1. Accueil
  2. Afrique
  3. Afrique de l'Est
  4. Kenya

Insécurité et suspension des transports aggravent la crise à Mandera

La recrudescence de l’insécurité à Mandera, une région du nord-est du Kenya, a paralysé les transports et entraîné l’imposition d’un couvre-feu, aggravant la situation pour les habitants, déjà touchés par des inondations et de graves pénuries alimentaires.

« La situation va de mal en pis et un couvre-feu a été imposé », a déclaré à IRIN Titus Mung'ou, chargé de communication de la Croix-Rouge kényane, le 22 octobre.

Au moins trois personnes ont également trouvé la mort, 300 personnes ont été déplacées et une trentaine de maisons ont été incendiées le 21 octobre dans le village voisin de Koromey, au cours d’attaques menées par des pilleurs armés. Koromey se situe à cinq kilomètres de la ville de Mandera.

Les échauffourées opposaient le clan des Garre à celui des Murule, qui par le passé se sont disputés l’exploitation de points d’eau pour l’abreuvement de leur bétail. Le 16 octobre, les clans se sont affrontés au sujet de terres sur lesquelles des habitants, déplacés par les inondations en ville, s’étaient installés temporairement.

Environ 13 habitants de Koromey étaient portés disparus le soir du 22 octobre, selon la Croix-Rouge.

« Les dernières victimes des affrontements claniques ont besoin d’urgence de vivres et de denrées non-alimentaires, notamment d’un lieu d’hébergement », selon un communiqué publié par l’organisme le 23 octobre. « La Croix-Rouge kényane travaille avec le gouvernement et d’autres ONG pour porter secours aux personnes déplacées par les crues éclairs et les récents affrontements claniques. L’assistance humanitaire est en cours, après avoir été interrompue par les affrontements ».

Une grave pénurie alimentaire et une augmentation spectaculaire des prix ont été signalées dans la ville frontalière depuis que les trois seules sociétés de transport desservant la région ont suspendu leurs activités pour des raisons de sécurité.

Mandera, qui souffre d’insécurité alimentaire, dépend en effet des vivres acheminés depuis d’autres régions du pays et depuis les zones frontalières. La ville est limitrophe de l’Ethiopie et de la Somalie.

Amina Shekh Abdullahi, commerçante de produits alimentaires locale, a expliqué à IRIN qu’elle se trouvait bloquée à Isiolo, une ville de la province Orientale voisine, avec ses produits frais de la ferme. « J’ai peur que tous ces choux, ces pommes de terre et ces carottes, que j’ai achetés pour les vendre à Mandera, ne soient gâchés ».

Isiolo se trouve au sud-ouest de Mandera. Plusieurs centaines de passagers, qui se rendaient dans les villes voisines de Garissa et Wajir, ont également été bloqués en chemin. Un chauffeur de bus a expliqué à IRIN que plusieurs véhicules avaient été pris pour cibles et que deux passagers avaient été tués.

Le gouvernement a imposé un couvre-feu interdisant la circulation et les activités commerciales dans la ville, après le meurtre d’au moins 20 personnes, au cours de ce dernier mois.

na/aw/am/nh/ail


This article was produced by IRIN News while it was part of the United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs. Please send queries on copyright or liability to the UN. For more information: https://shop.un.org/rights-permissions

Partager cet article
Participez à la discussion

Right now, we’re working with contributors on the ground in Ukraine and in neighbouring countries to tell the stories of people enduring and responding to a rapidly evolving humanitarian crisis.

We’re documenting the threats to humanitarian response in the country and providing a platform for those bearing the brunt of the invasion. Our goal is to bring you the truth at a time when disinformation is rampant. 

But while much of the world’s focus may be on Ukraine, we are continuing our reporting on myriad other humanitarian disasters – from Haiti to the Sahel to Afghanistan to Myanmar. We’ve been covering humanitarian crises for more than 25 years, and our journalism has always been free, accessible for all, and – most importantly – balanced. 

You can support our journalism from just $5 a month, and every contribution will go towards our mission. 

Support The New Humanitarian today.

Become a member of The New Humanitarian

Support our journalism and become more involved in our community. Help us deliver informative, accessible, independent journalism that you can trust and provides accountability to the millions of people affected by crises worldwide.

Join