The New Humanitarian Annual Report 2021

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. République du Congo

Lancement d'une opération d'achat d’armes illégales

[ROC] Workers in an army artillery base in the eastern Brazzaville neighbourhood of Mpila saw up guns due for the incinerator in a nationwide disarmament effort.<br><br> Une opération de découpage d’armes de guerre avant leur incinération. [Date pict
Workers in an army artillery base in Brazzaville saw up guns due for the incinerator in a nationwide disarmament effort - file photo (Laudes Martial Mbon/IRIN )

Le gouvernement congolais a lancé une opération prévoyant le rachat de 3 000 armes auprès d’anciens combattants, ou d’autres détenteurs illégaux d’armes, dans le Pool, une région du sud du Congo, a déclaré un responsable à IRIN, le 11 février.



« Des équipes ont été déployées sur le terrain. L’opération de rachat des armes a commencé le 10 février dans la région du Pool. Cela devrait permettre de racheter au moins 3 000 armes encore en circulation dans cette zone », a déclaré à IRIN Moandzibi Olingoba, commissaire responsable de la réinsertion des anciens combattants.



Selon M. Olingoba, environ 17 bureaux ont ouvert aux quatre coins du Pool pour permettre la remise des armes. « Des sites spéciaux ont également été prévus pour la destruction des armes récupérées », a-t-il ajouté.



L’opération durera 11 jours, a-t-il indiqué. « Tout a été fait pour éviter que des gens ne soient blessés pendant la destruction des armes ».



L’opération est financée par le gouvernement à hauteur de 500 millions de francs CFA (un million de dollars). Les principaux ciblés sont les 5 000 anciens combattants Ninjas encore actifs sous la direction de Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntoumi, ancien chef rebelle qui vit isolé dans son bastion du Pool depuis plus de 10 ans.



Selon le colonel François Bouesse, haut commissaire adjoint à la réinsertion des anciens combattants, le prix de rachat d’une Kalachnikov est de 100 000 francs CFA (200 dollars).












Former Ninja fighters at the launch of a national demobilisation programme in the town of Kinkala.

Laudes Martial Mbon/IRIN
Former Ninja fighters at the launch of a national demobilisation programme in the town of Kinkala. ...
http://www.irinnews.org/photo
Lundi, juin 9, 2008
DDR gets under way for 30,000 ex-combatants
Former Ninja fighters at the launch of a national demobilisation programme in the town of Kinkala. ...


Photo: Laudes Martial Mbon/IRIN
Des anciens combattants au lancement du programme national de démobilisation (photo d’archives)

« Plus les anciens combattants amèneront d’armes, plus ils gagneront d’argent », a résumé le colonel Bouesse.



Le Pool a été le théâtre de violents affrontements entre les forces armées du gouvernement et les rebelles Ninjas entre 1998 et 2003, qui ont fait plusieurs milliers de victimes et de déplacés.



Aujourd’hui, les personnes déplacées qui ont réussi à reprendre possession de leurs terres se débattent pour bénéficier de services sociaux de base, malgré le retour de la paix, selon les organisations non-gouvernementales (ONG) bien informées sur la région.



Une étude sur les armes



Une étude publiée en 2005 par le Small Arms Survey, sis à Genève, a révélé que quelque 34 000 armes illégales circulaient au Congo, essentiellement dans le Pool, où se trouve également Brazzaville, la capitale.



Aucune autre étude sur la circulation des armes n’a été menée depuis lors. En juin 2008, toutefois, le gouvernement a lancé son Programme national de démobilisation, désarmement et réinsertion, ciblé sur 30 000 anciens combattants, dont 5 000 sont proches de Pasteur Ntoumi.



Le programme a reçu une subvention de 17 millions de dollars, accordée par la Banque mondiale.



lmm/cb/nh/ail

This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join