a member today and support independent journalism

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join